Version imprimable de cet article Version imprimable | |

Rentrée littéraire du Mali : La 7ème édition se tiendradu 21 au 25 février 2017 à Bamako

jeudi 16 février 2017

Comme chaque année le mois de février met le livre à l’honneur avec la rentrée littéraire. Cette 7ème édition, se déroulera du 21 au 25 février 2017 à Bamako, sur le thème : « Renouveler le Monde ». Elle s’inscrira parfaitement dans les principes directeurs de la politique culturelle du Mali énoncés comme suit : transversalité de la culture dans le développement et transversalité de l’économie dans la culture ; reconnaissance des créateurs, entrepreneurs et professionnels des différentes filières culturelles comme acteurs du développement à part entière et comme partenaires principaux dans l’œuvre d’impulsion du développement et le respect de la diversité et promotion de la liberté culturelle.

Ibrahima Aya et Sékou Fofana, deux des organisateurs de ce grand rendez-vous, et Corinne Micaelli Mulholland, Directrice de l’Institut français du Mali, partenaire de la Rentrée, la représentante de l’Union européenne et la représentante de l’ambassade du Royaume de Belgique au Mali, étaient devant la presse, en compagnie de quelques auteurs et éditeurs maliens, le mardi 14 février 2017 à la Maison de la Presse, pour présenter le riche programme 2017.

La Conférence inaugurale sous le thème : « Déconstruire pour renouveler le monde », présentée par Dr Youba Sokona, aura lieu à l’Université des lettres et sciences humaines de Bamako à 1O h, le mardi 21 février sous la présidence de Mme Assétou Founé Samaké Migan, ministre de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique et la clôture de la Rentrée littéraire se déroulera à l’Institut Français du Mali (ex CCF), avec une soirée de gala qui verra la remise des prix de cette édition.

Dès le lundi 20 février, les nombreuses activités vont commencer, dont des ateliers d’écriture, la soirée de lectures à haute voix, des cafés littéraires et des dédicaces d’auteur.

Les sites où se dérouleront les activités de cette Rentrée littéraire sont situés en différents points de notre capitale. Il s’agit du Musée national, de la Gare, la Médina, du Bla Bla de l’Hippodrome, de l’Institut français, de la Bibliothèque nationale du Mali, des espaces culturels, des Universités, lycées et collèges partenaires.

Selon Ibrahima Aya, initiateur, plus d’une trentaine d’auteurs étrangers passionnés et amoureux de la littérature seront à Bamako pour participer à cet espace de partage de l’imaginaire, de débats et questionnements sur les enjeux de la société, qui mobilise chaque année plus de partenaires. Ibrahima Aya dira que c’est dans un contexte difficile, la rentrée littéraire à un peu évoluer.

La Directrice de l’Institut Français a profité de l’occasion pour rappeler que c’est un « évènement très capital pour l’Institut, qui en est un partenaire de marque et de longue date », avant de remercier les organisateurs pour le nombre d’activités programmées, qui augmente chaque année, preuve de sa vitalité.

Première initiative du genre en Afrique, la Rentrée littéraire du Mali a été saluée pour l’engouement suscité et la réussite connue dès sa première édition, tenue en 2008. Elle a été reconnue événement d’envergure nationale dès 2010 (lettre n° 0095/MC-SG du ministre de la Culture en date du 19 janvier 2010). La rentrée littéraire se fixe comme objectif de « faire de Bamako un des grands rendez-vous de la célébration et de la diffusion de la création littéraire et intellectuelle en Afrique ». Elle entend ainsi « contribuer à l’amélioration de la structuration et de l’intégration de la filière du livre en Afrique en général et au Mali en particulier, en promouvant les auteurs et la diffusion de leurs œuvres ».

Enfin, quatre prix sont traditionnellement décernés à l’issue de chaque Rentrée littéraire, celui du meilleur premier roman et les prestigieux Prix Massa Makan Diabaté et Ahmed Baba, meilleur manuscrit, grâce à l’appui financier de partenaires comme le ministère de la Culture ou l’Union Européenne, l’Ambassade du grand-Duché de Luxembourg au Mali, entre autres.

Lamine Kané

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Mots-clés : menunav

Les Plus lus

Agression du Journaliste Elhadji Hamidou Touré : Les Associations Faitières des journalistes réclament justice

« Cet incident intervient après de nombreuses agressions physiques et verbales à l’encontre des hommes de medias, s’ajoutant à la disparition depuis trois ans du confrère Birama Touré qui reste sans suite », indique la déclaration publiée. Lisez ! Déclaration de

Projet de loi d’entente nationale : « Une menace pour la paix,… »

Quarante sept organisations de défense de droits humains dénoncent le projet de loi d’entente nationale. Elles considèrent le document comme « une menace pour la paix, la réconciliation et les droits des victimes au Mali ». Lisez l’intégralité du communiqué

COFOP : « La tentative… de prorogation du mandat des députés, constitue une violation…de notre Constitution »

« La tentative solitaire et méprisante de prorogation du mandat des députés, constitue une violation majeure de notre Constitution et entame de manière significative la démocratie et la crédibilité de notre pays », indique la Coalition des forces patriotiques