• Votre Journal en ligne Contact
  • Les Plus lus

    L’ultimatum de « ANTE A BANA » : Ce qui est prévu après le 15 août 2017

    « Plateforme « ANTÈ A BANA - Touche pas ma Constitution ! », organisera une marche pacifique le mercredi 16 Août 2017 pour exiger la mise en accusation de Mr Ibrahim Boubacar Keïta pour haute trahison afin qu’il soit démis de ses fonctions de Président de la

    Crise malienne : Accusée la France réagit

    Accusée par de nombreux maliens, souvent dans la presse ou sur les réseaux sociaux, d’être la principale instigatrice de la crise malienne, la France réagit. Lisez le communiqué publié à cet effet par l’Ambassade de France au Mali ! Communiqué

    Nord du Mali : Les États-Unis Condamnent les Violations Récurrentes du Cessez-le-feu au Mali

    Les États-Unis condamnent les violations récurrentes du cessez-le-feu qui ont eu lieu au Mali entre les groupes armés signataires de l’accord de paix d’Alger de 2015. Nous exhortons les parties à cesser immédiatement les hostilités et à respecter strictement

    Version imprimable de cet article Version imprimable | |

    Révision constitutionnelle/ La Plateforme « Anté a bana, Touche pas à ma Constitution ! » : une marche grandiose pour exhiber un carton Rouge à IBK

    samedi 15 juillet 2017 , par Assane Koné

    A l’initiative de la Plateforme « Anté a bana, Touche pas à ma constitution ! », plusieurs centaines de milliers de manifestants ont battu le pavé à nouveau le 15 juillet 2017, à Bamako, Ségou, Kayes, Bafoulabé, Koutiala, Mopti, à Paris… pour réaffirmer leur volonté de voir le Gouvernement malien s’assumer en abandonnant le projet de révision constitutionnelle.

    Ils étaient des centaines de milliers de personnes à marcher le samedi 15 juillet 2017 pour réaffirmer leur volonté de retirer le nouveau projet de révision reconstitutionelle. Le referendum qui était initialement prévu ce mois-ci, a été reporté sine die par le Gouvernement. Et la Cour Constitutionnelle a renvoyé le texte à l’Assemblée nationale pour une seconde relecture.

    De la place de la liberté, les marcheurs ont poursuivi leur itinéraire en passant par le monument de l’indépendance avant de regagner la tribune de la Bourse du Travail. Ce fut sous l’œil vigilant des forces de l’ordre fortement déployées. Au cours de leur trajet, l’on pouvait lire sur les affichettes et les banderoles : « IBK-Tapo-Ceccaldi, Respectez la dignité de notre peuple ! », « Kidal, Anéfis, Ménaka, insécurité résiduelle ». Et les manifestants scandaient des slogans du genre : « Anté a bana », « Touche pas à ma constitution », « carton rouge à IBK, Tapo ».

    Au cours de cette manifestation, nous avons approché des responsables de la Plateforme « Anté a bana, Touche pas à ma Constitution ! ». Lisez leurs réactions !

    Nouhoum Togo du PDES, membre de la Plateforme : « « Nous allons continuer à nous battre jusqu’au retrait du projet »

    « Nous allons continuer à nous battre jusqu’au retrait du projet. Nous attendons que le Gouvernement fixe une nouvelle date pour la tenue du referendum. S’il renvoie le dossier à l’Assemblée nationale pour une seconde relecture, nous allons réattaquer le texte et organiser des marches de protestation sur toute l’étendue du territoire. Donc, j’invite le Président de la République à réfléchir sur ce qui s’est passé dans d’autres pays comme le Burkina et le Sénégal. Qu’il écoute la voix du peuple car la voix du peuple va continuer à résonner ».

    Kadidia Fofana, membre de la plateforme : « Je salue cette mobilisation énorme »

    « Je me réjouis de la qualité de la mobilisation. Aujourd’hui, ce sont des centaines de milliers de personnes qui sont sorties pour manifester contre le projet de révision constitutionnelle. Cette mobilisation gigantesque est un signal fort à l’endroit du régime pour qu’il comprenne que la jeunesse malienne d’ores et déjà est debout et déterminée. Elle ne va plus reculer face à cette bataille de retrait du projet de révision car ce projet ne convient pas aux maliens. Nous avons décidé d’une chose et nous nous maintenons à cela. Anté a bana ! ».

    Abdramane Diarra, président des jeunes de l’URD : « IBK doit Il doit s’afficher en rassembleur »

    « Le président doit prendre de la hauteur dans cette situation. Il doit s’afficher en rassembleur, mais lors du sommet du G5, IBK a violemment critiquer l’opposition devant ses hôtes. Cela veut dire qu’il n’est pas dans la disposition de dialoguer avec l’opposition et avec les opposants au projet de révision constitutionnelle. Qu’il comprenne qu’IBK passera, mais le Mali demeura ! ».

    Paul Ismaël Boro, président des commissions Mouvement Mali Kanu : « Nous avons assez des morts dans les violences au Mali »

    « Il n’y a pas d’autres vœux derrière cette marche que le retrait de ce projet de révision de la constitution du Mali. En tant que malien, nous devons tous avoir notre place à cette manifestation qui a été organisée pour le peuple malien pour demander au Président de la République d’aimer ce pays qui vient de très loin. Et de lui dire qu’on en a assez aujourd’hui. Assez avec l’insécurité ! Assez avec l’effritement du système de l’éducation ! Assez des morts dans les violences au nord ! », A-t-il martelé.

    Zoumana Sacko, Président de la Cnas-Faso Héré : « Cette marche est un carton rouge contre IBK et à toute son équipe »

    « Cette marche est un carton rouge contre IBK et à toute son équipe. Carton rouge à IBk, carton rouge à Kassoum Tapo, Carton rouge à Manassa Danioko, Carton rouge à Baber Gano …ils sont limités et dépassés par la situation actuelle du Pays ».

    Aguibou Koné, du Mouvement « A yélé » : « La sortie de ce matin vise à réaffirmer notre position qui est NON »

    « Il faudrait que les maliens se réveillent car le pays va de mal en pis. La sortie de ce matin vise à réaffirmer notre position qui est NON. Nous disons ‘’Non’’ à ce nouveau projet de révision constitutionnelle parce qu’il est malveillant car l’Assemblée nationale coûte déjà aux contribuables maliens 15 milliards de FCFA. Et le gouvernement veut ajouter le Senat qui est budgétivore », a-t-il dénoncé.

    Il faut noter que cette manifestation s’est déroulée sans incident.

    MOUSSA Mallé SISSOKO

    Assane Koné

    Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

    Un message, un commentaire ?

    Qui êtes-vous ?

    Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

    Ajoutez votre commentaire ici
    • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

    • Mots-clés : menunav

    Annonce