• Votre Journal en ligne Contact
  • Les Plus lus

    Le Parti SADI réaffirme son soutien et sa solidarité au peuple et au Gouvernement bolivariens

    Le Parti Solidarité Africaine pour la Démocratie et l’Indépendance (SADI) salue l’engagement et le courage du peuple Vénézuélien qui a participé de façon massive et éloquente à la mise en place, le 30 juillet 2017, d’une constituante pour surmonter de façon

    L’ultimatum de « ANTE A BANA » : Ce qui est prévu après le 15 août 2017

    « Plateforme « ANTÈ A BANA - Touche pas ma Constitution ! », organisera une marche pacifique le mercredi 16 Août 2017 pour exiger la mise en accusation de Mr Ibrahim Boubacar Keïta pour haute trahison afin qu’il soit démis de ses fonctions de Président de la

    Crise malienne : Accusée la France réagit

    Accusée par de nombreux maliens, souvent dans la presse ou sur les réseaux sociaux, d’être la principale instigatrice de la crise malienne, la France réagit. Lisez le communiqué publié à cet effet par l’Ambassade de France au Mali ! Communiqué

    Version imprimable de cet article Version imprimable | |

    Sécurité alimentaire : l’Union Européenne aide le Mali à combattre la faim

    vendredi 23 juin 2017 , par Assane Koné

    Dans l’optique de renforcer les acquis du gouvernement malien pour le relèvement et la protection des moyens d’existence des populations des régions du Nord du Mali, l’Union européenne a alloué un montant de 10 millions d’euros soit 6,5 milliards de FCFA pour la mise en œuvre d’un programme conjoint entre la FAO et le PAM 2015-2017, en vue de bâtir une résilience basée sur l’agriculture dans les régions du Nord du Mali.

    Le mercredi 21 juin 2017, le ministère de l’agriculture, le PAM et la FAO (Organisation des Nations-Unies pour l’agriculture et l’alimentation) ont organisé la réunion des membres du comité de pilotage du Projet « Appui à la résilience des populations vulnérables au Nord du Mali ». C’était à la Direction des Finances et du Matériel du ministère de l’agriculture. L’objectif de ce projet est de contribuer à l’amélioration durable de la sécurité alimentaire et nutritionnelle des populations vulnérable du Nord Mali (Mopti, Tombouctou, Gao).

    L’ouverture de cette réunion a été présidée par Mohamed M Coulibaly, représentant du ministre de l’agriculture. C’était en présence de, Amadou Barry, représentant des gouverneurs des régions, Jean Pierre Renson, représentant du projet FAO. Ainsi que d’autres personnalités.

    Mohamed M Coulibaly, représentant du ministre de l’agriculture, dans sa discours d’ouverture, a rappelé que depuis plusieurs années le Mali fait fasse dans sa partie Nord à de multiples crises, notamment le changement climatique, la crise politico-sécuritaire dont les effets néfastes ont fortement réduit les moyens d’existence des communautés. Il dira que pour atténuer les effets de ces crises, une assistance alimentaire a été apportée aux populations vulnérables pour les besoins d’aide alimentaire et l’appui à la résilience. Aussi, selon lui pour contribuer aux efforts de stabilisation aux régions du Nord.

    L’une des priorités du gouvernement, d’après Mohamed Coulibaly est de renforcer la résilience des communautés. Dans ce cadre avec l’appui de l’Union Européenne, la FAO et le PAM ont été commis de mettre en œuvre ce programme conjoint appelé : Appui à la résilience des populations vulnérables au Nord du Mali en vu de bâtir une résilience basée sur l’alimentation.

    « La FAO et le PAM, à travers cette intervention conjointe, cherchent à assurer que les populations vulnérables ciblées s’intègrent dans leur système de production, les bonnes pratiques de préparation et de réponse aux chocs basées sur l’utilisation durable des ressources », a-t-il déclaré.

    Pour la mise en œuvre de ce projet, un comité national de pilotage a été choisi par les décisions du ministre pour conforter l’agriculture a-t-il jouté. Avant de dire que la tenue de ce comité de pilotage conformément à son mandat doit permettre de passer en revu les activités exécutés par le projet, d’apprécier son état d’avancement, pour la mise en œuvre d’une meilleure orientation de sa conduite.

    A travers l’amélioration de la résilience des populations aux chocs selon lui, ce projet aurait également comme effet indirect de freiner l’important exode rural prévalant au Mali.

    « Les bénéficiaires directs seront environ 18 900 ménages vulnérables vivant de l’agriculture, de l’élevage et de la pêche, soit environ 132 300 personnes », a fait savoir le représentant du ministre.

    Il a remercié l’Union Européenne, les plus hautes autorités, le PAM et la FAO pour tous les efforts qu’ils ne cessent de déployer pour les populations vulnérables de notre pays.

    « Au Mali, les chocs récurrents affectent la sécurité alimentaire et nutritionnelle de plus de 3 millions de personnes, vivant en dessous du seuil de la pauvreté », a rappelé Jean Pierre Renson, représentant du projet FAO.

    Il a ajouté que cette situation est plus critique dans les régions nord du Mali, qui font face à plusieurs crises depuis 2012 dont les effets néfastes ont fortement entrainé une situation d’insécurité et des déplacements de populations. Il dira que c’est dans ce cadre que l’Union Européenne, partenaire privilégié du Mali, a alloué en 2015 un montant de 10 millions d’euros pour la mise en œuvre du programme conjoint entre FAO et le PAM, en vue de bâtir une résilience basée sur l’agriculture dans les régions du Nord du Mali.

    Cette initiative selon lui est louable à plus d’un titre. « Elle est en lien avec les priorités de développement économique et social du Mali définies par le cadre stratégique pour la Relance Economique et le Développement Durable du Mali (CREDD) dans la perspectives d’atteindre les objectif du développement durable(ODD) du Mali d’ici 2030 », a-t-il déclaré.

    Il dira ensuite qu’elle s’inscrit également d’après lui, dans l’Alliance Globale pour la Résilience AGIRAU Sahel et en Afrique de l’Ouest, dont l’objectif est de réduire structurellement, de manière durable, la vulnérabilité alimentaire et nutritionnelle en soutenant la mise en œuvre des politiques sahélienne et ouest-africaine, et apporte une contribution à la mise en œuvre de la politique nationale de sécurité alimentaire et nutritionnelle, récemment adoptée par le gouvernement malien.

    « Ce projet innovant, fédère les avantages comparatifs de la FAO et du PAM en se concentrant sur les actifs produits concernant aussi la protection sociale », a-t-il ajouté.

    Il a remercié, au nom de la FAO, du PAM, le gouvernement malien à travers le ministère de l’agriculture pour l’endossement de ce projet et son implication dans sa mise en œuvre ainsi que la délégation de l’Union Européenne au Mali pour le financement accordé et son engagement technique sans faille pour contribuer à une sécurité alimentaire et nutritionnelle durable au Mali et de l’éradication de la pauvreté et l’atteinte de la faim zéro.

    Bintou COULIBALY (stagiaire)

    Assane Koné

    Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

    Un message, un commentaire ?

    Qui êtes-vous ?

    Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

    Ajoutez votre commentaire ici
    • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

    • Mots-clés : menunav

    Annonce