• Votre Journal en ligne Contact
  • Les Plus lus

    Plan International et l’organisation de développement danoise BØRNEfonden vont fusionner

    Plan International Danemark, ONG majeure pour les droits des filles, et BØRNEfonden, organisation de développement danoise en faveur des jeunes, vont fusionner dans le but de renforcer leur impact sur les enfants et les jeunes vulnérables en Afrique de

    Niger et Mali : Les Missions EUCAP Sahel au cœur des défis transfrontaliers

    Comment mieux assurer la sécurité transfrontalière entre le Mali et le Niger face à la situation sécuritaire qui se dégrade ? Le séminaire « Gestion de la criminalité transfrontalière entre le Niger et le Mali »du 4 au 5 décembre réunissait à Niamey des

    Meeting du Collectif des Associations AN TE, A BANNA : « IBK, a de toute évidence échoué… »

    « IBK, a de toute évidence échoué : Echouer de rassembler les maliens, échouer de lutter contre l’insécurité, échouer de régler la question du nord, échouer tout simplement de faire vivre le Mali ». Nous indique le déclaration du grand meeting populaire et

    | |

    Soumaîla Cissé à la 8ème conférence nationale de l’URD : « Notre pays se meurt à petit feu, la situation sécuritaire se dégrade chaque jour un peu plus »

    samedi 18 novembre 2017 , par Assane Koné

    « Entre l’enfer du centre et du nord et le purgatoire du sud, que reste-t-il à notre peuple meurtri, trompé et ballotté entre les professions de foi sans lendemains et les promesses fallacieuses d’un avenir meilleur, sans cesse repoussé ? », la question a été posée par Soumaïla Cissé, Président de l’URD le 18 novembre 2017, lors de l’ouverture de la 8ème Conférence nationale de l’URD. Lisez l’intégralité du discours !

    DISCOURS DU PRESIDENT SOUMAILA CISSE A LA 8ème CONFERENCE NATIONALE DE L’URD}

    Mesdames, Messieurs les Présidents d’Honneur de l’URD ;
    Honorables Députés à l’Assemblée Nationale ;
    Mesdames, Messieurs les membres du Haut Conseil des collectivités ;
    Distingués Invités ;
    Mesdames et Messieurs, les Délégués ;
    Chers amis ;
    Chers camarades militantes et militants de l’URD ;

    Permettez-moi, avant tout, de rendre grâce à Allah, le Très Miséricordieux, le Tout Miséricordieux, dont la volonté́ nous permet d’être là, ce matin.

    Je voudrais remercier ensuite au nom de tous les militants et sympathisants de l’URD, l’ensemble de nos invités pour le très grand honneur qu’ils nous font en répondant à notre invitation.

    Je voudrais saluer respectueusement les représentants des familles fondatrices de Bamako et les chefs religieux pour leur présence à nos côtés.

    Puissent leurs prières bénir le Mali et apporter la Félicité à nos familles ! Amen !

    Je tiens à remercier les anciens Premiers ministres, les membres du corps diplomatiques et les hautes personnalités, ici présentes, pour avoir sacrifié de leur temps pour assister à cette cérémonie.

    Il me plaît de saluer l’ensemble des associations de la société civile particulièrement les divers regroupements de jeunes pour leur accompagnement.

    Je voudrais saluer enfin les partis et organisations politiques pour leur présence et pour le travail remarquable qu’ils mènent au quotidien pour le renforcement et le développement de notre démocratie.

    A vous tous, ici présents, l’URD reconnaissante, vous dit : MERCI ! MERCI INFINIMENT !

    Militantes et militants de l’URD ;
    Chers délégués à la 8ème Conférence nationale ;

    Votre présence ce jour, massive, imposante, enthousiaste et dynamique, prouve votre indéfectible attachement à nos valeurs : comme définies par notre devise : UNITÉ, JUSTICE, TRAVAIL.

    Pour réussir ensemble demain, votre mobilisation plus que généreuse et solidaire vise à proposer à notre pays plus qu’une alternative, plus qu’une alternance, un véritable projet de gouvernance.

    Oui, un projet de bonne gouvernance, un solide et réaliste programme de développement et un pacte national de solidarité́ sociale et de justice égalitaire.

    Oui, notre pays a besoin d’une vision claire et affirmée pour plus d’équité et de justice sociale.
    Aussi, les résultats largement positifs obtenus depuis la dernière Conférence nationale par le remarquable travail de mobilisation et de formation, prouvent, à souhait, que notre parti poursuit inexorablement sa marche vers la victoire pour le salut du Mali.

    C’est le lieu de féliciter l’ensemble du Bureau exécutif national, les Commissions spécialisées, le Mouvement des Femmes et des Jeunes du Parti, nos députés, nos conseillers nationaux, nos maires et nos élus pour l’excellent travail accompli.

    Vos efforts ont en effet, permis d’élargir la base de notre parti, d’attirer vers nous, des hommes et des femmes de grande valeur.

    Bienvenue, Chers Camarades, vous nous avez fait confiance, vous ne serez pas déçus, parce qu’à l’URD nous savons accueillir celles et ceux qui viennent à nous.

    Nous savons reconnaître et magnifier les talents !
    Chez nous, il n’y a pas d’anciens et de nouveaux militants, il y a tout simplement des militants URD dévoués, dans la fraternité, à la cause de la patrie : le Mali.

    Camarades, vous avez su saisir la main tendue par nos militants à tous les démocrates, épris de justice, d’équité, de fraternité et de solidarité.

    Désormais une solide chaîne humaine nous unit pour avancer vers la paix, la stabilité, la prospérité et le bien-être des Maliennes et des Maliens !

    Je vous demande de bien vouloir accueillir… nos hôtes, nos frères, nos camarades, par vos ovations.

    Merci.... Merci beaucoup !

    Distingués Invités ;
    Mesdames, Messieurs ;

    Il est convenable et fort normal, à ce stade de mon propos, de rendre, au nom de vous tous, un hommage particulier et mérité à nos Députés réunis au sein du groupe VRD : Vigilance, Républicaine et Démocratique.

    J’associe à cet hommage les Députés du groupe ADP-SADI qui ont rejoint courageusement l’opposition.

    Par la pertinence de leurs interventions en plénière et dans les commissions de travail, par leurs actions auprès de la Cour constitutionnelle et de la Cour suprême, par leurs interpellations des ministres, par leurs motions de censure contre le Gouvernement, ils ont fait largement honneur à l’opposition.

    Les Députés du groupe ADP-SADI méritent véritablement notre respect et notre admiration !
    Janjo pour tous les Députés de l’opposition !

    Chers Camarades ;

    Nos présentes assises constituent une étape décisive dans la marche de notre parti.
    Y participent, cette année, en plus des délégués statutaires, les élus venus de toutes les communes du Mali.

    Nous les avons invités, pour un dialogue large et direct avec la direction du parti sur des sujets d’actualité comme :

    • La dégradation continue de la situation sécuritaire ;
    • La situation sociale délétère ;
    • Le retrait du projet de révision constitutionnelle ;
    • Les élections locales et régionales ;
    • Le débat relatif aux élections générales de 2018.

    Les élections communales de novembre 2016 ont prouvé, s’il en était encore besoin, la vitalité de notre parti.

    Aussi, je tiens à féliciter solennellement, au nom de la direction du parti, l’ensemble des maires et des conseillers municipaux élus sur les listes URD.

    Distingués Invités ;
    Mesdames, Messieurs ;

    Entre l’enfer du centre et du nord et le purgatoire du sud, que reste-t-il à notre peuple meurtri, trompé et ballotté entre les professions de foi sans lendemains et les promesses fallacieuses d’un avenir meilleur, sans cesse repoussé ?

    Notre pays se meurt à petit feu, la situation sécuritaire se dégrade chaque jour un peu plus.
    L’agriculture, la pêche, le commerce, le tourisme et l’artisanat sont devenus des activités en détresse sur une bonne partie du territoire national.

    La corruption est endémique et, la dernière reculade du gouvernement dans l’application de la loi sur la lutte contre la corruption, illustre, à souhait, le manque réel de volonté politique pour éradiquer ce fléau qui gangrène notre économie et pour lequel les plus pauvres payent un très lourd tribut.

    "La liberté de la presse menacée au Mali"

    Les affaires claniques, les dérives étatiques défraient l’actualité.
    Le chômage et l’exode des jeunes angoissent les familles.
    La mauvaise, voire désastreuse gouvernance est criarde.
    La confiscation des médias publics tels l’ORTM, au profit du gouvernement et de la majorité présidentielle, les violences perpétrées contre les médias privés tels que Radio Kayira à Koutiala et l’inquiétante disparition du journaliste Birama Touré sont, aujourd’hui, des menaces réelles sur la liberté de la presse dans notre pays.

    "Des centaines d’écoles et de centres de santé, fermés, sinon brûlés"

    Que dire de la santé et de l’éducation qui paient un lourd tribut, avec des centaines d’écoles et de centres de santé, fermés, sinon brûlés, jetant hors du système, des centaines de milliers d’enfants, potentielles proies faciles des terroristes !

    Ces populations ont perdu espoir quand elles ont vu partir, un à un, les représentants de l’Etat dans plus d’une centaine de localités, les abandonnant à leur triste sort et sans défense.

    Une bonne partie de nos compatriotes déplacés à l’intérieur ou réfugiés dans différents pays ont perdu espoir et s’interrogent sur leur avenir en tant que membres d’une communauté nationale qui glisse dangereusement vers la partition et l’aggravation des conflits intercommunautaires.

    Nos populations, toutes nos populations, ont perdu espoir quand, malgré l’accord de paix, malgré la conférence d’entente nationale, malgré la charte de réconciliation nationale, malgré les autorités intérimaires, elles enterrent chaque jour leurs morts civils et militaires !

    Les militants et élus de l’URD, aux côtés des populations, sont au cœur et au fait de ce drame, de ce désespoir grandissant et envahissant.
    Ils en portent les stigmates comme le Mali tout entier.

    "Cette paix, notre peuple l’appelle, la souhaite et la réclame ardemment !"}

    Que de conférences, que d’assises, que de palabres surtout, sur cette paix qui ne vient pas, qui tarde dangereusement, qui semble s’éloigner indéfiniment chaque jour !
    Cette paix, notre peuple l’appelle, la souhaite et la réclame ardemment !
    Nous saluons encore une fois, les pays amis et les organisations internationales.
    Je veux citer : la MINUSMA, LE G5 SAHEL et BARKANE pour leur accompagnement combien précieux dans la recherche de la paix et la lutte contre le terrorisme aux côtés des Forces armées maliennes - les FAMAS-

    Nos soldats, en collaboration avec les forces internationales, travaillent nuit et jour au péril de leur vie pour la sécurité des populations !

    Oui, nos Forces armées et de sécurité méritent, elles aussi, un Janjo !

    Camarades ;

    L’URD déplore la mort annoncée, par diverses sources, de soldats maliens détenus par le Groupe Ançardine lors d’un raid de Barkane dans les environs d’Abeïbara.

    L’URD s’incline pieusement devant la mémoire de ces martyrs et demande au Gouvernement d’entreprendre les démarches nécessaires pour une meilleure coordination avec les forces étrangères amies, afin d’éviter à l’avenir de tels drames !

    L’URD salue encore une fois la mémoire de tous les disparus, civils comme militaires, maliens comme étrangers.

    Nous présentons nos condoléances attristées aux familles des disparus et souhaitons un prompt rétablissement aux blessés.

    Notre solidarité va également à la Famille du Juge Sounkalo KONE, enlevé il y a quelques jours à son domicile à Niono.

    Un Juge enlevé, la voiture d’un magistrat arraché devant son domicile à Gao, INSÉCURITÉ RÉSIDUELLE, te voilà bien contrariée !

    Distingués Invités ;
    Mesdames, Messieurs ;

    « Nous apprenons avec une profonde indignation le trafic en Libye de migrants originaires d’Afrique subsaharienne parmi lesquels des Maliens »

    Nous apprenons avec une profonde indignation le trafic en Libye de migrants originaires d’Afrique subsaharienne parmi lesquels des Maliens.
    Nous condamnons avec la dernière énergie ce trafic d’êtres humains et exhortons le gouvernement du Mali en relation avec l’Union Africaine et l’Organisation des Nations unies à diligenter les actions idoines pour mettre fin immédiatement à cette pratique d’un autre âge.

    Aujourd’hui, les Maliens vivent dans une angoisse permanente.
    Car, au-delà de la pauvreté, la misère et l’insécurité qui les assaillent, nos compatriotes sont tenaillés par la peur du lendemain, peur largement nourrie par le manque de vision de nos dirigeants.

    L’indécision, l’inaction et l’absence de vision sont les parents de l’échec.
    La gestion d’un pays n’est pas un jeu de famille et, encore moins, un jeu de hasard.
    L’insatisfaction démocratique engendre des colères.

    « C’est pourquoi, chacun comprendra aisément qu’en 2018, notre pays aura besoin, d’un choix décisif et clair du peuple malien »

    Et, des colères, naissent le POPULISME et l’EXTREMISME qui apportent, tous deux, des réponses dangereuses car, approximatives, à des questions véritables et légitimes.
    Aujourd’hui, c’est donc notre survie même, en tant que nation libre et souveraine, qui est en cause.

    C’est pourquoi, chacun comprendra aisément qu’en 2018, notre pays aura besoin, d’un choix décisif et clair du peuple malien.

    A cet égard, notre parti, l’URD a toujours proclamé son attachement indéfectible à l’organisation d’élections crédibles et transparentes à la hauteur des attentes légitimes de notre peuple, comme le gage le plus sûr de la stabilité et du développement harmonieux de notre nation.

    Sur ce terrain, nous affirmons devant notre peuple, et à la face du monde, que l’Union Pour la République et la Démocratie demeurera toujours un acteur loyal et engagé, mais intransigeant sur les principes démocratiques.

    Distingués Invités ;
    Mesdames, Messieurs ;

    Le thème de notre conférence : RESTAURER L’ESPOIR, nous vient de ce formidable mouvement social qui a regroupé des millions de Maliens de l’intérieur comme de la Diaspora.

    Mouvement qui a su dire NON au moment où la dérive totalitaire menaçait notre pays par la tentative de lui imposer un projet de constitution qui tendait à saper les fondements de notre démocratie.

    Les jeunes du Mali se sont dressés comme un seul homme pour défendre la patrie en danger.
    Ils nous ont dit : "TROP C’EST TROP" !
    Ils ont clamé haut et fort : " ÇA SUFFIT " et se sont regroupés en une force irrésistiblement victorieuse : ANTE ABANA.
    Je vous salue Jeunes du Mali !
    Je vous salue pour votre courage, votre détermination et votre civisme.
    Cette victoire est la vôtre.
    Vous faites notre fierté !
    Merci encore pour avoir su récréer l’ESPOIR au moment où le pessimisme gagnait les cœurs et imposait le découragement à bon nombre de nos concitoyens.
    Vous avez tout simplement compris qu’il nous faut boire, à nouveau, à la source de la fierté nationale rétablie, à la source de notre dignité retrouvée.
    Chers Jeunes, vous nous avez interpellés.
    Vous avez interpellé la classe politique, toute la classe politique, notamment celle qui, aujourd’hui, constitue le seul recours.

    En effet, la profondeur de la crise que connaît notre pays doit amener les hommes politiques à un véritable examen de conscience.
    Désormais, chacun doit s’engager, non plus seulement pour des dividendes personnels d’ailleurs toujours incertains, mais en fonction aussi et surtout d’abord, de convictions profondes.

    « Comment regrouper les hommes et les femmes porteurs d’une meilleure vision pour notre pays afin de lui assurer une gouvernance plus crédible ? »

    Ce sont ces convictions profondes vers l’engagement et l’action qui pourront sortir notre pays de la zone de danger.
    Tout ceci, pour dire que, dans le contexte difficile que vit notre pays, la question ne doit plus être celle des clivages idéologiques désuets et obsolètes qui divisent, mais plutôt celle de la meilleure manière de rassembler les forces acquises au changement pour donner une nouvelle espérance à notre pays, sur la base d’une gouvernance nouvelle, capable d’assurer le bonheur des Maliens.

    La vraie question reste : comment regrouper les hommes et les femmes porteurs d’une meilleure vision pour notre pays afin de lui assurer une gouvernance plus crédible ?
    A l’URD nous avons compris. Nous partageons vos inquiétudes et restons attentifs à vos interpellations !

    Distingués Invités ;
    Mesdames, Messieurs ;
    Chers camarades ;
    Chers amis ;

    « Restaurer l’espoir »

    Restaurer l’espoir est l’état d’esprit qui anime et mobilise l’opposition ; toute l’opposition.
    Quoiqu’il advienne, elle est, non seulement convaincue que le Mali, avec elle, aura enfin la véritable bonne réponse, à son désespoir actuel, mais elle en a la certitude !

    L’Opposition actuelle a cette responsabilité majeure de forger le destin du Mali.
    D’une nation déchirée, elle veut briser les vents contraires pour y instaurer une communauté plurielle d’unité, de tolérance, de fraternité et de solidarité.

    D’une République qui subit tant d’épreuves douloureuses et qui survit dans la peur du jour et l’angoisse du lendemain, elle veut restaurer la force du courage et du pardon, la vertu de l’effort, l’égalité des chances, la reconnaissance de la particularité individuelle, la justice équitable, la dignité et le respect des choix de vie.

    Restaurer l’espoir...en guidant notre pays dans l’espérance possible et légitime de sa pérennité.

    « L’espoir doit prendre exemple sur la lumière. Si elle s’éteint, nous ne savons plus où nous allons. C’est donc lorsque tout semble perdu que l’espoir a toute sa raison d’exister ».
    Restaurer l’espoir...est un défi. Mais aucune montagne n’est infranchissable à condition de la gravir en équipe solidaire.

    « La démocratie ne peut être confisquée ! »

    Nous devons chérir la démocratie, la défendre contre tous ses travers pour ne pas en faire une démocratie d’acclamation d’un chef ou d’exclusion d’un camp.

    Nous devons empêcher qu’elle ne devienne autoritaire...en modifiant à son profit en particulier la Constitution.

    La démocratie ne peut être confisquée !
    Une fois l’Espoir Restauré, le vote reste toujours le juge de paix.
    Aussi, chaque Malienne, chaque Malien aura à décider de l’avenir du pays.
    Faisons confiance à notre PEUPLE pour voter demain la nécessaire ALTERNANCE et le vrai et puissant CHANGEMENT.

    C’est notre devoir de génération, c’est de notre responsabilité, c’est la mission sacrée que nous devons accomplir au nom de la survie et de la renaissance de notre pays : le GRAND MALI, LE MALIBA.

    VIVE L’URD !
    VIVE LE MALI UNI ET FIER !
    JE VOUS REMERCIE

    Assane Koné

    Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

    Un message, un commentaire ?

    Qui êtes-vous ?

    Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

    Ajoutez votre commentaire ici
    • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

    • Mots-clés : menunav

    Annonce