Version imprimable de cet article Version imprimable | |

2ème tour de la présidentielle/Tiébilé Dramé : « Soumaila Cissé rejette les résultats en zone du Nord, en zone de la CMDT et en zone de l’Office du Niger »

mardi 14 août 2018

Tiébilé Dramé, directeur de campagne de Soumaïla Cissé, candidat de la coalition pour l’Alternance et le Changement, a animé une conférence de presse au QG de la campagne de l’URD. L’objectif était de préciser leur pensée et leur intention sur les résultats sortis des urnes. Lors de cette conférence, il a déclaré que, « Soumaila Cissé rejette les résultats du Nord, de la zone CMDT et de la zone de l’Office du Niger ».

A l’entame de ses propos, le directeur de campagne a rappelé la déclaration faite par Soumaila Cissé le 13 août 2018, à l’intention des militants et alliés de l’URD. Ce jour-là, il a été dit que les premières tendances disponibles indiquent clairement que le peuple malien souhaite tourner la page de l’immobilisme, de l’incompétence et de l’incurie.

« Nous rejetons les résultats attribués au Président sortant dans plusieurs localités du pays, notamment dans le cercle de Gourma Rharouss, où il n’y a pas eu d’opération de vote dans plusieurs communes et Salam dans la nouvelle région de Taoudéni. Ces exemples, selon lui, c’est pour dire très clairement qu’ils rejettent les résultats caractérisés par le bourrage d’urnes.

« A l’occasion de ce 2ème tour, le nord du pays n’a pas été la seule zone grise de la fraude. Le bourrage d’urnes a été opéré en particulier dans la région de Sikasso et de Ségou, notamment dans la zone de l’Office du Niger et dans la zone de la CMDT. Ce sont les résultats de bourrage que nous rejetons et refusons », a-t-il déclaré.

En rejetant les résultats de la fraude, de bourrage d’urnes, dira le directeur de campagne, « nous sommes conformes à la déclaration du 31 juillet, où avec d’autres candidats, nous avions dit que nous rejetons les résultats affectés par des irrégularités et par la fraude. Nous ne pouvons pas rejeter tous les résultats dans la mesure où sur la base de notre compilation sans les résultats des zones grises, où les bourrages ont eu lieu, notre candidat a recueilli 51,17% de manière régulière et crédible. C’est la raison pour laquelle nous exigeons au gouvernement de la république du Mali dès aujourd’hui et maintenant pour des raisons de transparence, la publication des résultats de chaque bureau de vote. Cela serait les résultats sortis des urnes », a-t-il déclaré.

Tiébilé Dramé a estimé que les professionnels de la fraude d’Etat veulent maintenir le pouvoir par le détournement du vote des maliens. « Ils commencent a proféré des menaces en nous accusant de créer les conditions du chaos. Nous disons haut et fort, que ce sont eux les fauteurs de troubles, les organisateurs et professionnels de la fraude électorale », a-t-il dénoncé. Il a ajouté que ce sont les auteurs de fraudes qui créent les conditions de chaos et les conditions de l’affaiblissement de notre pays.

Il a indiqué que Pendant 5 ans nous nous sommes opposés à ce régime avec un esprit de responsabilité soucieux de la stabilité de notre pays. « Nous n’acceptons pas s accusations gratuites et sans fondement », a-t-il déclaré.

Il a condamné l’attaque perpétrée contre le logiciel de leur système de compilation des résultats. Il dira que ce pays est dans une situation extrêmement difficile et la stabilité doit être la préoccupation de tous les acteurs politiques et citoyens. « Nous n’avons pas l’impression que les tenants du pouvoir ont le souci de la stabilité du pays. Sinon, ils n’auraient pas organisé cette fraude à vaste échelle, à ciel ouvert et à travers tous le pays, en particulier dans les trois zones grises énoncées au nord du Mali, dans la zone de l’Office du Niger et dans la zone de CMDT », a-t-il estimé.

« Le candidat Soumaila Cissé est en tête pour gagner cette élection présidentielle. Quand, il y a des chiffres astronomiques de ce genre nous nous en méfions. Nous les rejetons », a-t-il déclaré.

Depuis la publication des résultats partiels, selon lui les maliennes et les maliens à l’intérieur et à l’extérieur du pays se sont levés spontanément pour commencer à défendre leur vote contre le détournement et contre la fraude. Ce n’est pas l’appel de Soumaila Cissé, cela serait une mobilisation démocrate sur le pouvoir en place.

« Qu’il sache qu’il ne peut prendre en otage le vote de tout un peuple. Avec un tel bilan il aurait dû renoncer à être candidat », a-t-il conclu.

Bintou COULIBALY

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Mots-clés : menunav

Les Plus lus

Projet de loi d’entente nationale : « Une menace pour la paix,… »

Quarante sept organisations de défense de droits humains dénoncent le projet de loi d’entente nationale. Elles considèrent le document comme « une menace pour la paix, la réconciliation et les droits des victimes au Mali ». Lisez l’intégralité du communiqué

COFOP : « La tentative… de prorogation du mandat des députés, constitue une violation…de notre Constitution »

« La tentative solitaire et méprisante de prorogation du mandat des députés, constitue une violation majeure de notre Constitution et entame de manière significative la démocratie et la crédibilité de notre pays », indique la Coalition des forces patriotiques

Plan International : « Le harcèlement sexuel est le plus grand danger auquel les filles sont confrontées dans les villes du monde entier »

(LONDRES) : Le harcèlement sexuel présente un risque majeur pour la sécurité des filles et des jeunes femmes dans le monde, selon une enquête réalisée auprès d’experts mondiaux dans 22 villes publiée aujourd’hui par Plan International, l’organisation œuvrant en