Version imprimable de cet article Version imprimable | |

Arts Collaboratory à Ségou’Art 2019 : « L’Afrique est l’avenir et cet avenir est au féminin »

dimanche 17 février 2019

Dans le cadre de Ségou’Art 2019, Arts Collaboratory en partenariat avec le Centre Soleil d’Afrique au Mali, a apporté sa pierre à la construction du nouvel espace de promotion des jeunes talents des arts plastiques sur le continent. Sous la bannière de la galerie Centre Soleil d’Afrique, six organisations du réseau Arts Collaboratory ont fourni du contenu artistique en relation avec la thématique : « L’Afrique est l’avenir. L’avenir est féminin ».

Même si chacune des 6 organisations occupe une place de choix dans cette exposition, il faut le dire : la matrice de la scénographie a été les œuvre de l’atelier organisé du 26 au 30 janvier 2019, au Centre Soleil d’Afrique. Dans le cadre de cet atelier, Pamela A. Aobo de 32° Est/Uganda Arts Trust, en sa qualité d’artiste invitée, a collaboré avec l’artiste colombienne Sofia Gaviria et les artistes maliennes que sont Fanta Diarra, Kadidiatou B. Fofana et Mariam Ibrahim Maïga.

« L’avenir de l’Afrique et l’importance croissante des femmes », prennent de plus en plus de place dans les débats. Et, des femmes artistes, grâce à l’écosystème de Arts Collaboratory composé de 25 organisations culturelles à travers le monde, ont décidé de trouver des réponses au féminin à certain nombre de questions. D’abord, elles ont interrogé la signification de la phrase « L’avenir de l’Afrique et l’importance croissante des femmes ». Ensuite, elles ont décidé d’amener des femmes à parler de leur rôle dans ce futur qui réserve une place de choix aux femmes. Enfin, les femmes ont mis en exergue leur rêve.

Kadidiatou B. Fofana et Fanta Diarra, dans une collaboration renforcée, ont réalisé une vidéo où une policière, une femme conductrice de Sotrama (bus de transport en commun à Bamako), une femme chauffeur de taxi, une femme joueuse de balafon et une jeune femme artiste, prennent le pouvoir, en expliquant comment elles sont arrivées à faire des activités traditionnellement réservées aux hommes. Et, pour immortaliser le tout, elles ont réalisé des portraits photographiques parlant.

Cette exposition met en exergue une vidéo de Sofia Gaviria, qui pourrait être perçue comme une démarche qui vise à rendre naturel l’idée que les femmes sont mieux préparées que les hommes par rapport aux soins ou tâches ménagères. Mais, loin de là. L’artiste s’en défend. « Mon travail vise à développer une vision et une attitude qui s’appliquent non seulement à la sphère privée, mais aussi à la sphère publique, devenant elles mêmes, des éléments centraux proposant des réponses aux principaux défis auxquels le monde est confronté aujourd’hui », a indiqué Sofia Gaviria, en parlant de sa vidéo intitulée « Musso ». Cette vidéo suscite une réflexion sur le rôle des femmes africaines dans le développement du continent.

« Une femme est un être de sexe féminin », affirme Mariam Ibrahim Maïga, dans un tableau qui n’a d’égale que la beauté féminine. Au-delà de cette peinture qui met en valeur la sensualité féminine dans une image expressive d’un corps de femme sans tête, mais suffisamment généreux, Mariam dénonce toute la misère que subit notre tendre moitié. Cristallisée dans du noir sur du jaune, Madame tout le monde parle à qui veut la lire : « La déclaration des droits humains et du citoyens a mis de côté deux catégories de personnes : la femme et le noir ». Et, loin de se contenter de cette contestation, l’artiste qui adore écrire, ou faire écrire sur ses toiles, rappelle à qui veut l’écouter que : « Le noir est l’avenir et la femme est l’avenir du noir ».

Pour sa part, Pamela A. Enyonu, dans une installation intitulée le « puits », invite le visiteur à venir « boire en profondeur ». Mais, elle conseille de « ne pas boire avec la bouche », mais plutôt de « boire en profondeur pour réveiller la soif de la connaissance, de justice, d’égalité et d’un monde meilleur ». « Par mon approche artistique, je cherche à structurer notre façon de penser et de réagir aux évènements de la vie quotidienne », a-t-elle indiqué.

Cette exposition, nous donne aussi l’opportunité de voir une dizaine de photographies synthétiques des actions de la « Casa Très Patios » de Medellin en Colombie pour promouvoir la justice sociale par le biais de projets artistiques et pédagogiques. Et, elle finit par la vidéo qui résume des actions emblématiques de « Kër Thiossane » de Dakar.

Assane Koné

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Mots-clés : menunav

Les Plus lus

Vœux de nouvel AN 2019/ Aliou DIALLO, Président d’honneur de l’ADP-Maliba « Mettre le Mali au-dessus de tout »

« …Les réformes territoriales, administratives et politiques seront au cœur de l’agenda politique national. Si ces changements dans le fonctionnement, l’organisation et l’administration de l’état sont le seul fait de l’actuelle majorité au pouvoir, cela

EDUCATION SEXUELLE AU MALI : « Le… FARE condamne la méthode… du gouvernement sur un sujet aussi délicat et sensible… »

« Le parti FARE condamne la méthode d’approche du gouvernement sur un sujet aussi délicat et sensible que celui-ci », indique un Communiqué du Parti FARE. Le parti FARE est vivement préoccupé par la tension sociale provoquée par le projet de manuel d’éducation

Agression du Journaliste Elhadji Hamidou Touré : Les Associations Faitières des journalistes réclament justice

« Cet incident intervient après de nombreuses agressions physiques et verbales à l’encontre des hommes de medias, s’ajoutant à la disparition depuis trois ans du confrère Birama Touré qui reste sans suite », indique la déclaration publiée. Lisez ! Déclaration de