• Votre Journal en ligne Contact
  • Les Plus lus

    Le Parti SADI réaffirme son soutien et sa solidarité au peuple et au Gouvernement bolivariens

    Le Parti Solidarité Africaine pour la Démocratie et l’Indépendance (SADI) salue l’engagement et le courage du peuple Vénézuélien qui a participé de façon massive et éloquente à la mise en place, le 30 juillet 2017, d’une constituante pour surmonter de façon

    L’ultimatum de « ANTE A BANA » : Ce qui est prévu après le 15 août 2017

    « Plateforme « ANTÈ A BANA - Touche pas ma Constitution ! », organisera une marche pacifique le mercredi 16 Août 2017 pour exiger la mise en accusation de Mr Ibrahim Boubacar Keïta pour haute trahison afin qu’il soit démis de ses fonctions de Président de la

    Crise malienne : Accusée la France réagit

    Accusée par de nombreux maliens, souvent dans la presse ou sur les réseaux sociaux, d’être la principale instigatrice de la crise malienne, la France réagit. Lisez le communiqué publié à cet effet par l’Ambassade de France au Mali ! Communiqué

    Version imprimable de cet article Version imprimable | |

    Dr Oumar Mariko, Président du Parti SADI : « Nous demandons à IBK de retirer sa feuille de choux »

    mercredi 28 juin 2017 , par Assane Koné

    « Le Parti SADI est une partie intégrante de la Plateforme ‘’Anté A bana /Touche pas à ma constitution’’ », la déclaration a été faite par Dr Oumar Mariko, Président du Parti SADI, lors d’une conférence de presse animée le 28 juin 2017, au siège du Parti SADI à Djélibougou. « Nous allons au-delà du non et demandons à IBK de retirer sa feuille de choux », a indiqué Dr Oumar Mariko à la presse.

    Tous ceux qui doutaient de la position du parti SADI en ce qui concerne la révision de la constitution malienne de 1992, sont désormais servis et de la plus belle façon.

    Bien que déjà bien représenté dans la Plateforme ‘’Anté A bana /Touche pas à ma constitution’’ » depuis sa mise en place, par des responsables du partis SADI, les spécialistes de la confusion en tout genre, ont prétexté de l’absence du Président du Parti SADI lors de la marche historique, pour dire que SADI n’a pas déterminé sa position.

    « Nous avons initié cette conférence de presse pour repondre aux questions que de nombreux maliens se posent quant à notre position dans le débat de la révision de la constitution », a indiqué Dr Oumar Mariko. Avant d’immédiatement dire que la position du parti SADI est claire. « Nous allons au-delà du non et demandons à IBK de retirer sa feuille de choux », a indiqué Dr Oumar Mariko à la presse.

    Dans une parenthèse, Dr Oumar Mariko a estimé qu’ « aujourd’hui, les morts ne se comptent plus au Mali du centre au nord et même à Bamako ». Il a accusé le RPM d’Ibrahim Boubacar Keita d’être responsable de cette violence incontrôlée sur toute l’étendue du territoire.

    « Nous sommes partie prenante du front du non au référendum ». Avant de félicité le peuple malien pour la grande mobilisation lors de la marche du ‘’non’’ au Mali et un peu partout dans la diaspora en Europe et en Amérique. Qu’à cela ne tienne, Dr Oumar Mariko à inviter les maliens dans les pays africains, notamment en Côte d’Ivoire, au Ghana et dans les pays de l’Afrique Centrale à se mobiliser pour le non et à le montrer à travers des manifestations.

    « Nous appelons tous nos responsables politiques et tous nos militants SADI à s’impliquer dans le combat pour le ‘’non’’, que nous ferrons avec tous ceux qui veulent que IBK retire sa feuille de choux », a-t-il lancé.

    Il a rappelé des péripéties de la vie politique malienne. Selon lui, lors du vote du texte de la révision constitutionnelle à l’Assemblée nationale, du temps du Président Amadou Toumani Touré, IBK avait déclaré : « Je vote ce projet de loi par loyauté à ATT, mais par patriotisme, je n’aurai pas dû le voter ». Dr Oumar Mariko n’arrive pas aujourd’hui à s’expliquer cette l’attitude d’IBK qui, à l’époque a préféré sa loyauté à IBK contre la patrie malienne. Qu’à cela ne tienne, il a estimé que le fait de ne pas avoir de principes est le propre de l’homme politique malien.

    « Nous lançons un appel à tout le peuple malien de sortir plus massivement le 1er juillet 2017 pour le grand meeting et pour dire ‘’NON’’ à IBK », a-t-il lancé. Avant de dire haut et fort que son Parti refuse la copie d’IBK parce que sa démarche est anti-constitutionnelle. « Ils veulent que les maliens votent un texte qu’ils ne connaissent pas », a-t-il indiqué. Avant d’ajouter que la révision de la constitution ne fait pas partie des priorités des maliens et du Mali aujourd’hui.

    En effet, Dr Oumar Mariko est convaincu qu’avec le degré d’effritement de l’autorité de l’Etat, la constitution proposée par IBK, s’il était voté, va consacrer l’éclatement du Mali.

    « Déjà, en 1992, nous n’étions pas d’accord avec la constitution et avec le processus de décentralisation qui a suivi. Pour nous cette décentralisation qui créait des conflits un peu partout dans le pays, allait le dépiécer. Mais aujourd’hui, la situation du pays est encore plus grave. Au lieu d’aller vers la construction d’un Etat fort qui va ensuite se déconcentrer, pour faire face à l’effritement de l’autorité de l’Etat, dans un contexte d’insécurité généralisée, IBK veut conduire le pays dans une aventure », a expliqué Dr Oumar Mariko.

    Mieux, il dira que le régime de IBK est disqualifié pour régler les problèmes qui se posent au Mali aujourd’hui. « Ce pouvoir n’est plus crédible », a-t-il déclaré.

    Dr Mariko a indiqué que les Maliens en amenant IBK à la tête de l’Etat, savaient bien qu’il était co-responsable de la faillite de l’Etat de 1992 à nos jours. Selon lui, des maliens se sont trompés sur l’autorité qu’il pouvait symboliser et aujourd’hui, il a lamentablement échoué.

    Les conseils de Dr Oumar Mariko à IBK pour qu’il rentre au panthéon de l’histoire

    Cependant, Dr Oumar Mariko pense que IBK a encore une chance de rentrer dans l’histoire. Et, il lui a conseillé 4 conditions cumulatives.

    Ce sont :
    • IBK n’a qu’a retiré sa constitution ;
    • IBK s’engage à ne pas être candidat ;
    • IBK s’engage à ne pas présenter de candidat pour sa succession ;
    • IBK donne des cartes NINA à tous les maliens pour des élections crédibles

    Selon Dr Oumar Mariko, si IBK arrivait à faire cela, il rentrerait dans l’histoire.

    Assane Koné

    Assane Koné

    Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

    Un message, un commentaire ?

    Qui êtes-vous ?

    Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

    Ajoutez votre commentaire ici
    • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

    • Mots-clés : menunav

    Annonce