• Votre Journal en ligne Contact
  • Les Plus lus

    Plan International et l’organisation de développement danoise BØRNEfonden vont fusionner

    Plan International Danemark, ONG majeure pour les droits des filles, et BØRNEfonden, organisation de développement danoise en faveur des jeunes, vont fusionner dans le but de renforcer leur impact sur les enfants et les jeunes vulnérables en Afrique de

    Niger et Mali : Les Missions EUCAP Sahel au cœur des défis transfrontaliers

    Comment mieux assurer la sécurité transfrontalière entre le Mali et le Niger face à la situation sécuritaire qui se dégrade ? Le séminaire « Gestion de la criminalité transfrontalière entre le Niger et le Mali »du 4 au 5 décembre réunissait à Niamey des

    Meeting du Collectif des Associations AN TE, A BANNA : « IBK, a de toute évidence échoué… »

    « IBK, a de toute évidence échoué : Echouer de rassembler les maliens, échouer de lutter contre l’insécurité, échouer de régler la question du nord, échouer tout simplement de faire vivre le Mali ». Nous indique le déclaration du grand meeting populaire et

    | |

    Des concertations nationales sur la migration : Le Mali veut faire de la migration une opportunité pour l’humanité

    lundi 19 juin 2017 , par Assane Koné

    L’hôtel Radisson Blu de Bamako a abrité le jeudi 15 juin 2017, l’ouverture des journées de concertations sur les questions migratoires. Placées sous la Haute présidence de Monsieur Abdoulaye Idrissa Maiga, Premier Ministre, chef du Gouvernement, cette initiative vise à faire de la migration une opportunité pour l’humanité.

    L’ouverture de cette rencontre a été présidée par Abdoulaye Idrissa Maiga, Premier Ministre. Pour la circonstance, il avait à ses cotés, Abdramane Sylla, ministre des maliens de l’extérieur et de l’Intégration africaine.

    Le Premier ministre, Abdoulaye Idrissa Maiga, dans son intervention, s’est réjouit de la tenue de cette concertation inclusive. Il a pris l’engagement avec le gouvernement de lutter contre la migration irrégulière. Le Premier ministre, a réitéré son engagement aux maliens de l’extérieurs et aux initiatives de la diaspora.

    « Pour lutter contre l’immigration, il faut offrir aux jeunes une perspective heureuse d’insertion socio-économique », a déclaré le Premier ministre. Avant d’ajouter que c’est en apportant aux jeunes des soutiens qu’on pourra s’en sortir.

    L’intérêt selon lui, est de parvenir à une formulation sur toutes les apparences de la migration, et de définir la responsabilité de chaque acteur.

    Pour sa part, le Ministre des maliens de l’extérieur, que la rencontre vise à examiner un sujet qui défrais la chronique de l’actualité internationale. Il dira que la migration, sensée être au cœur de la fécondation de la culture universelle, en tant qu’un facteur de rapprochement, d’enrichissement mutuel et de développement, est en passe de devenir une véritable tragédie par les pertes de nombreuses vies humaines. Selon lui, elle est aujourd’hui un nouvel instrument des relations internationales susceptibles de déterminer la qualité des relations bilatérales et multilatérales.

    Le ministre Sylla a déclaré que le sujet interpelle, non pas que les gouvernants, mais aussi les universitaires tels que les sociologues, les psychologues, les historiens, les économistes, les experts en développement, de la sécurité, la société civile toute entière et les familles des migrants.

    « Aborder ce phénomène naturel de déplacement des hommes dans l’espace, dans le contexte de la mondialisation où les pays riches sont confrontés à des crises sociales, politiques, économiques et sécuritaires récurrentes, nécessite un examen profond et multidimensionnel », a déclaré le ministre des maliens de l’extérieur.

    Il a indiqué qu’en quarante ans, le nombre de migrants dans le monde a triplé, passant à environ 250 000 000 de personnes.

    Le ministre Sylla a souligné que les difficultés de la migration désorganisent la famille et l’exercice de la parentalité est affecté et le développement de l’enfant et son adoption s’en trouvent compromis.

    « L’accroissement du nombre des femmes migrants et d’enfants non accompagnés est une nouvelle tendance importante dans le paysage actuel de la migration », a-t-il déclaré. Avant de rappeler que pendant longtemps, la migration féminine et celle des enfants s’effectuaient dans le cadre du regroupement familial. Aujourd’hui, selon lui elles sont comme celle des hommes adultes, une migration de travail.

    Le ministre Sylla a fait savoir que le président de la république dans son projet de société écrivait : « nous ferons en sorte que la diaspora malienne soit respectée et qu’elle devienne un acteur majeur du développement de la Nation. Car, elle est l’un des atouts majeurs de notre pays à travers le soutien qu’elle apporte à de nombreuses familles, elle accompagne la mise en œuvre des politiques à l’échelle locale et constitue un levier de développement. Nous devons respect et considération à nos compatriotes séjournant à l’étranger. La diaspora malienne recèle d’expériences et de compétences disponibles pour servir le Mali. Il nous revient de valoriser ce potentiel en consolidant les liens qui nous unissent pour une meilleure satisfaction de leurs besoins ».

    C’est pourquoi, d’après lui en 2014 au mois de septembre, le gouvernement a adopté la politique nationale de migration du Mali, qui s’article autour des axes à savoir : protéger et sécuriser les migrants, organiser et faciliter la migration légale, favoriser une meilleure réinsertion des migrants de retour, valoriser les capacités de la diaspora au développement national, réadapter les conditions d’entrée et de séjour et d’établissement au Mali, etc.

    Il a indiqué qu’en 2015, le Mali a enregistré 376 jeunes morts noyés dans la méditerranée. Il dira que les statistiques ne sont pas exhaustives car elles ne prennent pas en compte, les disparitions sur les autres corridors (désert, fleuves, routes….).

    Pour cela, il a invité tous les états de la sous région pour qu’ils se retournent vers leurs citoyens résidents en Libye en leur demandant de renoncer à l’aventure de la méditerranée et de rentrer au pays.

    Il a ajouté qu’un nombre important de jeunes maliens séjournent dans les centres de rétention en Europe (l’Italie, la France, l’Espagne….). En Italie par exemple, il a indiqué que plus de 10 000 jeunes présumées maliens sans espoir y vivent dans des conditions pas enviables.

    Pour renforcer les liens entre la migration et le développement, il est nécessaire de traiter les causes profondes de la migration irrégulière en ciblant les politiques de développement dans les régions à fort potentiel migratoire de notre pays. Pour ce faire selon lui, nous avons besoin d’équilibre, de convergence de vue pour surmonter ces défis énumérés et parvenir à un consensus global et juste pour faire de la migration une opportunité pour l’humanité.

    Bintou COULIBALY (stagiaire)

    Assane Koné

    Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

    Un message, un commentaire ?

    Qui êtes-vous ?

    Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

    Ajoutez votre commentaire ici
    • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

    • Mots-clés : menunav

    Annonce