| |

Terrorisme : Le Musée nationale du Mali reçoit une stèle en hommage aux victimes

mardi 6 avril 2021

Depuis 2012, une horde sortie des ténèbres a décidé d’imposer au Mali, à son peuple et à ses amis, une violence sans nom, mais avec des victimes certaines. Reconnaissant, mais surtout conscient de la nécessité d’une solidarité internationale agissante, le Mali, à travers une initiative du Ministère de la culture de l’artisanat et du tourisme, a décidé de rendre hommage à toutes les victimes du terrorisme. Le jeudi 1er avril 2021, au Musée national de Bamako, Bah N’daw, Président de la Transition, a présidé la cérémonie d’inauguration de la place en hommage aux victimes du terrorisme.

« C’est une façon pour nous de témoigner de l’engagement des hommes de culture, des femmes de culture, des artistes contre toutes les formes d’extrémisme violent ». Ainsi s’est exprimée Mme Kadiatou Konaré, ministre de la culture, de l’artisanat et du tourisme, en marge de l’événement.

Selon Mme le ministre de la culture, le projet au départ portait seulement sur la stèle, une façon d’immortaliser les martyrs et les victimes du terrorisme, qui sont en général morts pour le Mali. Cependant, le hasard a fait qu’elle a visité la galerie de l’artiste Abdoulaye Konaté et a été impressionnée par « l’expression humaniste, et esthétique de l’artiste ». « D’où la naissance de l’idée d’une place, où la stèle et le tableau d’art vont tous jouer ensemble le même rôle : rendre hommage à la mémoire aux victimes du terrorisme, dans le pays », a-t-elle indiqué.

Halte aux effrois

« En 10 jours environ, tous les travaux du monument ont été bouclés », nous a confié Mamadou Koné, l’un des responsables, de l’agence Audex-Sarl, le bureau d’architecture ayant exécuté le marché de la stèle.

La Stèle en image représente la carte du Mali transpercé et encerclé par 3 lignes colorées en vert, jaune et rouge sur un fond en marbre noir. « Cela signifie que le pays est en deuil », a indiqué Abdoulaye Konaté qui a également souligné l’unité du pays dans un avenir meilleur.

Par ailleurs, le concepteur de l’œuvre d’art qui a frappé les esprits, a indiqué que le tableau exposé au Musée national du Mali, fait partie d’une série sur la souffrance humaine dont certaines toiles sont dans collections privées à travers le monde. Conçu dans un grand format de 3 mètres 12 sur 5 mètres 92, l’œuvre intitulée « non au fanatisme religieuse », selon son auteur elle n’est pas contre une religion, mais contre la souffrance humaine, parce que la religion est nécessaire dans une société.

Dans tableau fortement dominé par la couleur noire qui tire souvent sur du dégradé, l’artiste fait un usage bien dosé de la couleur rouge. Et, le contraste entre le noir et le rouge, sans le dire symbolise toute la violence qui pourrait résulter de l’extrémisme. Et le « non au fanatisme religieux » brodé de façon expressive sur le tableau, ajouté au sabre mis dans un viseur, mettent l’accent sur l’engagement humaniste de l’artiste. De façon expressive, il rejette la violence au non de la religion.

Ancien directeur du conservatoire des arts et métiers multimédia Balla Fasseké Kouyaté, le peintre Abdoulaye Konaté a indiqué que son tableau s’accentue beaucoup sur la crise qui a secoué les régions du nord Mali.

Dès qu’on franchi la porte du Musée national par le portail situer vers la route de Koulouba, la stèle force le visiteur à regarder sur sa droite.

Au-delà de Mme le ministre de la culture, de l’artisanat et du tourisme, au regard de l’importance de l’événement, le Président de la transition, Bah N’daw, était accompagné du Directeur Général Adjoint de l’UNESCO, de l’ambassadeur de l’Union Européenne au Mali, de l’ambassadeur du Royaume du Maroc au Mali, et de plusieurs autres personnalités.

Pour finir, le chef de l’Etat, Bah N’Daw a procédé à un dépôt de gerbe de fleur au pied de la stèle. Toujours en hommage aux disparu et marquer la fin de la cérémonie, vers 17 heures, avant s’en aller.

Moussa Lin Diallo

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Mots-clés : menunav