• Votre Journal en ligne Contact
  • Les Plus lus

    Un nouvel élan dans la protection du patrimoine culturel malien

    Bamako, 31 octobre 2017 -Dans le cadre de la mise en œuvre de la deuxième phase du Programme de réhabilitation du patrimoine culturel et de sauvegarde des manuscrits anciens du Mali, une formation de 10 formateurs nationaux et de 14 formateurs des forces de

    Situation au Togo : Le Parti SADI condamne la répression des marches pacifiques et exprime son soutien aux forces démocratiques du Togo

    Le Parti Solidarité Africaine pour la Démocratie et l’Indépendance est fortement préoccupé par la détérioration de la situation politique et sociale au Togo à la suite des violentes répressions exercées par le pouvoir contre les marches pacifiques organisées par les

    Élections régionales du 15 octobre 2017 au Venezuela : Le Parti SADI salue la large victoire du Parti Socialiste Unifié

    Le Parti Solidarité Africaine pour la Démocratie et l’Indépendance salue la large victoire du Parti Socialiste Unifié (PSUV) aux élections régionales du 15 octobre en remportant 18 des 23 Etats que compte le pays contre seulement 5 Etats pour la coalition de

    Version imprimable de cet article Version imprimable | |

    Patrimoine culturel : Trois sites maliens sont inscrits sur la liste du patrimoine mondial en péril et doivent être sauvés

    vendredi 15 septembre 2017 , par Assane Koné

    S’il y a un secteur qui ne cesse de prendre des coups depuis le déclenchement de la crise en 2012 au Mali, c’est bien le secteur culturel et par ricoché celui du tourisme malien qui se nourrit de la culture. L’industrie culturelle qui commençait à pointer le né est aujourd’hui en berne. Et pour aggraver la situation trois des 4 sites maliens inscrits sur la liste du patrimoine mondial, sont désormais sur la liste du patrimoine mondial en péril. Dans l’urgence pour ne pas que l’humanité perde à jamais ces biens, il urge de prendre le problème à bras le corps. Et, tout porte à croire que l’UNESCO a pris la mesure de la menace et propose une solution : initier rapidement des travaux d’élaboration de nouveaux plans de gestion et de conservation des quatre sites du Mali inscrits sur la Liste du patrimoine mondial. Une conférence de presse a été organisée le 14 septembre 2017, au ministère de la culture à cet effet.

    Le Mali a hérité d’un patrimoine culturel exceptionnellement impressionnant. En Afrique au Sud du Sahara, le pays peut se vanter d’avoir 4 biens inscrits sur la liste du patrimoine mondial et 8 éléments inscrits sur la liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité. Malheureusement, à part le site des Falaises de Bandiagara, 3 biens maliens de la liste du patrimoine mondial ont été inscrits sur la liste du patrimoine mondial en péril. C’est ainsi que dans le cadre de la mise en œuvre de la deuxième phase du programme de réhabilitation du patrimoine culturel et de sauvegarde des manuscrits anciens du Mali, le Bureau de l’UNESCO à Bamako en partenariat avec le Ministère de la Culture et avec l’appui de l’Union Européenne et de la MINUSMA, a décidé d’initier des travaux d’élaboration de nouveaux plans de gestion et de conservation des quatre sites du Mali inscrits sur la Liste du patrimoine mondial : Tombouctou, les villes anciennes de Djenné, les Falaises de Bandiagara et le Tombeau des Askia à Gao.

    Le 14 septembre 2017, la salle de réunion du Ministère de la Culture, a abrité la conférence de presse de lancement des travaux d’élaboration des nouveaux plans de gestion et de conservation de ces quatre sites du Mali inscrits sur la Liste du patrimoine mondial.

    Présidée par Andogoly Guindo, Secrétaire Général du Ministère de la Culture, la rencontre avec la presse a enregistré la présence de : Hervé Huot-Marchand, Représentant de l’UNESCO au Mali, Fidèle Guirou, Coordinateur du programme de réhabilitation du patrimoine culturel et de sauvegarde des manuscrits anciens du Mali, Luca Ferroni, représentant l’Ambassadeur de l’Union Européenne au Mali, Mme Favreau Ornelle de l’Ambassade de France, Mohamed Ahamnich de l’Ambassade du Maroc, Lassana Cissé, Expert du patrimoine, chargé pour l’UNESCO des études des plans de gestion et de conservation des quatre sites du Mali inscrits sur la Liste du patrimoine mondial. Il faut dire que plusieurs acteurs de la promotion et de la protection du patrimoine culturel au Mali ; étaient aussi présents.

    En guise d’introduction, Andogoly Guindo, Secrétaire Général du Ministère de la Culture, a salué les remarquables résultats obtenus sur le terrain de la reconstruction et sur le champ de la justice. « Après la reconstruction totale et complète des biens détruits au Nord du Mali, nous avons apprécié, la détermination de la Cour Pénale Internationale de faire du cas de destruction des biens culturels du Mali un exemple palpable et concret dans la condamnation des auteurs de ces crimes contre l’humanité » a-t-il déclaré. Il a aussi salué la solidarité dont a bénéficié le Mali, qui se traduit par la bonne collaboration entre les différents partenaires qui font un travail extraordinaire pour que la culture malienne reprenne ses lettres de noblesse.

    Hervé Huot-Marchand, Représentant de l’UNESCO au Mali, pour sa part, a rappelé que conformément aux orientations de l’UNESCO sur la mise en œuvre de la Convention 1972 du patrimoine mondial, chacun des quatre sites du Mali était doté d’un Plan de conservation et de gestion ayant pour vocation à spécifier la manière dont leur valeur universelle exceptionnelle, ainsi que leurs attributs d’intégrité et d’authenticité, devraient être préservés, dans une dynamique participative impliquant fortement les communautés locales.

    Selon lui, ces plans quinquennaux de gestion et de conservation des quatre sites maliens du patrimoine mondial sont expirés et périmés depuis au moins 5 ans. Plus grave ; l’occupation des régions Nord et du centre du Mali, a occasionné des dommages et dégâts importants sur les sites.

    L’UNESCO est aujourd’hui convaincue que les impacts négatifs cumulés de cette crise sont les raisons essentielles qui ont prévalues à l’inscription des sites de Tombouctou et du Tombeau des Askia sur la liste du patrimoine mondial en péril en 2012, puis celle des « villes anciennes de Djenné » en 2016. De telle sorte qu’aujourd’hui, seul le site des Falaises de Bandiagara échappe à cette liste du patrimoine mondiale en péril.

    « Il apparait plus que jamais urgent et indispensable de réviser les Plans de gestion et de conservation de ces sites, afin d’y refléter les nouvelles réalités, de renforcer leur protection juridique, d’améliorer leur état de conservation et d’assurer une meilleure promotion à l’intention du grand public en vue de contribuer à la relance des activités socio-économiques », a déclaré le représentant de l’UNESCO au Mali.

    Intervenant en sa qualité d’expert consultant, Lassana Cissé, ancien Directeur du patrimoine culturel du Mali, chargé par l’UNESCO des études des plans de gestion et de conservation des quatre sites du Mali inscrits sur la Liste du patrimoine mondial, a donné des précisions.

    « Le rôle de chacune des parties prenantes à la gestion de ces sites (État, Collectivités Territoriales, communautés locales, associations et organisations professionnelles, PTF, etc.) doit clairement être défini dans une démarche de synergie d’actions indispensable dans le contexte de la crise sécuritaire », a-t-il indiqué. Il a ajouté que l’implication de tous et de chacun, notamment celle des communautés locales, des collectivités et de l’État est le crédo essentiel pour la conservation harmonieuse et durable de ces quatre sites emblématiques du Mali.

    Une séance de questions et de réponses, a permis de donner suffisamment d’éléments aux journalistes sur les activités prévues dans le cadre de l’élaboration des nouveaux plans de gestion et de conservation des quatre sites du patrimoine mondial du Mali.

    Assane Koné

    Assane Koné

    Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

    Un message, un commentaire ?

    Qui êtes-vous ?

    Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

    Ajoutez votre commentaire ici
    • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

    • Mots-clés : menunav

    Annonce