• Votre Journal en ligne Contact
  • Les Plus lus

    La Directrice générale de l’UNESCO salue l’ouverture du procès de la destruction du patrimoine de Tombouctou

    L’UNESCO a salué l’ouverture de l’audience d’Ahmad Al Faqi Al Mahdi devant la Cour pénale internationale (CPI) à La Haye, pour crimes de guerre et destruction de monuments et bâtiments d’importance religieuse ou historiques, dont 9 mausolées du patrimoine mondial

    CLARIFICATIONS DE LA MINUSMA AU SUJET DU TRANSPORT D’UN LOT DE MUNITIONS DU SENEGAL AU MALI

    Suite aux articles parus dans la presse au sujet de la saisie le 20 août 2016 par les autorités douanières du Mali, au niveau de la frontière à Diboli, d’un lot de munitions, la MINUSMA souhaite clarifier ce qui suit : 1- 1. Aussitôt informé de l’incident par

    Suite au communiqué de FRANCE MÉDIAS MONDE : La réaction du Gouvernement malien

    « Le Gouvernement de la République du Mali a pris connaissance, avec stupéfaction, d’un communiqué de France Médias Monde dans lequel ce groupe de presse « exprime sa vive inquiétude après que les correspondants de RFI et France 24 au Mali ont été pris pour cibles

    Version imprimable de cet article Version imprimable | |

    Filière mangue au Mali : Plus de 44 mille tonnes commercialisées en 2013

    jeudi 31 octobre 2013 , par Assane Koné

    1er fruit d’exportation et 5ème produit d’exportation après l’or, le coton, le bétail sur pied et les engrais, la quantité de mangues commercialisées est de 44 mille tonnes en cette année 2013. Une campagne jugée positive par le Président de l’interprofession de la filière mangue du Mali. Pour valider les statistiques d’exportation et le bilan de la commercialisation qu’une journée de l’interprofession de la filière a eu lieu le jeudi 31 octobre 2013 au Centre International de Conférences de Bamako. Les participants sont venus des régions de Sikasso, Koulikoro et du district de Bamako. Dans une interview, Moctar Fofana, nous donne d’autres détails.
    .
    Notrenation.com : Qu’est ce qui justifie la mise en place d’une interprofession de la filière mangue ?

    Moctar Fofana : Pour mieux réussir, il faut une bonne organisation. Nous avons remarqué par le passé malgré des efforts consentis par l’Etat et d’autres bailleurs internationaux à travers le financement des projets et programmes, la filière avait du mal à se développer. C’est pourquoi, nous avons jugé nécessaire de mettre sur les fonds baptismaux une interprofession de la filière mangue en décembre 2011.

    Peut-on savoir la mission assignée à votre structure ?

    Il s’agit d’une part d’œuvrer pour le développement, la production, la commercialisation, la transformation des fruits et d’autre part permettre aux acteurs qui opèrent dans le domaine d’avoir des ressources nécessaires leur permettant de vivre de leur labeur.

    Parlez nous du potentiel de mangues que regorge le Mali.

    On estime la production de mangues toutes variétés confondues à 500 mille tonnes par an. Comprenez par là que dans ce tonnage une bonne partie est exportée dans d’autres pays de la sous région et vers l’Europe. J’ajoute par ailleurs que la qualité des mangues du Mali est très bien appréciée par les consommateurs à l’étranger.

    Que peut-on retenir concrètement de la journée de validation des statistiques d’exportation et du bilan de la commercialisation de la mangue que votre interprofession a initié le jeudi 31 octobre 2013 au Centre International de Conférences de Bamako ?

    C’est une rencontre au cours de laquelle nous avons dressé le bilan, recensé les difficultés afin de mieux comprendre les perspectives. Elle se veut annuelle et regroupe tous ceux qui œuvrent dans le domaine (pépiniéristes, producteurs, transformateurs, commerçants, etc.). Les conclusions issues de la rencontre sont diffusées et mises à la disposition des investisseurs et toutes autres structures nationales ou internationales intéressés par les mangues du Mali.

    Que sait-on du bilan de la campagne de cette année 2013 ?

    C’est un bon bilan. Nous avons commercialisé 44 mille tonnes comparativement à la quantité de mangues de l’année 2012 où ce sont 33 528 tonnes. C’est dire qu’il y a eu des efforts qui doivent être soutenus.
    Propos recueillis par

    Siaka Z. TRAORE

    Assane Koné

    Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

    Réactions

    • je suis d’accord avec mon président que cette filière mérite toutes l’attention du gouvernement du Mali en vue de lutter contre la pauvreté dont il est un maillon essentiel. et faire de sorte que ces 4 groupes de familles professionnelles soit des experts et être compétitifs sur les marchés mondiaux puisque d’autres pays comme la cote d’ivoire sont entrain de rendre cette filière performante. si on ne fait pas attention on risque de perdre tous les marchés en leur présence. Cette filère a besoin de l’aide du gouvernement

    Un message, un commentaire ?

    Qui êtes-vous ?

    Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

    Ajoutez votre commentaire ici
    • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

    • Mots-clés : menunav

    Annonce