| |

Culture, Santé et Environnement : Fescauri devient Festival Ecologique et des Traditions Africaines

samedi 19 décembre 2020

A la faveur de la 14ème édition, Fescauri devient le Festival Ecologique et des Traditions Africaines (Fescauri-Eco) et s’installe sur un site de 2 ha, à Kalassa. Du 17 au 20 décembre 2020, des amoureux de la culture, des traditions africaines et de l’environnement, se sont donnés rendez-vous dans la Commune rurale de Siby, cette année précisément à Kalassa, pour participer à la 14ème édition du Fescauri, qui va désormais s’appeler Fescauri-Eco (Festival Ecologique et des Traditions Africaines).

La 14ème édition du Fescauri a été marquée par le changement d’appellation de l’évènement. « Désormais, il va falloir s’habituer à la terminologie Festival Ecologique et des Traditions Africaines (Fescauri ECO) », a indiqué Mandjou Yattara, Délégué général de Fescauri Eco. Avant de préciser que cette démarche s’inscrit dans une dynamique écologique à travers le renforcement des atouts culturels et le vivre ensemble, tout en préservant l’environnement gage de tout développement socioéconomique et culturel.

Et, pour saluer cette volonté des initiateurs à mettre la culture et nos traditions africaines au service de la protection/préservation et promotion de notre environnement, Mme Kadiatou Konaré, Ministre de la Culture, de l’artisanat et du tourisme, a fait le déplacement de Siby. Pour la circonstance, elle était accompagnée de sa collègue Bernadette Keita, de l’Environnement, de l’assainissement et du développement durable, qui a eu l’honneur de lire le discours d’ouverture de la 14ème édition du Fescauri Eco.

Mais, avant Kassim Traoré, représentant du Chef de village de Kalassa, a souhaité la bienvenue aux deux membres du Gouvernement, à toutes les autorités qui ont fait le déplacement de Siby et aux Festivaliers. Il les a rassuré de l’hospitalité légendaire du Mandé. De son côté, Daouda Keita, Maire de la Commune Rurale de Siby, a salué la persévérance et l’engagement de Mandjou Yattara, Délégué général de Fescauri ECO. Selon lui, c’est grâce à cet engagement que Fescauri est parvenu à inscrire le nom de Siby dans le calendrier de la promotion culturel, touristique et désormais environnemental du Mali. Il a ensuite levé le voile sur les potentialités culturelles, touristiques, artisanales et environnementales de sa localité située à seulement 45 kilomètres de Bamako, et qui font de Siby le lieu qui se prête le mieux au développement de l’éco-tourisme.

« Le changement de nom de la manifestation vient de notre prise de conscience quant à l’impact négatif que pourrait avoir l’organisation d’un festival sur l’environnement », a indiqué Mandjou Yattara. Avant d’ajouter que les organisateurs de Fescauri, soucieux de préserver les zones naturelles, ont décidé à partir de cette année de mettre l’accent sur la protection et la préservation de l’environnement pour un développement durable. « Cette conscience écologique se revendique à travers des projets locaux de développement durable en milieu événementiel, des solutions écologiques pour la survie de notre écosystème », a-t-il déclaré.

Fescauri s’installe sur son propre site de 2 ha

Et, conforment à cet engagement, il dira qu’il a été décidé d’aménager sur le nouveau site du Festival. « D’une superficie de 2 hectares, ce centre Éco touristique, culturel et sportif abritera désormais le festival et d’autres activités culturelles, toute l’année pour son autonomisation et va employer une dizaine de jeunes de la Commune de Siby », a-t-il ajouté. Mais, dans l’avenir Mandjou Yattara compte faire de ce site un véritable pôle d’attraction avec un espace dédié aux randonnées, un espace aménagé pour des chutes d’eau baignoires, la construction de bungalows entre les arbres et la construction d’un podium géant pour des performances en plein aire. « Nous travaillons à la pérennisation de cet espace pour en faire un haut lieu de la culture et des traditions africaines au Mali dans les années à venir, le tout dans un environnement écologique et naturel », a-t-il indiqué.

En ce qui concerne le thème cette 14ème édition de Fescauri ECO « Culture, Santé et Nature : Sauvons notre environnement », Mandjou Yattara a rappelé le contexte difficile de la COVID-19. Selon lui, le secteur des arts et de la culture est particulièrement impacté par cette pandémie. Et, c’est au regard de ce contexte particulièrement difficile, il dira que la décision a été prise de faire cette édition dans un format innovant qui met l’accent sur la protection de l’environnement, tout en mettant un point d’honneur sur le respect des mesures barrières contre la COVID-19.

« Pour cette édition écologique, nous vous réservons beaucoup d’innovations à travers des ateliers, le green ay, les villages culturels, l’écotourisme, les expositions et des performances des arts de la scène », a-t-il conclu.

En sa qualité de ministre de la Culture, de l’artisanat et du Tourisme, Mme Kadiatou Konaré a salué les organisateurs de cette manifestation pour leur engagement et abnégation à renforcer l’attractivité de la localité de Siby du point de vu touristique, culturel et artisanal. Elle a salué leur volonté de profité du potentiel de cette localité pour promouvoir les traditions africaines dans environnement protégé et préservé.

Cependant, au regard du contexte difficile de la maladie à COVID-19, elle a s’est réjouit des grands efforts faits par les organisateurs pour le respect du port de masques obligatoire et du lavage des mains au savon, en plus de l’utilisation du gel hydrologique. Mais, qu’à cela ne tienne, elle a invité les festivaliers et les organisateurs à redoubler d’effort, afin que les mesures de distanciation sociale édictées par le gouvernement du Mali, soient une réalité. Elle a aussi profité de son passage à Fescauri ECO pour rappeler les mesures importantes que le Gouvernement malien vient de mettre en place pour faire face à la pandémie à COVID-19, notamment le respect de la limitation à 50 personnes des grands regroupements. Cette précision faite, Mme Kadiatou Konaré a passé le micro à Mme Bernadette Keita, ministre de l’Environnement, de l’assainissement et du Développement durable, pour le discours d’ouverture de la 14ème édition du Fescauri ECO.

Mme Bernadette Keita a déclaré que le festival, temps de fête et de divertissement, est aussi le temps de la réflexion sur les enjeux du moment. Elle a salué l’initiative du festival de s’installer sur son propre site, qui sera dans les années à venir un espace verdoyant, récréatif et sain, et ce, conformément avec le thème de cette édition : « Culture, Santé et nature : Sauvons notre environnement ». Elle a aussi salué Mme Kadiatou Konaré pour sa bonne compréhension de l’unité d’action du gouvernement pour mener à bien la mission à lui assignée, afin de réaliser les objectifs de la Transition.

Mme Bernadette Keita a indiqué toute sa joie d’être associée à cette activité qui a lieu dans le Mandé, terre de culture, où ‘’tout a commencé et où tout finira’’, selon un adage. Elle a indiqué qu’elle était d’autant satisfaite que ce sera une belle occasion pour savourer les sonorités musicales du Mali et d’ailleurs, de découvrir la puissance du verbe des sages donso et soma, et de percer les mystères par les cauris, afin de nous enrichir de savoirs et de savoir faire. En sa qualité de Ministre de l’Environnement, de l’assainissement et du développement durable, elle a rappelé qu’à Siby, la nature est généreuse et pourvoyeuse de ressources pour se soigner et se préserver. « Au moment où partout, il est question de sursaut salvateur pour réduire l’impact du changement climatique, nous avons l’impérieuse obligation d’exploiter judicieusement nos ressources, pour éviter la destruction de nos flores, de dénuder nos terres et de créer des déserts néfastes à notre épanouissement », a-t-elle conseillé.

Se refusant à admettre que « sauver notre environnement » ne saurait être un slogan creux, Mme Bernadette Keita dira que c’est un cri de détresse en vue de léguer à nos enfants, nos descendants un monde où il fait bon vivre. Et, au regard de cela, elle a salué les organisateurs de Fescauri ECO pour leur inestimable contribution à la campagne de sensibilisation pour la sauvegarde de notre environnement, en ce moment où nous célébrons le 5ème anniversaire de l’Accord de Paris sur le climat.

Assane Koné

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Mots-clés : menunav