• Votre Journal en ligne Contact
  • Les Plus lus

    Le Parti SADI réaffirme son soutien et sa solidarité au peuple et au Gouvernement bolivariens

    Le Parti Solidarité Africaine pour la Démocratie et l’Indépendance (SADI) salue l’engagement et le courage du peuple Vénézuélien qui a participé de façon massive et éloquente à la mise en place, le 30 juillet 2017, d’une constituante pour surmonter de façon

    L’ultimatum de « ANTE A BANA » : Ce qui est prévu après le 15 août 2017

    « Plateforme « ANTÈ A BANA - Touche pas ma Constitution ! », organisera une marche pacifique le mercredi 16 Août 2017 pour exiger la mise en accusation de Mr Ibrahim Boubacar Keïta pour haute trahison afin qu’il soit démis de ses fonctions de Président de la

    Crise malienne : Accusée la France réagit

    Accusée par de nombreux maliens, souvent dans la presse ou sur les réseaux sociaux, d’être la principale instigatrice de la crise malienne, la France réagit. Lisez le communiqué publié à cet effet par l’Ambassade de France au Mali ! Communiqué

    Version imprimable de cet article Version imprimable | |

    Pour plus de communication sur le projet de révision constitution : Plateforme Oui An Son Na a été créée

    vendredi 30 juin 2017 , par Assane Koné

    En vue d’engager des actions de communication et de sensibilisation autour de la nouvelle reforme constitutionnelle, la plateforme « Oui An Son Na » a vu le jour. Cette plateforme est composée de plusieurs associations, de partis politiques, des mouvements syndicaux etc.

    C’était à la faveur d’un meeting tenu au Palais des Sports le mercredi 28 juin 2017 que de la Plateforme « Oui AN Son Na » a été lancée. Elle regroupe en son sein plusieurs personnes issues des organisations de la société civile, des mouvements syndicaux et des partis politiques.

    « Oui An Son Na » se fixe comme objectif d’engager des actions de communication et de sensibilisation de proximité pour expliquer davantage la pertinence de ce projet de révision constitutionnelle. C’est pourquoi, elle appelle tous les maliens à voter OUI au referendum pour un retour définitif de la paix au Mali.

    Mamadou NDiaye, porte-parole de la Plateforme « Oui An Son Na » a indiqué que sa plateforme se propose d’informer la jeunesse malienne sur les enjeux réels et supposés du contenu du projet de révision constitutionnelle.

    « Nous avons pris le temps de suivre les débats, d’écouter les interventions de tous bords, de lire le document, de le confronter à la constitution du 25 février 1992 et au projet de révision constitutionnelle de 2011 », a-t-il argumenté.

    Conscients de la situation actuelle que vit notre pays et le peuple malien, la plateforme « Oui An Son Na » a demandé au Président IBK de continuer les reformes engagées. « Le projet de révision constitutionnelle va permettre à notre pays de retrouver la paix et définitivement sa place dans le concert des nations », a déclaré, Mamadou NDiaye.

    Selon lui, les partisans de la plateforme « Non Antè, A Bana » ne veulent pas la personne d’IBK. « Ce n’est pas la révision constitutionnelle en l’état de guerre qui les gène, mais c’est l’homme IBK, sinon comment comprendre que ceux et celles qui s’agitent aujourd’hui, l’ont voulu et voté sous les anciens régimes ? C’est en cela que nous disons qu’il y a anguille sous roche ! », a-t-il reproché aux partisans du Non.

    Puis, il a ajouté que les jeunes de sa plateforme sont arrivés à la conclusion que les querelles relèvent plus de la politique politicienne qu’autres choses.

    Concernant les activités de la Plateforme, Mamadou NDiaye a souligné que la plateforme entend rencontrer toutes les forces vives de la nation pour engager des actions de communication, de sensibilisation en vue d’une large explication du projet de révision constitutionnelle.

    Une sortie ratée

    Si la mobilisation pour ce premier meeting de la plateforme a été de taille. Force est de constater que la majeure partie des militants était des enfants, des scolaires et des femmes.

    Certains interrogés par le DJ (Disque Jocker), affirment qu’ils ne savent pas pourquoi ils sont partis au Palais des Sports. D’autres s’ennuyaient déjà à cause des sons de Djembé qui retentissaient de tous les côtés, Bonjour le vacarme !

    La salle se vidait petit à petit avant même que les intervenants ne finissent de livrer le contenu de leurs discours. Une projection vidéo montrant la pertinence du projet de révision constitutionnelle passait inaperçue à cause des vacarmes dans la salle.

    Moussa Mallé SISSOKO

    Assane Koné

    Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

    Un message, un commentaire ?

    Qui êtes-vous ?

    Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

    Ajoutez votre commentaire ici
    • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

    • Mots-clés : menunav

    Annonce