| |

Lutte contre les changements climatiques : Vers une implication des enseignants

mardi 24 novembre 2020

Des cadres de la direction nationale de la pédagogie, de l’enseignement fondamental, de l’enseignement normal, des représentants de l’UNESCO, de l’AEDD, de la DNACPN, de l’IRPR et de la GIZ, ont participé à un atelier d’identification et d’intégration dans le Curriculum de l’Enseignement Fondamental I et II, des thématiques liées à l’éducation, à la prévention et à la lutte contre les changements climatiques. C’était du 17 au 23 novembre 2020 à Tabacoro. L’activité était financée par l’UNESCO.

L’objectif de l’atelier est de prendre en compte dans les niveaux 1, 2, 3 et 4 du curriculum de l’enseignement fondamental, l’éducation à la prévention et à la lutte contre les changements climatiques. Spécifiquement, il s’agit de faire un état des lieux du curriculum de l’enseignement du fondamental en vue de cerner le degré de prise en compte de l’éducation à la prévention et à la lutte contre les changements climatiques, d’identifier toutes les thématiques liées à l’éducation à la prévention et à la lutte contre les changements climatiques, d’identifier les points d’ancrage pour l’insertion des thématiques liées aux changements climatiques dans le curriculum de l’enseignement fondamental, d’intégrer dans le curriculum de l’enseignement fondamental les thématiques liées à la prévention et à la lutte contre les changements climatiques, valider techniquement les thématiques liées à l’éducation à la prévention et à la lutte contre les changements climatiques intégrées dans le curriculum de l’enseignement fondamental.

Notons que le projet intitulé « Renforcement de la Résilience du Système Educatif comme alternative de Prévention et de lutte contre les changements climatiques », est un projet d’information, d’éducation, de communication en faveur du corps enseignant, des éducateurs, des scolaires de l’éducation formelle et non formelle, des organes locaux de gestion de l’école (APE, AME, CGS) et de la Direction Nationale de la Pédagogie, afin de placer les changements climatiques au cœur des apprentissages. Il sera mis en œuvre au pays Dogon et dans la réserve de Biosphère de la Boucle du Baoulé (RBBB).

En plus des enfants et des jeunes, il faut ajouter que les adultes figurent en nombre important parmi les apprenants de l’éducation non formelle (CAF, CED, CAFé) de ces deux zones. Ils sont en grande partie engagés dans les activités de production, de transformation et de commercialisation agricole. Pour cela, ils vivent au quotidien, les effets néfastes du changement climatique sans qu’ils n’appréhendent les enjeux et défis : la rareté des précipitations, les inondations, la sécheresse, les feux de brousse, la malnutrition, le tarissement précoce des mares, la disparition de plusieurs espèces de flore et de faune, etc…

Le projet permettra aussi de renforcer la résilience des communes cibles face aux effets du changement climatique à travers le système éducatif comme une alternative à cet effet. Les actions qui seront développées par la Direction Nationale de la Pédagogie permettront d’intégrer dans le système éducatif les modules portant sur l’éducation à la prévention et à la lutte contre les changements climatiques.

Selon Augustin Poudiougo, représentant du Ministre de l’éducation nationale, au Mali, l’éducation qui devait jouer le rôle de levier afin d’atténuer les effets du changement climatique sur l’environnement, doit faire partie des solutions en inventant des stratégies plus durables et de manière pérenne. Pour lui, cela nous oblige à engager une lutte commune et de manière systématique contre les effets liés aux changements climatiques à travers l’éducation et au profit des générations futures.

Le représentant du Ministre de l’éducation nationale a rassuré qu’il est prévu de faire une prise en charge de la problématique du changement climatique par les curricula d’enseignement du formel, du non formel et d’élaborer des outils pédagogiques dans les mois à venir. L’objectif recherché à court terme sera de créer dans les écoles à travers les programmes d’enseignement, un environnement dans lequel, tous les enfants seraient en mesure d’apprendre en vue d’adopter des comportements favorables, à la prévention et la lutte contre les changements climatiques et leurs conséquences.

Au demeurant, il adonné l’assurance que les actions en cours se poursuivront et les questions de lutte contre les risques de catastrophes, et de lutte contre les changements climatiques seront au cœur de nos préoccupations par des actions de sensibilisation à travers les curricula et les supports pédagogiques adaptés.

Pour conclure, il a remercié, au nom des plus hautes autorités en charge de l’Education nationale le Bureau de l’UNESCO pour son appui technique et financier et travers elle, tous les autres PTF et ONG pour avoir accepté de financer cette activité.

Bintou COULIBALY

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Mots-clés : menunav