Version imprimable de cet article Version imprimable | |

2ème tour de l’élection présidentielle au Mali : Le camp de Soumaïla Cissé rejette les résultats

lundi 13 août 2018

Dans la soirée du lundi 13 août 2018, lendemain du second tour de l’élection du Président de la République, le candidat de la coalition pour l’Alternance et le Changement, Soumaila Cissé, président du parti Union pour la république et la démocratie (l’URD), Chef de Fil de l’opposition a déclaré qu’il rejetait carrément les résultats et a dénoncé certains faits.

Après avoir remercié les citoyens maliens pour avoir exprimé leurs suffrages dans les urnes pour l’élection du Président de la République, Soumaila Cissé a déclaré que le peuple s’est soulevé, qu’il s’est levé pour l’Alternance.

« 5 ans de gâchis, 5 ans de corruption, 5 ans de népotisme, le peuple malien a dit, en un mot ‘’sa suffi’’ », a-t-il déclaré. Il ajouté : « Nous avions une large avance sur le président sortant. Cette avance est constatée par chacun d’entre vous, car il y a des points qui ont été donnés par les différentes radios sur l’ensemble du territoire national même à l’étranger. Nous n’accepterons pas que notre victoire soit volée. C’est pourquoi nous appelons les tenants du pouvoir à plus de responsabilité ».

Le candidat de la Coalition pour l’Alternance et le Changement a indiqué que, la fraude, l’achat de conscience, qu’ils ont connu le 12 août à Bamako est absolument indescriptible. Il dira que c’est surtout inacceptable à Bamako et surtout dans les autres localités du pays. « Le tripatouillage des PV, le remplissage prématuré des bulletins de vote, ce sont des choses et des faits indéniables que nous avons constaté », a-t-il dit.

« Ces résultats et ces données, nous les rejetons », a-t-il déclaré. Avant d’ajouter que c’est inacceptable pour eux, car ils ne vont jamais l’accepter.

Il a aussi dénoncé la décente musclée de la police et des éléments de la sécurité d’état, dans les locaux de Smart Média, l’agence chargée de sa communication.

« Nous travaillons avec Smart média depuis plus de 5 ans. Cette société nous a rendu beaucoup de services. Pourquoi, le lendemain du 2ème tour, on organise une descente sans aucune autorisation du juge dans leurs locaux pour aller enlever le matériel de travail et les accusés de détention de drogue, à la simple vue d’une une boite d’aspirine ou de doliprane sur la table. Cela est inacceptable. C’est pourquoi, nous avons décidé de faire un communiquer pour dénoncer », a-t-il déclaré.

Soumaila Cissé a indiqué qu’ils ont un logiciel pour remonter les données. Selon lui, ce logiciel qui était très bien fonctionnel, jusqu’à 4 heures du matin, a été attaqué par les services du gouvernement, par des précédés informatiques pour qu’il ne soit plus opérationnel. Il a estimé que cela constitue un signe de panique de la part du camp présidentiel. « Les résultats que nous avons sont en notre faveur. C’est pourquoi nous devons rester mobiliser. Rester mobiliser, car c’est extrêmement important pour la victoire et la démocratie, pour Alternance dans notre pays. Restez mobiliser pour que le changement qui est demandé à l’intérieur de notre pays soit le changement tant entendu par le peuple malien », a-t-il lancé.

Soumaïla Cissé a aussi dit qu’ils n’accepteront pas les résultats, les mensonges, le tripatouillage, l’achat de conscience, et à la dictature de la fraude. Il dira que le Mali ne sera pas construit sur la fraude. « Nous n’accepterons pas que le Président malien soit élu par la fraude », a-t-il déclaré. Avant d’indiquer que parmi les 24 candidats, le président dans la plupart des bureaux de vote avait plus de 200 voix. Selon lui ce sont des résultats de la fraude. Il a rassuré que techniquement qu’ils vont démontrer qu’il y a eu fraude.

Il a remercié toute la population malienne, et celle de la diaspora qui selon lui ont fait une mobilisation exceptionnelle. « J’en appelle à tous les maliens pour dénoncer ces fraudes et de dire qu’ils valent mieux que la fraude et que le Mali vaut mieux que la fraude et le mensonge. Les résultats qu’on a, laisse IBK largement derrière », a-t-il conclu.

Bintou COULIBALY

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Mots-clés : menunav

Les Plus lus

Projet de loi d’entente nationale : « Une menace pour la paix,… »

Quarante sept organisations de défense de droits humains dénoncent le projet de loi d’entente nationale. Elles considèrent le document comme « une menace pour la paix, la réconciliation et les droits des victimes au Mali ». Lisez l’intégralité du communiqué

COFOP : « La tentative… de prorogation du mandat des députés, constitue une violation…de notre Constitution »

« La tentative solitaire et méprisante de prorogation du mandat des députés, constitue une violation majeure de notre Constitution et entame de manière significative la démocratie et la crédibilité de notre pays », indique la Coalition des forces patriotiques

Plan International : « Le harcèlement sexuel est le plus grand danger auquel les filles sont confrontées dans les villes du monde entier »

(LONDRES) : Le harcèlement sexuel présente un risque majeur pour la sécurité des filles et des jeunes femmes dans le monde, selon une enquête réalisée auprès d’experts mondiaux dans 22 villes publiée aujourd’hui par Plan International, l’organisation œuvrant en