Version imprimable de cet article Version imprimable | |

Adhésion à la Cédéao : le Maroc devra patienter

lundi 18 décembre 2017

La Communauté économique des Etats d’Afrique de l’ouest (Cédéao) devait examiner la demande d’adhésion du Maroc le 16 décembre. L’examen est reporté au début de l’année 2018.

Le Maroc devra patienter ! La Communauté économique des Etats d’Afrique de l’ouest (Cédéao) vient de décider le report de la confirmation de l’adhésion du Maroc à cette organisation. Prévue initialement lors du sommet de la Cédéao à Abuja, le 16 décembre, la confirmation ne sera examinée que l’an prochain.

« Sachant que l’ordre du jour de ce sommet est "assez encombré", avec la crise chronique à Bissau, les attaques répétées au Mali et au Niger, les troubles au Congo ou au Libéria, sans compter les questions internes et statutaires, et après concertation avec le Maroc, l’idée s’est dirigée vers l’option d’un sommet extraordinaire en début d’année 2018 » indique une source citée par Medias24.

Une information confirmée par l’AFP, citant une source marocaine anonyme : « Après concertation avec le Maroc et discussions avec les Etats membres ces derniers jours, on s’oriente vers un sommet extraordinaire en début d’année prochaine, exclusivement consacré à la question ».

Le retard dans la réalisation d’une « étude d’impact » commandée le 04 juin dernier serait notamment la cause de ce report. Selon Medias24, cette étude de 70 pages n’a été finalisée que le 7 décembre, soit 9 jours avant le sommet de la Cédéao à Abuja.

Une demande d’adhésion qui « vient couronner des liens forts »

Le Maroc avait émis le souhait d’adhérer comme « membre à part entière » à la Communauté économique des Etats d’Afrique de l’Ouest (Cédéao). Le Royaume bénéficie actuellement du statut d’observateur au sein de cette organisation, créée en 1975 et très active sur la scène diplomatique régionale et continentale.

« Sur les instructions » du roi Mohammed VI, le Maroc « a informé la présidente du Liberia Ellen Johnson Sirleaf et présidente en exercice de la Communauté des Etats d’Afrique de l’Ouest (Cédéao) de sa volonté d’adhérer à cet ensemble régional en tant que membre à part entière », indiquait un communiqué des ministères Affaires étrangères.

Cette demande, conforme « aux dispositions du traité fondateur de la Cédéao » et « à ses critères d’adhésion » selon ce communiqué, est intervenue moins d’un mois après la réintégration fin janvier du Maroc au sein de l’Union africaine.

La demande marocaine d’intégrer la Cédéao "vient couronner les liens forts (...) avec les pays membres" de l’organisation régionale, qui « se sont renforcés aux cours des dernières années à travers les 23 visites du roi dans 11 pays de la région », précisait le ministère des Affaires étrangères.

Ces derniers mois, le Maroc a mené une vaste offensive diplomatique en Afrique, marquée par des visites de Mohammed VI dans plusieurs pays du continent et la signature de nombreux accords et conventions.

Rendez-vous donc en 2018 pour un sommet extraordinaire. « Il aura pour seul point à l’ordre du jour, l’adhésion du Maroc, et se fera en présence du Roi Mohammed VI », selon la source citée par Medias24.

Source : Lesinfos.ma

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Mots-clés : menunav

Les Plus lus

Projet de loi d’entente nationale : « Une menace pour la paix,… »

Quarante sept organisations de défense de droits humains dénoncent le projet de loi d’entente nationale. Elles considèrent le document comme « une menace pour la paix, la réconciliation et les droits des victimes au Mali ». Lisez l’intégralité du communiqué

COFOP : « La tentative… de prorogation du mandat des députés, constitue une violation…de notre Constitution »

« La tentative solitaire et méprisante de prorogation du mandat des députés, constitue une violation majeure de notre Constitution et entame de manière significative la démocratie et la crédibilité de notre pays », indique la Coalition des forces patriotiques

Plan International : « Le harcèlement sexuel est le plus grand danger auquel les filles sont confrontées dans les villes du monde entier »

(LONDRES) : Le harcèlement sexuel présente un risque majeur pour la sécurité des filles et des jeunes femmes dans le monde, selon une enquête réalisée auprès d’experts mondiaux dans 22 villes publiée aujourd’hui par Plan International, l’organisation œuvrant en