Version imprimable de cet article Version imprimable | |

ALAIN CLAUDE BILIE NZE, PORTE-PAROLE DU CANDIDAT D’ABO : « La Mission d’observation de l’UE a outrepassé son mandat »

mardi 30 août 2016

Face à la presse lundi 29 aout, le porte-parole du candidat d’Ali Bongo Ondimba, Alain Claude Bilié Nze a laissé entendre que la Mission d’observation de l’Union Européenne (MOE) qui a organisé une conférence de presse pour dire que « le processus électoral a manqué de transparence » a outrepassé le cadre du mandat à elle confiée à l’occasion de l’élection présidentielle du Gabon du 27 aout.

La Mission d’observation de l’Union européenne (MOE) invitée pour la première fois par les autorités gabonaises, a pour mandat la supervision de la campagne électorale, la supervision du scrutin. La Mission européenne au-delà de son appréciation du vote (elle a jugé satisfaisant le vote) s’en est pris à la loi électorale, aux organes chargés d’organiser les élections voire même au système de gouvernance du Gabon où elle affirme que la séparation des pouvoirs n’est pas
respectée. En clair, c’est un audit de la gouvernance du Gabon que les observateurs de l’UE ont évoqué dans une déclaration de 16 pages rendue publique lundi 29 aout. « Ce hors-jeu » des observateurs de l’UE a inquiété des Gabonais « n’étant pas de nature à calmer les esprits ».

Comme une réponse du berger à la bergère, le porte-parole d’Ali Bongo Ondimba, Alain Claude Bilié Nze, a, en début de soirée rencontrer la presse pour des précisions. D’entrée de jeu, M. Bilié tenu à rappeler les observateurs européens sur les missions à eux confiées. Selon le porte-parole d’ABO, la MOE a « outrepassé le cadre de son mandat ». Et de regretter que les propos tenus par la MOE qui « n’a pas vocation a apaisé la tension ». Le patron de la communication d’ABO, a ensuite regretté que la MOE se soit contenté de relever des griefs dans le processus électoral sans pour autant mentionné dans sa déclaration, des « faits très grave » qui se sont produits et qui sont de nature à sombrer le pays dans la violence.

Nulle part dans le rapport, dit-il, il n’est fait mention de la violation du code électoral par le candidat Jean Ping qui, s’est désigné « vainqueur du scrutin » et de son appel à la violence. Le rapport de la MOE poursuit le porte-parole du candidat Ali Bongo, « ne fait également pas mention de l’attaque du cortège du candidat Ali
Bongo » (un véhicule a été saccagé par les militants de l’opposition) pourtant signalée aux observateurs européens. Autre fait signaler aux observateurs de l’UE et qui ne figure pas dans leur déclaration dira M. Nze, est l’empêchement des Pigmés au vote par les militants de l’opposition, entre autres. Aux dires du porte-parole, « la sortie des observateurs de l’UE n’est pas de nature à calmer les tensions ».

Qu’à cela ne tienne, le porte-parole d’ABO, a mis l’accent sur l’amitié qui lie l’UE au Gabon. La proclamation des résultats de l’élection présidentielle est prévue dans la soirée. Mais avant les gabonais retiennent leur souffle.

Amadou Sidibé
(Envoyé spécial au Gabon)

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.