• Votre Journal en ligne Contact
  • Les Plus lus

    Plan International et l’organisation de développement danoise BØRNEfonden vont fusionner

    Plan International Danemark, ONG majeure pour les droits des filles, et BØRNEfonden, organisation de développement danoise en faveur des jeunes, vont fusionner dans le but de renforcer leur impact sur les enfants et les jeunes vulnérables en Afrique de

    Niger et Mali : Les Missions EUCAP Sahel au cœur des défis transfrontaliers

    Comment mieux assurer la sécurité transfrontalière entre le Mali et le Niger face à la situation sécuritaire qui se dégrade ? Le séminaire « Gestion de la criminalité transfrontalière entre le Niger et le Mali »du 4 au 5 décembre réunissait à Niamey des

    Meeting du Collectif des Associations AN TE, A BANNA : « IBK, a de toute évidence échoué… »

    « IBK, a de toute évidence échoué : Echouer de rassembler les maliens, échouer de lutter contre l’insécurité, échouer de régler la question du nord, échouer tout simplement de faire vivre le Mali ». Nous indique le déclaration du grand meeting populaire et

    | |

    Un nouvel élan dans la protection du patrimoine culturel malien

    jeudi 2 novembre 2017 , par Assane Koné

    Bamako, 31 octobre 2017 -Dans le cadre de la mise en œuvre de la deuxième phase du Programme de réhabilitation du patrimoine culturel et de sauvegarde des manuscrits anciens du Mali, une formation de 10 formateurs nationaux et de 14 formateurs des forces de maintien de la paix de la MINUSMA sur la protection du patrimoine s’est tenue du 25 au 27 octobre à l’École de Maintien de la Paix. Face à la destruction intentionnelle et au trafic illicite de biens culturels, menaces persistantes pour la paix et la sécurité internationales, cette formation a pour objectif de développer et de renforcer la prévention et la sécurité des sites.

    La cérémonie d’ouverture était présidée par Madame N’DiayeRamatoulaye Diallo, Ministre de la Culture du Mali. Monsieur Hervé Huot-Marchand, Chef du Bureau de l’UNESCO à Bamako, Madame Françoise Gianviti,Représentante de l’Ambassadeur de France au Mali, MonsieurMoulaye Coulibaly, Directeur national du patrimoine culturel, Madame Alonso Cano Guiomar, Conseillère régionale pour la Culture du Bureau régional de l’UNESCO à Dakar, Madame Elsa Urtizverea, Représentante du Siège de l’UNESCO, de nombreux experts, des participants nationaux et des forces de maintien de la paix de la MINUSMA étaient présents à ses côtés.

    Dans son allocution, Madame N’Diaye a remercié l’UNESCO pour la mise en œuvre du Programme de réhabilitation qui a contribué à la sauvegarde et à la protection des biens culturels, durement éprouvés à partir de mars 2012par la crise politique, institutionnelle et sécuritaire dans les trois régions du Nord du pays et celle de Mopti.

    Se basant sur l’expérience fructueuse de la formation du personnel de la MINUSMA, Madame la Ministre a émis le souhait que « ce nouveau programme de formation des formateurs à l’attention des Forces de Défense et de Sécurité et du personnel civil, loin d’être une panacée, soit un outil basique, à l’échelle nationale et internationale, pour toutes les activités de formation en matière de protection du patrimoine culturel en période de conflit ».

    Monsieur Huot-Marchand a, pour sa part, déploré les destructions intentionnelles des biens culturels par les belligérants en raison de leur nature même. « Symboles des peuples qui en sont à l’origine et de leur permanence dans le temps, ces œuvres et bâtiments sont l’incarnation de l’ennemi à anéantir. Non content de détruire l’homme, il faut également détruire les traces de ce qu’il a été, afin que rien ne subsiste de l’adversaire, ni son enveloppe charnelle, ni son aura culturelle, ni son existence spirituelle. »

    Monsieur Huot-Marchand a rappelé, qu’au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, les Nations ont fusionné culture, mondialisation et humanité, en se déclarant « convaincues que les atteintes portées aux biens culturels, à quelques peuples qu’ils appartiennent, constituent des atteintes au patrimoine culturel de l’humanité entière, étant donné que chaque peuple apporte sa contribution à la culture mondiale ».

    Au cours de trois journées de travail, les participants ont pris part à différentes sessions basées sur les présentations thématiques notamment sur l’identification, les différents cadres institutionnels,l’importance de la protection et de la préservation du patrimoine culturel, la présentation de deux modules conceptualisés et améliorés sur la protection du patrimoine, sur la connaissance du Mali et de sa diversité culturelle. Des exercices de simulation au Musée National du Mali sur la protection du patrimoine en période de conflit par les forces de défense et de sécurité ainsi qu’une visite au centre de conservation et de valorisation des manuscrits anciens de l’ONG SAVAMA-DCI ont marqué la fin cette série de présentations.

    Enfin, des propositions concrètes ont été faites sous forme de recommandations pour la mise en œuvre du programme de formation des forces de défense et de sécurité à la protection du patrimoine ainsi que la sécurisation des institutions patrimoniales (Musées, bibliothèques…).

    Ainsi, la volonté d’intégrer des modules sur la connaissance et la protection du patrimoine dans les programmes des écoles de formation des forces armées de défense et de sécurité ou encore la mise en place d’un comité conjoint entre différents partenaires impliqués (MINUSMA, UNESCO, Ministère de la Culture et Ministères en charge de la défense et de sécurité) pour finaliser un dossier d’objectif de chaque site a notamment été exprimée.

    « Ces trois jours de formations nous ont permis de mieux nous imprégner de l’importance de la protection et de la préservation du patrimoine culturel. Nous avons apprécié les exercices de simulation et la visite du centre de conservation et de valorisation des manuscrits anciens, qui est une première pour nombre d’entre nous. Cette formation des formateurs est importante car elle nous permettra d’assurer le relais au sein de nos unités », a déclaré Oumar Diop, au nom des participants.

    Il faut rappeler que depuis octobre 2013, l’UNESCO dispense une formation d’une heure par semaine à tout nouveau personnel arrivant à la MINUSMA dans le cadre du cours d’induction dont trente minutes sont consacrées à la protection du patrimoine et trente minutes sur à la sensibilisation à la société malienne. Sur un total de 14046 personnels déployés, plus de 4000 civils, policiers ou militaires ont bénéficié de cette formation.

    Cette formation s’inscrit dans le cadre de la deuxième phase du Programme de réhabilitation de l’UNESCO conçue pour répondre au contexte actuel changeant au Mali. Elle a été élaborée et organisée grâce au soutien du Département fédéral des affaires étrangères de la Confédération suisse pour le renforcement de la mise en œuvre de la Convention de La Haye de 1954 pour la protection des biens culturels en cas de conflit armé et de ses deux (1954 & 1999) Protocoles.

    Lien photos : https://www.flickr.com/photos/13594...
    Pour écouter le débat sur Radio Mikado FM entre les forces de sécurité (Maliennes et MINUSMA, la DNPC et les experts de l’UNESCO sur l’impact de la formation, cliquez ici :https://soundcloud.com/mikado-fm/ta...

    Assane Koné

    Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

    Un message, un commentaire ?

    Qui êtes-vous ?

    Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

    Ajoutez votre commentaire ici
    • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

    • Mots-clés : menunav

    Annonce