• Votre Journal en ligne Contact
  • Les Plus lus

    L’ultimatum de « ANTE A BANA » : Ce qui est prévu après le 15 août 2017

    « Plateforme « ANTÈ A BANA - Touche pas ma Constitution ! », organisera une marche pacifique le mercredi 16 Août 2017 pour exiger la mise en accusation de Mr Ibrahim Boubacar Keïta pour haute trahison afin qu’il soit démis de ses fonctions de Président de la

    Crise malienne : Accusée la France réagit

    Accusée par de nombreux maliens, souvent dans la presse ou sur les réseaux sociaux, d’être la principale instigatrice de la crise malienne, la France réagit. Lisez le communiqué publié à cet effet par l’Ambassade de France au Mali ! Communiqué

    Nord du Mali : Les États-Unis Condamnent les Violations Récurrentes du Cessez-le-feu au Mali

    Les États-Unis condamnent les violations récurrentes du cessez-le-feu qui ont eu lieu au Mali entre les groupes armés signataires de l’accord de paix d’Alger de 2015. Nous exhortons les parties à cesser immédiatement les hostilités et à respecter strictement

    Version imprimable de cet article Version imprimable | |

    Quinzaine de l’environnement 2017 : Quelles pratiques agricoles pour la protection de l’environnement ?

    jeudi 15 juin 2017 , par Assane Koné

    Seco-ONG Mali, en partenariat avec le ministère de l’environnement, de l’assainissement du développement durable et le Programme des Nations-Unies pour le développement(PNUD), a organisé une conférence-débats sur le thème : « Affectation des terres, place des pratiques agricoles pour l’environnement ». Cette conférence qui s’est tenue le mardi 13 juin 2017 à la Maison du partenariat Bamako-Angers, a été animé par Molobaly Samaké, ingénieur agronome et Dramane Diarra, conseiller technique au Ministère de l’Aménagement du Territoire et de la Population.

    Dans la mouvance de la 18ème édition de la quinzaine de l’environnement, Seco-ONG Mali, en collaboration avec ses partenaires, a organisé une conférence-débats. A travers cette activité, Seco-ONG veut montrer que l’agriculture pourrait fournir des solutions pour lutter contre les dérèglements climatiques sans menacer la sécurité alimentaire.

    En effet, le Mali est confronté au phénomène de la désertification dont les effets ont fortement affectés l’équilibre des écosystèmes sur environ 51 % de son territoire. « Les effets du phénomène de la désertification ont abouti entre autres à une perte de terres arables et une forte baisse de productivité », a indiqué Molobaly Samaké, conférencier.

    Selon lui, les sols et les végétaux conservent trois fois le volume de carbone présents dans l’atmosphère de notre planète. « Le défrichage et la dégradation sont tels que ces importants puits de carbone se transforment en une source majeure d’émissions de gaz à effet de serre », a-t-il expliqué.

    Il a ajouté que la gestion durable des terres (GDT) se situe au cœur des enjeux du développement. Selon lui, elle permet de sécuriser une production agricole suffisante et durable et d’éviter les effets environnementaux néfastes de la dégradation.

    Mieux, Samaké a estimé que les stratégies de luttes contre les pratiques agricoles non durables visent à prévenir la dégradation des terres, restaurer les terres et réduire le besoin de nouvelles conversions des terres et les forêts vierges. « Il faut inciter les acteurs à s’engager dans une transition vers une agriculture productive, hautement résiliente, fondée sur une gestion adaptée des terres et des sols et ainsi porteuse de développement durable dans le cadre de la protection de l’environnement », a plaidé Molobaly Samaké.

    Aussi, il a souligné la mobilisation des parties-prenantes pour les inciter à prendre des actions pour améliorer les sols en faveur de la sécurité alimentaire et du climat.

    Pour sa part, Dramane Diarra, 2ème exposant dira que l’une des contraintes de l’effritement des écosystèmes est liée à la croissance de la population. Selon lui, cette pression humaine en traine la dégradation des ressources naturelles. « Nous devons fournir beaucoup d’efforts pour la protection de l’environnement en faisant une approche innovante », a proposé le conseiller technique au Ministre de l’Aménagement du Territoire et de la Population.

    « C’est un thème qui nous tient à cœur. La terre est vraiment le centre de l’environnement de notre pays et du sahel. Sa gestion durable exige de la responsabilité de tout malien. Et les conférenciers nous ont entretenu sur la problématique liée à la terre et à l’environnement », a estimé Moussa Diarra, Directeur Exécutif de Seco-ONG pour dire que cette conférence a été organisée pour greffer la biodiversité et la faune. Et de plaider pour la défense de notre terre et de notre planète tous les jours à travers des gestes quotidiens.

    Moussa Mallé SISSOKO

    Assane Koné

    Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

    Réactions

    Un message, un commentaire ?

    Qui êtes-vous ?

    Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

    Ajoutez votre commentaire ici
    • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

    • Mots-clés : menunav

    Annonce