• Votre Journal en ligne Contact
  • Les Plus lus

    Un nouvel élan dans la protection du patrimoine culturel malien

    Bamako, 31 octobre 2017 -Dans le cadre de la mise en œuvre de la deuxième phase du Programme de réhabilitation du patrimoine culturel et de sauvegarde des manuscrits anciens du Mali, une formation de 10 formateurs nationaux et de 14 formateurs des forces de

    Situation au Togo : Le Parti SADI condamne la répression des marches pacifiques et exprime son soutien aux forces démocratiques du Togo

    Le Parti Solidarité Africaine pour la Démocratie et l’Indépendance est fortement préoccupé par la détérioration de la situation politique et sociale au Togo à la suite des violentes répressions exercées par le pouvoir contre les marches pacifiques organisées par les

    Élections régionales du 15 octobre 2017 au Venezuela : Le Parti SADI salue la large victoire du Parti Socialiste Unifié

    Le Parti Solidarité Africaine pour la Démocratie et l’Indépendance salue la large victoire du Parti Socialiste Unifié (PSUV) aux élections régionales du 15 octobre en remportant 18 des 23 Etats que compte le pays contre seulement 5 Etats pour la coalition de

    Version imprimable de cet article Version imprimable | |

    Remise de matériels et d’infrastructure à la Maison d’Arrêt de Bamako : La MINUSMA vole au secours des détenus en situation de handicap

    lundi 30 octobre 2017 , par Assane Koné

    Le Ministre de la justice, Garde des Sceaux, Me Mamadou Ismaila KONATE et son collègue des Droits de l’Homme, Me Kassim TAPO, ont procédé à la coupure du ruban symbolique consacrant la remise des infrastructures de rampes, de passerelles dans l’enceinte de la Maison centrale d’arrêt de Bamako ainsi que la remise de kits aux détenus handicapés de cette structure. Fruit du partenariat entre la Fédération malienne des associations de personnes handicapées (FEMAPH) et la MINUSMA, à travers le projet à Impact Rapide, dénommé « Projet Inclusion des Droits des Détenus Handicapés par l’Amélioration de l’Accessibilité de la Maison centrale d’arrêt de Bamako (PIDDHAAMA) », ces travaux ont coûté plus de la bagatelle de 14 millions de F CFA à l’organisation onusienne.

    Ces équipements permettront aux détenus à mobilité réduite bien qu’étant privés de liberté de se mouvoir à l’intérieur de la prison. Cette cérémonie a eu lieu, le mardi 19 septembre 2017, dans l’enceinte de l’établissement pénitentiaire ; en présence du Président de la FEMAPH, Moctar BAH ; du Régisseur de la Maison centrale d’arrêt de Bamako, le colonel Adama GUINDO ; le directeur de la Division droit de l’homme de la MINUSMA, Guillaume GEFA ; du Directeur national de l’administration pénitentiaire et de l’éducation surveillée, Ibrahima TOUNKARA ; des représentants du ministère de la Solidarité et de l’action humanitaire ; du représentant de l’ONG Handicap International, Birama COULIBALY ; des représentants des Organisations de personnes handicapées, etc.

    Dans son mot de bienvenue, le Régisseur de la Maison centrale d’arrêt de Bamako, le colonel Adama GUINDO, a souligné que les infrastructures réalisées au bénéfice de son établissement, ainsi que les kits pour personnes handicapées, sont très salvatrices pour la mobilité des personnes à besoin spécifique des différents types d’handicaps ; mais aussi et également pour tous les usagers de la prison.

    En plus de ces ouvrages, la FEMAPH et ses partenaires, a-t-il fait savoir, ont procédé à la formation de 10 agents techniques pénitentiaires pour le suivi et l’encadrement des personnes à mobilité difficile et la mise à disposition de matériels adéquats.

    Mise en service dans les années 1950 pour une capacité de 400 détenus, la Maison centrale d’arrêt de Bamako, selon son régisseur, compte en ce jour 1 880 pensionnaires dont 3 en situation de mobilité difficile. Il s’agit de deux cas partiels qui se déplacent à l’aide de béquille et un cas de difficultés de mobilité totale.

    Par ailleurs, a-t-il dit, grâce l’engagement du chef du département, la Maison centrale d’Arrêt de Bamako est équipée de caméras de vidéosurveillance qui permettent aux surveillants de prison de visualiser la presque totalité de l’intérieur de l’établissement pénitencier tout en restant sur place.

    Avant de terminer, il a tenu à remercier la FEMAPH, ses partenaires de la MINUSMA pour l’importance du geste.

    Le directeur de la Division droit de l’homme de la MINUSMA, Guillaume NGEFA, a souligné que la présence de deux membres du gouvernement à cette cérémonie est la preuve de l’engagement des plus hautes autorités du pays à contribuer à l’humanisation des conditions de détention mais aussi des personnes qui sont détenues dans les prisons actuellement.

    Rappelant le contexte du projet, M. NGEFA a indiqué que l’année 2015 a été consacrée par les Nations unies au Mali, année des droits de l’homme, pour mettre un accent particulier sur la situation des personnes à besoins spécifiques.

    A cette occasion la Division des droits de l’homme a effectué une visite dans cette prison. Lors de cette visite, la Division des droit de l’homme, selon son directeur, a été choquée de voir que des détenus à besoins spécifiques étaient confrontés à des défis pour accéder aux toilettes et cela dans des conditions presque inhumaines.

    A l’issue des échanges avec les responsables de l’établissement, l’organisation onusienne a estimé qu’il était nécessaire de poser un acte qui va soulager ces personnes détenues dans une situation de handicap pour améliorer leur accès aux lieux de défécation. D’où l’initiative du « Projet Inclusion des Droits des Détenus Handicapés par l’Amélioration de l’Accessibilité de la Maison central d’arrêt de Bamako (PIDDHAAMA) ».

    Grâce au financement de ce projet par la MINUSMA, la Maison centrale d’arrêt a bénéficié de la réalisation de 10 rampes d’accès en béton, la construction de 5 passerelles, l’aménagement d’une toilette avec agrandissement de la porte tant au niveau de la cour des prévenus que celle des condamnés. De même, il a permis la mise à disposition de 5 fauteuils roulants, de 5 fauteuils commodes pour les toilettes et enfin 15 paires de béquilles.

    Pour attirer l’attention des uns et des autres sur la situation spécifique, M. NGEFA a dit ceci : « Chacun de nous est handicapé potentiel, mais développer de façon différente. Et à chaque moment de notre vie, on peut devenir handicapé compte tenu de certaines circonstances et de certaines maladie ».

    Pour le président de la FEMAPH, Moctar BAH, cette cérémonie de remise est un symbole assez fort pour sa fédération. « Nous ne doutons point que ces infrastructures et équipements seront utilisés à bon escient et feront tache d’huile en terme de bonnes pratiques pour les autres maisons d’arrêts du Mali », a-t-il dit. De même, il a tenu à remercier chaleureusement le régisseur de la MCA et tout son personnel qui n’ont ménagé aucun effort pour la mise en œuvre effective de ce projet. De son avis, l’actuel ministre de la justice, fils de feu Ismail KONATE, est l’incarnation de la défense des droits des personnes handicapées au Mali.

    Selon lui, la présence des deux ministres est une preuve éloquente du respect de la Convention relative au respect des personnes handicapées par les autorités maliennes. Avant de terminer, il a invité le gouvernement à réaliser des infrastructures similaires dans toutes les prisons du pays.

    En procédant à la remise du matériel, le ministre de la Justice garde des sceaux, Me Mamadou Ismaila KONATE, a fait savoir que la prison, milieu carcéral, reçoit des hommes et femmes qui sont en déviance vis-à-vis de la loi et des règles de la société. Selon lui, être privé de sa liberté est une difficulté, une douleur plus intense pour les personnes en besoin spécifique qui ressentent, du coup, une doublement peine, à savoir : privé de liberté et en même temps qui souffre d’un handicap.

    Pour changer la donne, il a invité les responsables de l’administration pénitentiaire et de l’éducation surveillée a commandé une étude qui permettra au gouvernement, d’ici le 2 janvier 2018, de prendre en charge un régime carcéral spécifique pour les personnes handicapées.

    Par Abdoulaye OUATTARA

    Assane Koné

    Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

    Un message, un commentaire ?

    Qui êtes-vous ?

    Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

    Ajoutez votre commentaire ici
    • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

    • Mots-clés : menunav

    Annonce