Version imprimable de cet article Version imprimable | |

Attraction du MASA 2018 : Bob Atisso et sa sculpture sur sable

vendredi 16 mars 2018

Dès le premier jour de la 10ème édition du MASA, nous avons été impressionnés par un artiste : Bob Atisso. L’homme et ses œuvres ont été une véritable attraction lors de ce MASA. Et, les organisateurs ont eu la merveilleuse idée de lui allouer l’atelier N°6.

Comment fait-t-il pour réaliser des œuvres aussi impressionnantes avec le sable ? Cette question vient comme un refrain sur les lèvres de tous ceux qui se laissent surprendre par Bob Atisso au Palais de la culture.

Bob Atisso, de nationalité togolaise, est un artiste particulier. Il est sculpteur et façonne le sable pour faire ses œuvres. En réalité, son atelier de production est une performance artistique où l’artiste n’utilise que le sable et l’eau pour réaliser ses œuvres.

« Dans le cadre du Masa, je m’étais proposé de réaliser une œuvre qui cadre avec l’évènement. Comme l’homme propose et dieu dispose, j’ai perdu une partie de l’œuvre. Mais, je vais l’adapter pour en faire une œuvre très expressive », nous a indiqué Bob Atisso. Mais quelques minutes après, quand nous sommes passés voir Bob Atisso à l’œuvre, nous avons été surpris de voir une belle dame dans une scène de danse, moulée dans le sable.

Malgré le fait que les spectateurs ne manquaient pas d’éloges pour cet artiste exceptionnel et son œuvre, comme frustré par la perte d’une partie de sa réalisation, il s’est imposé le défi de reprendre l’ouvrage. Et, le résultat est impressionnant.

Placée sous une bâche, l’œuvre finale de Bob Atisso est un hommage au 25ème anniversaire du Masa. Un joueur de balafon donne le « la » à une danseuse déchainée, au moment où deux joueurs de tambours rivalisent d’ardeur pour donner une âme au sable. Et, comme pour rappeler que c’est le 25ème anniversaire du Masa, l’artiste fait apparaître le logo du plus grand marché des arts de la scène en Afrique et lui accole un « 25 ».

Le fait que l’œuvre soit éphémère, n’enlève rien à l’excellence de cet artiste togolais, qui a pris conscience de son talent en 2011, lorsqu’il a eu la chance de participer à une compétition en Russie.

Après ce déclic, l’artiste s’est auto formé à travers l’Internet. Et, participe aujourd’hui à des festivals et à des compétitions pour vivre.

Chapeau bas pour cet artiste dans le vrai sens du mot.

Assane Koné

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Mots-clés : menunav

Les Plus lus

Projet de loi d’entente nationale : « Une menace pour la paix,… »

Quarante sept organisations de défense de droits humains dénoncent le projet de loi d’entente nationale. Elles considèrent le document comme « une menace pour la paix, la réconciliation et les droits des victimes au Mali ». Lisez l’intégralité du communiqué

COFOP : « La tentative… de prorogation du mandat des députés, constitue une violation…de notre Constitution »

« La tentative solitaire et méprisante de prorogation du mandat des députés, constitue une violation majeure de notre Constitution et entame de manière significative la démocratie et la crédibilité de notre pays », indique la Coalition des forces patriotiques

Plan International : « Le harcèlement sexuel est le plus grand danger auquel les filles sont confrontées dans les villes du monde entier »

(LONDRES) : Le harcèlement sexuel présente un risque majeur pour la sécurité des filles et des jeunes femmes dans le monde, selon une enquête réalisée auprès d’experts mondiaux dans 22 villes publiée aujourd’hui par Plan International, l’organisation œuvrant en