• Votre Journal en ligne Contact
  • Les Plus lus

    Un nouvel élan dans la protection du patrimoine culturel malien

    Bamako, 31 octobre 2017 -Dans le cadre de la mise en œuvre de la deuxième phase du Programme de réhabilitation du patrimoine culturel et de sauvegarde des manuscrits anciens du Mali, une formation de 10 formateurs nationaux et de 14 formateurs des forces de

    Situation au Togo : Le Parti SADI condamne la répression des marches pacifiques et exprime son soutien aux forces démocratiques du Togo

    Le Parti Solidarité Africaine pour la Démocratie et l’Indépendance est fortement préoccupé par la détérioration de la situation politique et sociale au Togo à la suite des violentes répressions exercées par le pouvoir contre les marches pacifiques organisées par les

    Élections régionales du 15 octobre 2017 au Venezuela : Le Parti SADI salue la large victoire du Parti Socialiste Unifié

    Le Parti Solidarité Africaine pour la Démocratie et l’Indépendance salue la large victoire du Parti Socialiste Unifié (PSUV) aux élections régionales du 15 octobre en remportant 18 des 23 Etats que compte le pays contre seulement 5 Etats pour la coalition de

    Version imprimable de cet article Version imprimable | |

    Abdramane Sylla, ministre des maliens de l’extérieur : « Il est de notre devoir… de contribuer à protéger les migrants »

    mardi 20 juin 2017 , par Assane Koné

    Les concertations sur les questions migratoires au Mali, tenues les 15, 16 et 17 juin 2017, sous la haut présidence de Abdoulaye Idrissa Maiga, Premier Ministre, Chef du gouvernement, ont été clôturés le samedi 17 juin 2017 à l’Hôtel Radisson Blu de Bamako. Elles ont réunis plusieurs participants venus divers horizons.

    Lors de ces trois jours, les travaux se sont déroulés à travers une session inaugurale, et deux ateliers comprenant chacun, deux panels.

    « Ces concertations sur les questions migratoires au Mali sont d’une importance capitale pour le gouvernement et ses partenaires sur les enjeux et défis liés au phénomène », a souligné Abdramane Sylla, Ministre des maliens de l’extérieur. Il a ajouté que l’impact des investissements de nos compatriotes à l’étranger contribue à l’amélioration des conditions de vie des familles restées au pays et à la mise en place d’infrastructures communautaires de base dans les zones d’origine.

    Ces concertations selon lui, ont également permis de réviser le défi lié à la migration irrégulière qui constitue une préoccupation majeure pour tous les acteurs. Avant de définir que la migration irrégulière est une transnationale qui embrasse des questions sécuritaires, économiques et de droits de l’homme. « C’est pourquoi nous demandons aux jeunes de renoncer à cette pratique et de s’inscrire dans les initiatives de l’Etat et de ses partenaires en matière d’insertion », a-t-il ajouté.

    « Le contexte actuel de la migration exige des nouvelles réponses dont chaque acteur doit jouer pleinement sa participation », a-t-il lancé. Avant de dire que c’est en cela que le Mali s’est toujours engagé à assumer sa part dans la responsabilité partagée dans la gouvernance des migrations.

    En ce qui concerne le renforcement de la protection des migrants, il a rappelé que le Mali a toujours prêté attention à la sécurisation, à la protection et à la défense de ses fils vivant à l’étranger.

    « Il est de notre devoir de gouvernants, organisations internationales, associations, de la société civile de contribuer à protéger les migrants. Et de garantir leur droit à l’intégrité physique, à un retour digne, leur droit au respect de la vie privée et familiale, leurs droits économiques, sociaux et culturels », a déclaré le Ministre Sylla. Selon lui, c’est une obligation politique et morale et notre devoir d’humanité.

    Le ministre a affirmé qu’il est de toute évidence, que ces concertations on été une réussite pour nous tous en raison de leur bonne organisation et la qualité des contributions des participants.

    Il a rassuré que le gouvernement mettra en œuvre toutes les recommandations issues de ces trois jours d’échanges.

    A l’issue d’échanges fructueux et surtout participatifs, les recommandations formulées par les participants se sont articulées autour de vingt-un (21) axes stratégiques.

    Axes stratégiques : sécuriser et moderniser l’Etat civile (acte de naissance….) et les documents de voyage (cartes d’identité, passeports biométrique….), diligenter la délivrance de la carte NINA au niveau de toutes les missions diplomatiques et consulaires, diffuser les textes législatifs et règlementaires relatifs à la gestion des Maliens de l’extérieur, renforcer la sécurité des migrants par le contrôle des frontières, entreprendre une large campagne de sensibilisation sue les méfaits de la migration irrégulière, recenser avec exhaustivité les maliens de l’extérieur, sanctionner les passeurs au niveau des pays de départ et de transit, créer des emplois pour retenir les jeunes dans les zones de production du pays, créer une dynamique partenariale entre tous les acteurs impliqués dans la gestion des migrants, renforcer les missions diplomatiques et consulaires en moyens institutionnels, humains et financiers, créer des structures adéquates d’encadrement et de suivi des migrants tant à l’intérieur qu’à l’extérieur, doter le ministère des maliens de l’extérieur et de l’intégration africaine en moyens logistiques, humains et financiers, pur la mise en œuvre de la politique nationale de migration (PONAM), renforcer les gouvernants de région et du District de Bamako en moyens logistiques, humains et financiers, dans le cadre de la sensibilisation et de l’information en matière de migration irrégulière, réorienter les fonts de la diaspora vers des investissements productifs créateurs d’emplois, en saisissant l’opportunité offerte par la PPP, nouer des liens forts de la diaspora et le Mali en vue de les pérenniser avec les générations futures de migrants, renforcer le positionnement du Mali en termes géostratégiques sur les questions migratoires, organiser des concertations sur les questions migratoires au niveau sous-régional et africain avec le leadership Malien, entreprendre les campagnes d’informations et de sensibilisation à l’intérieur comme à l’extérieur sur les risques liés à la migration irrégulière, revoir le dispositif des conditions d’entrée, d séjour et d’établissement des étrangers résidant au Mali, recenser les étrangers résidant au Mali notamment dans les zones d’orpaillage.

    Bintou COULIBALY (stagiaire)

    Assane Koné

    Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

    Un message, un commentaire ?

    Qui êtes-vous ?

    Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

    Ajoutez votre commentaire ici
    • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

    • Mots-clés : menunav

    Annonce