• Votre Journal en ligne Contact
  • Les Plus lus

    Un nouvel élan dans la protection du patrimoine culturel malien

    Bamako, 31 octobre 2017 -Dans le cadre de la mise en œuvre de la deuxième phase du Programme de réhabilitation du patrimoine culturel et de sauvegarde des manuscrits anciens du Mali, une formation de 10 formateurs nationaux et de 14 formateurs des forces de

    Situation au Togo : Le Parti SADI condamne la répression des marches pacifiques et exprime son soutien aux forces démocratiques du Togo

    Le Parti Solidarité Africaine pour la Démocratie et l’Indépendance est fortement préoccupé par la détérioration de la situation politique et sociale au Togo à la suite des violentes répressions exercées par le pouvoir contre les marches pacifiques organisées par les

    Élections régionales du 15 octobre 2017 au Venezuela : Le Parti SADI salue la large victoire du Parti Socialiste Unifié

    Le Parti Solidarité Africaine pour la Démocratie et l’Indépendance salue la large victoire du Parti Socialiste Unifié (PSUV) aux élections régionales du 15 octobre en remportant 18 des 23 Etats que compte le pays contre seulement 5 Etats pour la coalition de

    Version imprimable de cet article Version imprimable | |

    Le Mali en 2030 : Le Centre d’études et de réflexion au Mali présente les chemins du futur

    lundi 30 octobre 2017 , par Assane Koné

    L’Institut moderne de Formation Sogolon (IMOFOS), en commune V a servi de cadre, ce dimanche 15 octobre 2017, à la tenue du forum communal sur la présentation de la brochure « Les chemins du Futur : Scenarii Mali 2030 » élaborée par le Centre d’études et de réflexion au Mali (CERM) en partenariat avec la Fondation Friedrich Ebert-Stiftung.

    Initiée par le CERM en partenariat avec le réseau des jeunes élus du Mali, cette rencontre était animée conjointement par le Pr Ibrahima N’DIAYE, coordinateur du projet Scenarii Mali 2030, Abdramane DICKO de la Fondation Friedrich-Ebert-Stiftung, Amadou DIOP du CERM. En présence de Abdramane MAÏGA, l’un des participant à l’atelier d’élaboration de la brochure, et Boubacar Diadié TOURE, élu en commune V, des représentants des jeunes et des femmes de la commune V, des étudiants de l’IMOFOS, etc.

    Cette rencontre a pour objet de présenter aux participants le travail réalisé par des citoyens maliens venant d’horizons divers aussi bien géographiquement que professionnellement.

    Dans ses propos introductifs, Amadou DIOP du CERM, a souligné que l’une des faiblesses de notre gouvernance est l’absence d’anticipation, la capacité insuffisante à se projeter, à prévoir pour gouverner.

    De même, a-t-il rappelé, notre pays a traversé des moments difficiles, sans doute les plus difficiles de son histoire depuis l’Indépendance. Raison pour laquelle, a-t-il fait savoir, le CERM a jugé nécessaire d’envisager en cette année 2017 de nous projeter dans l’avenir en imaginant des scénarios sur ce que pourrait être le Mali de demain en fonction des orientations que prendront gouvernants et citoyens dans le futur. Pour ce faire, les responsables du CERM ont choisi de fixer comme horizon temporel l’année 2030.

    Pour le CERM, notre histoire aurait pu être autre si Serval n’était pas intervenue en janvier 2013 ; si le coup d’état de mars 2012 n’était pas intervenu ; si le Président de la République par intérim n’avait pas été molesté ; si le Premier Ministre Cheick Modibo DIARRA n’avait pas été contraint à la démission.

    Autant de scénarios qui, de l’avis des responsables du CERM, auraient pu nous conduire vers une autre destinée. Ainsi, les scénarii Mali 2030 décrivent 4 possibilités d’orientation que le Mali pourrait prendre à l’horizon 2030 selon le traitement qui sera donné aux problématiques de notre pays.

    Pour ce centre, la démographie, les réformes institutionnelles, l’emploi, l’Education, les inégalités sociales, la sécurité, le terrorisme, le fondamentalisme religieux, l’Accord pour la Paix et la Réconciliation, la gouvernance et la justice sont autant de problématiques, sans être exhaustifs dont le traitement conduira à divers scénarios dans le futur.

    Au regard de ces scénarios possibles, le CERME a imaginé 4 scénarii comme schémas d’évolution possible de notre pays à l’horizon 2030. D’abord, la crise permanente, continuation de cette situation de crise permanente dans le pays (grèves, manifestations, marches).

    Dans le second scénario on imagine que le Mali est en marche. Un scénario optimiste ou notre pays rentrerait dans une normalisation aussi bien économique, que sécuritaire et sociale.

    A défaut de ces deux premiers scénarios antinomiques, les chercheurs ont imaginé une situation où notre pays va entamer un processus de redressement modeste : c’est un relèvement progressif dans les domaines économiques et sociaux bien que des défis majeurs restent en suspens.

    Dans le pire des cas, c’est le chaos (scénario 4) caractérisé par la fragmentation territoriale et politique du pays.

    A travers cet exercice, le CERM vise un triple objectif, à savoir, dans un premier temps, susciter la réalisation d’une étude prospective plus approfondie. Ensuite, informer les citoyens des risques encourus pour notre pays et de la nécessité d’un sursaut individuel et collectif. Enfin, il s’agit de sensibiliser davantage les décideurs à l’urgence du traitement des problématiques qui se posent et aux conséquences qui peuvent découler du traitement, de la façon de traiter et du non traitement.

    Après avoir présenté le document, M. DIOP s’est empressé d’ajouter que ce travail est la représentation imagée de l’avenir qui doit obéir à deux conditions : être réaliste et être plausible. Par ailleurs, a-t-il fait savoir, ces scénarios ne sont pas des prédictions encore moins le moyen d’arriver à une solution ultime quant aux problèmes à résoudre dans l’avenir.

    Ces travaux constituent le résultat d’un atelier organisé par le Centre d’Etudes et de réflexions au Mali (CERM) et la fondation allemande Friedrich Ebert à Ségou du 23 au 26 mars 2017.

    Il s’agissait pour la vingtaine de participants venus d’horizons différents (chercheurs, universitaires, hommes politiques, acteurs de la société civile, de la presse, jeunes, organisations de femmes… de différentes régions du pays) de tracer les cheminements possibles pour notre pays en dessinant des scénarios probables d’évolutions allant d’hypothèses optimistes à des situations pessimistes.

    Ces outils seront mis à disposition des décideurs mais aussi du grand public afin de donner quelques outils et guides qui alimenteront les réflexions et les actions des années à venir.

    Par Abdoulaye OUATTARA

    Assane Koné

    Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

    Un message, un commentaire ?

    Qui êtes-vous ?

    Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

    Ajoutez votre commentaire ici
    • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

    • Mots-clés : menunav

    Annonce