• Votre Journal en ligne Contact
  • Les Plus lus

    Mali/UE : Abdoulaye Idrissa Maïga rencontre la Haute Représentante/Vice-présidenteFederica Mogherini

    La Haute Représentante/ Vice-présidente Federica Mogherini a reçu le Premier Ministre du Mali de S.E. Abdoulaye Idrissa Maïga à Bruxelles le 12 Octobre pour aborder des sujets d’intérêt commun : la mise en œuvre de l’Accord de Paix et Réconciliation, la situation

    PNUD au Mali : Aboubacar Koulibaly est le nouveau Directeur pays

    Bamako le 5 octobre 2017 : Aboubacar Koulibaly, de nationalité guinéenne est le nouveau Directeur Pays du PNUD au Mali. M. Koulibaly a plus de 15 ans d’expérience approfondie dans le domaine du développement, notamment la conception et la mise en œuvre des

    Refus de visas aux tchadiens par Donald Trump : Le G5 Sahel exprime sa surprise

    Lisez la Déclaration de la Présidence en exercice du G5 Sahel, suite à la décision du Gouvernement fédéral américain d’inscrire la République du Tchad sur la liste des pays visés par le décret migratoire. La Présidence en exercice du G5 Sahel a appris, avec

    Version imprimable de cet article Version imprimable | |

    Protection sociale au Mali : La CANAM explique son nouveau système d’identification biométrique aux journalistes

    mercredi 17 mai 2017 , par Assane Koné

    L’Initiative d’Information, de Communication et de Plaidoyer sur la Protection Sociale au Mali (ICP-Mali) a organisé, le 16 mai 2017 à Kangaba, une journée d’échanges entre les hommes de médias et les experts du Régime d’Amo. « Quel est l’impact du système biométrique dans l’optimisation de l’AMO ? », est le thème débattu au cours de cette rencontre qui a été présidée par l’Adjoint au Sous-préfet de Kangaba, Jean-Marie Sagara.

    Cette journée a enregistré la participation de Aliou Mady Diallo, Chef de la Cellule Communication de la Canam et non moins représentant du Directeur général de la Canam, de Kamory Keita, adjoint au Maire de la Commune Urbaine de Kangaba et plusieurs journalistes et membres de l’ICP-Mali.

    Chaque année, l’ICP-Mali tient une rencontre délocalisée avec les professionnels de l’information et les experts du régime d’Assurance Maladie Obligatoire (AMO) pour échanger sur les thématiques majeures relatives à la protection sociale. Et c’est la ville de Kangaba qui était en l’honneur le mardi 16 mai 2017.

    En effet, devant une flopée de professionnels des médias, les experts du régime d’AMO ont expliqué les tenants et aboutissants du système d’identification biométrique et dégagé les défis et perspectives de l’AMO.

    Dans son intervention, Jean-Marie Sagara, Adjoint au sous-préfet, a fait un témoignage sur les avantages de l’AMO. Selon lui, l’AMO est plus la belle œuvre que l’Etat ait créée et trouve salutaire la démarche de l’ICP-Mali. La quelle démarche qui offre un cadre d’échanges entre les professionnels de l’information et les experts du régime d’AMO. « Si l’AMO n’existait pas, il fallait la créer », a-t-il lancé.

    Ousmane Dao, Président de l’ICP- Mali a rappelé que cette journée d’échanges s’inscrivait dans la suite logique de l’édition précédente qui, selon lui, a permis d’engranger des résultats satisfaisants. Et cela, grâce à un partenariat dynamique entre la CANAM, la presse et l’ICP.

    S’agissant du thème de la journée, le Président de l’ICP-Mali a indiqué qu’il vise à améliorer la gouvernance de l’AMO à travers une meilleure fiabilisation des opérations qui y sont afférentes. « La lutte contre la fraude des prestations offertes par l’AMO connaitra sa vitesse de croisière pour le grand bonheur des assurés. Je n’ai aucune prétention de m’étendre sur les bienfaits du système biométrique qui fait son entrée dans la gestion de l’AMO », a-t-il déclaré.

    Avant de remercier le Directeur général de la Canam pour ses appuis multiformes apportés à l’endroit de l’ICP-Mali et les hommes de médias pour leurs contributions à la promotion de l’information sur la protection sociale au Mali.

    Système d’identification biométrie

    Dans son exposé, Mme Dicko Djaminatou Sangaré, Directrice du système d’information à la Canam, a noté que l’objectif de ce nouveau système est de contribuer à l’amélioration de la gestion du régime d’AMO à travers un nouveau système d’information. « Il permet de sécuriser les données, d’identifier les bénéficiaires, de montrer les feuilles des soins et le retard de paiement des prestataires », a-t-elle commenté.

    Ensuite, elle dira que c’est une rupture technologique avec l’ancien système. A l’en croire, l’ancien système a causé beaucoup de désagréments car il avait des insuffisances. « Ce qui nous a poussé à amener ce nouveau système. Certains assurés prêtaient leur carte aux non abonnés pour qu’ils puissent bénéficier de prestations. La carte biométrique va mettre fin à ce tripatouillage parce que le détenteur de la carte biométrique est authentifié », a expliqué Dicko Djaminatou Sangaré.

    Et de poursuivre que cette nouvelle méthode facilite la gestion des relations clients. « Ils peuvent faire des recommandations en ligne, via Internet. Et sans compter tous le gain que cela apporte à la Canam », a-t-elle indiqué. Avant d’ajouter que la CANAM dispose désormais d’outils qui sont directement liés aux logiciels et qui sont paramétrés. « Ils permettent à tous les médecins contrôleurs du système de l’AMO de faire une analyse sur tout ce qui s’est passée afin de détecter d’éventuels fraudeurs », a révélé la Directrice du système d’information à la Canam.

    Partant, elle a souligné que le nombre d’abonnés à l’Amo est estimé à 1 300 000 environs. Selon elle, les dossiers de 1 million d’abonnés ont déjà été traités. En ce qui concerne les 300 000 autres abonnés, elle dira que les dossiers sont en cours de traitement.

    Dr Mamadi Diawara, Directeur chargé de l’organisation et du contrôle des soins à l’AMO, a rassuré que le nouveau système d’information biométrique intégration web service va pallier à certaines insuffisances que l’ancien système n’apportait pas. « Ce système est instauré suite à des constats sur la gestion de l’AMO, que sont l’accès et le suivi des soins. Face à cela, la Canam a songé à acquérir ce nouveau système d’information », a-t-il expliqué.

    Quant aux aspects médicaux, il dira qu’avec ce nouveau système la présence physique de l’assuré est obligatoire car son empreinte est sollicitée pour générer un ticket. Et ce ticket qui va suivre toutes les démarches (soins, ordonnances et factures). Et, en cas de fraude avérée, selon lui, il y a des dossiers qui seront montés et déposés au niveau du service contentieux.

    Faut-il rappeler que la cérémonie a pris fin par une remise d’attestation et un trophée au Directeur de la Canam par l’ICP-Mali.

    Moussa Mallé SISSOKO, envoyé spécial

    Assane Koné

    Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

    Un message, un commentaire ?

    Qui êtes-vous ?

    Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

    Ajoutez votre commentaire ici
    • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

    • Mots-clés : menunav

    Annonce