• Votre Journal en ligne Contact
  • Les Plus lus

    Un nouvel élan dans la protection du patrimoine culturel malien

    Bamako, 31 octobre 2017 -Dans le cadre de la mise en œuvre de la deuxième phase du Programme de réhabilitation du patrimoine culturel et de sauvegarde des manuscrits anciens du Mali, une formation de 10 formateurs nationaux et de 14 formateurs des forces de

    Situation au Togo : Le Parti SADI condamne la répression des marches pacifiques et exprime son soutien aux forces démocratiques du Togo

    Le Parti Solidarité Africaine pour la Démocratie et l’Indépendance est fortement préoccupé par la détérioration de la situation politique et sociale au Togo à la suite des violentes répressions exercées par le pouvoir contre les marches pacifiques organisées par les

    Élections régionales du 15 octobre 2017 au Venezuela : Le Parti SADI salue la large victoire du Parti Socialiste Unifié

    Le Parti Solidarité Africaine pour la Démocratie et l’Indépendance salue la large victoire du Parti Socialiste Unifié (PSUV) aux élections régionales du 15 octobre en remportant 18 des 23 Etats que compte le pays contre seulement 5 Etats pour la coalition de

    Version imprimable de cet article Version imprimable | |

    Conflit intercommunautaire dans le Cercle de Koro : Que s’est-t-il passé entre peulhs et Dogons ?

    mardi 20 juin 2017 , par Assane Koné

    De violents affrontements ont opposé les 17 et 18 juin 2017 les Dogons aux Peulhs dans 3 villages de deux communes ruraux du cercle de Koro : Dioungani et Diankabou. Ce conflit intercommunautaire a fait plusieurs victimes et causés plusieurs dégâts matériels. Notre source annonce même 40 morts, au moment ou d’autres sources avancent 80 tués.

    Trois villages de deux Communes du cercle de Koro, notamment Dioungani et Diankabou ont été les théâtres de violents affrontements entre Dogons et peulhs.

    Tout est parti de l’assassinat de Souley Guindo, Chef des chasseurs dogon du village de Goundogourou, situé dans la commune de Diankabou par des individus supposés être des peulhs le vendredi 16 juin 2017 alors qu’il revenait de la foire Hebdomadaire.

    Tout porte à croire qu’il a été victime d’une vengeance des peulhs. En effet, quelques jours avant sa mort, il avait fait preuve d’acte de bravoure, en parvenant à tuer un peulh supposé djihadistes ou complice des djihadistes. Accusé par la vindicte populaire, le peulh supposé djihadistes était parvenu à résister à tous les coups de ses assaillants, jusqu’à ce que Souley Guindo lui porte le coup mortel.

    Souley Guindo sera dès lors accusé par des peulhs d’avoir tué leur parent.

    Comment Souley a-t-il été tué ?

    Souley était très réputé dans le milieu des chasseurs. Selon nos sources, il revenait de la foire hebdomadaire de Douna-Pen (un gros village situé à 50 km de la ville de Koro) en compagnie de son fils, quand des individus armés l’ont intercepté en brousse.

    Ils l’ont étranglé. Comme si cela ne suffisait pas, ils l’ont mutilé devant son enfant impuissant avant de partir avec certaines parties de son corps.

    Suspectant les peulhs d’être à l’origine de l’assassinat de Souley, ses confrères chasseurs et certains habitants du village se sont préparés pour attaquer 2 deux villages peulhs. Selon un témoin joint par nos soins, ce sont les conditions atroces de l’assassinat du chef des chasseurs qui ont déclenché des réactions violentes des dogons.

    Donc, après l’inhumation de Souley Guindo, ses confrères, ses parents et proches se sont organisés pour attaquer les 2 villages peulhs de Nawadjè et Tanfadala (situés respectivement dans la commune de Dioungani) pour venger sa mort.

    Les mêmes sources nous indiquent que les attaques ont duré du samedi matin au dimanche à la mi-journée. Le bilan fait état de 40 morts, plusieurs blessés et beaucoup dégâts matériels. Au même moment des sources annoncent au moins 80 morts.

    Dans tous les cas n’eut été l’intervention de forces de sécurité et de défense, l’on aurait enregistré un bilan beaucoup plus triste.

    Moussa Mallé SISSOKO

    Assane Koné

    Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

    Un message, un commentaire ?

    Qui êtes-vous ?

    Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

    Ajoutez votre commentaire ici
    • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

    • Mots-clés : menunav

    Annonce