| |

Fonds d’Appui à l’Industrie Cinématographique : Les bénéficiaires du 1er appel à projets sont connus

lundi 28 décembre 2020

Pour son 1er appel à projets, le Fonds d’Appui à l’Industrie Cinématographique (FAIC) a décidé de participer à la réalisation de 13 projets cinématographies. Le 24 décembre 2020, Mme Kadiatou KONARE, Ministre de Culture, de l’Artisanat et du Tourisme a présidé au CICB, la cérémonie solennelle de proclamation des résultats.

Par ce 1er appel à projets, le FAIC se propose de financer des projets de production, de postproduction et de développement de scénarios de films. Et, pour annoncer la bonne nouvelle aux projets retenus, Mme le Ministre avait à ses côtés, le Professeur Jean Bosko KONARE, Président du jury ; Mme Kady NGOM, Conseillère Technique, membre de la Commission d’organisation des activités ; Docteur Brema Moussa KONE, Directeur Général du FAIC.

Mme le Ministre a rappelé que cette activité rentrait dans le cadre d’une mise en capacité du FAIC à travers un essai de ses outils de pilotage pour le financement des œuvres cinématographiques et audiovisuelles. Selon elle, en septembre 2019, le FAIC a élaboré et validé son outil de pilotage pour appuyer le financement du secteur cinématographique et audiovisuel. Il s’agit de son manuel de procédures de sélection des projets cinématographiques et audiovisuels. « C’est en vue de tester, la vigueur et la validé de cet outil de pilotage pour la mise en œuvre de ses actions d’appuis financiers en direction des acteurs du secteur cinématographique et audiovisuel, que le FAIC a initié cette session d’appel à projets pour la sélection de projets cinématographiques et audiovisuels dans les domaines de la production, de la postproduction et du développement de scénarios de films », a-t-elle indiqué.

Qu’à cela ne tienne, Mme le Ministre a estimé qu’aujourd’hui plus que jamais l’industrie du cinéma exige un mode opératoire plus transparent des appuis de financement afin de donner une égalité de chance à tous les demandeurs. « Cette exigence repose sur l’application stricte des règles du jeu édictées dans un manuel de procédures validé par tous afin que chaque acteur soit le libre arbitre de ses performances de soumission de projets », a-t-elle indiqué. Avant de rappeler que la raréfaction des ressources financières et l’introversion des guichets de financement à l’international conduisent à l’instauration d’une compétition entre les acteurs pour le financement de leur projet cinématographique.

Mme le Ministre a déclaré qu’en créant le FAIC, les plus hautes autorités ont voulu doter l’industrie du cinéma et de l’audiovisuel de guichet de financement au plan national tout en comptant sur l’observance des règles de transparence à travers l’établissement de critères reconnus par tous pour une égalité de chance dans le choix et le soutien de financement des projets.

Par cette approche et son mécanisme de financement interne, Mme le Ministre espère voir une souveraineté nationale de l’industrie du cinéma. Mais, elle a conscience que cet objectif ne peut être atteint si dès le départ, les règles du jeu ne sont pas comprises, connues et partagées par tous les acteurs. « Un fonds d’appui sans une base claire des règles d’éligibilité conduit inévitablement à des déviances telles que le népotisme et le favoritisme », a-t-elle déclaré.

Selon elle, la cérémonie de proclamation des résultats de la 1ère édition 2020 de l’appel à projets pour le financement des projets de production, de postproduction et de développement de scénario de films fait partie des actions qui visent à écarter du jeu du concours financier de l’Etat tous errements visant à dilapider les maigres ressources que l’Etat consent à mettre au profit des acteurs du cinéma. « D’ores et déjà, je puis vous assurer que cet apport financier de l’Etat ira à la promotion et au développement du secteur cinéma car tous les critères, contenus dans la convention de financement qui liera les futurs lauréats à la Direction générale du FAIC, seront observés », a-t-elle déclaré.

Les travaux du jury ont abouti aux résultats ci-dessous :

• Développement, 6 projets retenus :

Kobèke Moussa/Looba Sarl ; Le retour de warakôro/Vortex groups ; L’âme battante/Vortexe groups ; Jour-J/Malivid sarl ; Fatima/Toulenta ; La poubelle/Kaira management global

• Production, 6 projets retenus :

Mamy/Banko production ; Terre jaune/Macina films ; L’appel du masque Diarrawara/Golden light ; Ignorance /Sakiliba foto ; Missirikoro/Polyconelile ; Si seulement/Groupe Arc en ciel

• Post production : 1 projet retenu :

Post production série Adama et les dix colas/Woklo barka sas

Assane Koné

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Mots-clés : menunav