• Votre Journal en ligne Contact
  • Les Plus lus

    La Plateforme « AN TÈ, A BANNA » dit NON aux violences et aux escadrons de la mort

    La Plateforme AN TÈ, A BANNA-TOUCHE PAS MA CONSTITUTION condamne avec la dernière énergie la tentative d’assassinat du chroniqueur Madou-ka-Journal dans la nuit du lundi au mardi. En effet, un homme armé a tiré à bout portant sur Madou à Boulkassoumbougou (Est

    Ambassade du Mali en Espagne : Un consulat honoraire ouvre ses portes à Valence

    Dans un communiqué publié le 7 juillet 2017, Abdoulaye Koumaré, Ambassadeur du Mali auprès du Royaume d’Espagne, informe l’opinion publique nationale et internationale de l’ouverture depuis le 3 juillet 2017, d’un Consulat honoraire à Valence. Lisez le communiqué

    Royaume d’Arabie Saoudite : Le Mali encourage le retour volontaire de ses citoyens en situation irrégulière

    Par Note Circulaire N° 214333/4/8 du 26 mars 2017, le Gouvernement saoudien a informé les missions diplomatiques et consulaires accréditées auprès du Royaume d’Arabie Saoudite du déclenchement d’un programme national de poursuite des étrangers en situation

    Version imprimable de cet article Version imprimable | |

    Révision de Constitution : Le Conseil national de la société civile demande d’annuler le référendum

    mercredi 21 juin 2017 , par Assane Koné

    Lors d’un point de presse organisée dans la soirée du 21 juin 2017, le Conseil national de la société civile par la voix de son Président Boureima Allaye TOURE a demandé au Président de la République d’annuler le referendum prévu le 9 juillet 2017. Le Président du Conseil national de la société civile pense que la raison va prévaloir et que le Président de la République va écouter son peuple. Lisez la déclaration du conseil national de la société civile !

    DECLARATION DU CONSEIL NATIONAL DE LA SOCIETE CIVILE SUITE A LA REVISION DE LA CONSTITUTION DE FEVRIER 1992

    Le Conseil National de la Société Civile :

    Considérant que la démocratie et les principes qui la sous-tendent sont des obligations constitutionnelles que chaque citoyen est tenu d’observer ;

    Considérant que l’état sécuritaire est extrêmement précaire sur l’ensemble du territoire national particulièrement dans le Nord et dans le Centre du pays avec son cortège de morts quotidiens ;

    Considérant que mêmes les élections Communales entamées en novembre 2016 n’ont pas pu encore être achevées à cause de l’insécurité omniprésente ;

    Considérant qu’à ce jour le nombre d’écoles fermées est de 500 contre 296 à la même période en 2016 sur l’ensemble du territoire national à cause de l’insécurité ;

    Considérant que la présence de l’Autorité de l’Etat n’est pas effective dans les 2/3 du territoire national ;

    Considérant que la constitution est la loi fondamentale qui va régir tous les maliens de l’intérieur comme de l’extérieur et du futur ;

    Considérant qu’au moment de notre audition à la Commission loi de l’Assemblée, nous avons affirmé notre rejet pure et simple de la proposition dans son ensemble pour des raisons motivées à cet effet ;

    Considérant la nécessité de la préservation, de la paix et de la cohésion sociale très entamées ;

    Après analyse de l’état de la nation faite par les organisations de la Société Civile membres ;

    le Conseil National de la Société Civile en ses réunions extraordinaires des 15 et 21 juin 2017, réaffirme sa déclaration du 1er avril 2017 faite à la Conférence d’Entente Nationale à savoir qu’il ne saurait avoir de referendum tant que la sécurité n’est pas rétablie sur l’ensemble du territoire nationale.

    De tout ce qui précède, le Conseil National de la Société Civile

    Demande :

    - Au Président de la République d’annuler le referendum prévu le 09 juillet 2017.
    - Au Gouvernement, d’œuvrer davantage pour le rétablissement de la sécurité sur l’ensemble du territoire national ;
    - A la Communauté internationale de plus d’engagement et de soutien pour un Mali uni, en paix et réconcilié.

    Le Conseil National de la Société Civile en appelle à tous, à l’apaisement, au dialogue dans la sérénité, à plus de retenue et de modération.

    Bamako, le 22 juin 2017
    Le Président
    Boureima Allaye TOURE

    Assane Koné

    Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

    Un message, un commentaire ?

    Qui êtes-vous ?

    Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

    Ajoutez votre commentaire ici
    • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

    • Mots-clés : menunav

    Annonce