• Votre Journal en ligne Contact
  • Les Plus lus

    Le Parti SADI réaffirme son soutien et sa solidarité au peuple et au Gouvernement bolivariens

    Le Parti Solidarité Africaine pour la Démocratie et l’Indépendance (SADI) salue l’engagement et le courage du peuple Vénézuélien qui a participé de façon massive et éloquente à la mise en place, le 30 juillet 2017, d’une constituante pour surmonter de façon

    L’ultimatum de « ANTE A BANA » : Ce qui est prévu après le 15 août 2017

    « Plateforme « ANTÈ A BANA - Touche pas ma Constitution ! », organisera une marche pacifique le mercredi 16 Août 2017 pour exiger la mise en accusation de Mr Ibrahim Boubacar Keïta pour haute trahison afin qu’il soit démis de ses fonctions de Président de la

    Crise malienne : Accusée la France réagit

    Accusée par de nombreux maliens, souvent dans la presse ou sur les réseaux sociaux, d’être la principale instigatrice de la crise malienne, la France réagit. Lisez le communiqué publié à cet effet par l’Ambassade de France au Mali ! Communiqué

    Version imprimable de cet article Version imprimable | |

    Quinzaine de l’environnement 2017 : Quel est le rôle de la femme dans la protection de l’environnement ?

    mercredi 14 juin 2017 , par Assane Koné

    A l’occasion de la 18ème édition de la quinzaine de l’environnement, la Fédération Nationale des Collectifs d’Organisations Féminines du Mali (FENACOF), a organisé une conférence débat sur le rôle de la femme dans le respect et la protection de la terre. C’était à son siège à Bamako, à Faladié Séma.

    Lors de cette rencontre avec les femmes, les questions et autres recommandations, ou suggestions, ont portées sur la protection de l’environnement, notamment le reboisement et la lutte contre les sachets plastiques.

    Mme Dembélé Oulématou Sow, présidente de la Fédération Nationale des Collectifs d’Organisations féminines du Mali (FENACOF), a rappelé que la FENACOF a toujours participé à l’organisation et à la mise en œuvre des activités de la quinzaine de l’environnement.

    « A cette 18ème édition, ce n’est qu’une tradition pour nous de retrouver toujours cet espace comme point d’information et de sensibilisation des femmes par rapport aux rôles qu’elles doivent jouer dans la protection de l’environnement, dans le respect de la terre. Aussi de leur donner des actions concrètes qui peuvent faire en sorte qu’elles vont pouvoir respecter la terre, pour que cette planète puisse être sécurisée et qu’on puisse la léguer à la génération future », a expliqué Mme Dembélé Oulématou Sow.

    Selon elle, cet espace a été un point de sensibilisation et d’information des femmes pour les questions de l’environnement, des changements climatiques et sur les recommandations internationales par rapport à notre cadre de vie.

    « Nous avons beaucoup travaillé sur les questions de l’environnement l’année passée. Nous comptons aussi faire de même pour cette année, compte tenu de son importance dans notre vie », a déclaré Mme Dembélé. Elle a ajouté qu’elles sont en contact avec la direction nationale des eaux et forêts pour pouvoir y travailler.

    Elle a pensé que cette dynamique doit être soutenue par les pouvoirs publics ainsi que toute la bonne volonté, afin de donner plus de moyens, plus de ressources aux femmes pour qu’elles puissent pérenniser leurs actions dans ce domaine.

    En ce qui concerne les sachets plastiques, elle dira que les campagnes de sensibilisation ont été misent en œuvre par rapport au changement de comportement, surtout auprès de celles qui viennent des villages. Cette action selon elle, a pour but de faire en sorte que les femmes puissent avoir d’autres matériels pour faire le marché. Les sachets plastiques, d’après elles, dégradent l’environnement, nuisent à la santé. Malgré tous ces efforts, elle fera remarquer que le problème persiste. Alors, elle dira qu’il revient aux pouvoirs publics, aux autorités de prendre des dispositions idoines pour la suppression des sachets plastiques.

    Par rapports à ce thème, elle a constaté que si on arrive à respecter la terre, à ne pas jeter les sachets plastiques un peu partout, à ne pas couper les arbres, à faire la cuisine avec des foyers améliorés, à utiliser le gaz butane, à utiliser des fourneaux Sewa, à planter des arbres, à ne pas bruler des pastiques qui nuisent à la santé, et à assurer le curage des caniveaux, l’on pourra aisément préserver et protéger son environnement. « Cela constitue une première étape de bien assainir notre environnement », a-t-elle déclaré.

    « Les femmes doivent travailler pour lutter contre la déforestation », a-t-elle déclaré.

    Oulématou Sow a lancé un appel à l’endroit des femmes par rapport au développement de façon générale. « Il faut que les femmes jouent leur partition partout où elles seront interpelées », a-t-elle lancé. Avant d’ajouter que c’est à ce prix qu’on peut dire qu’elles sont des actrices incontournables du développement.

    Bintou Coulibaly (stagiaire)

    Assane Koné

    Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

    Un message, un commentaire ?

    Qui êtes-vous ?

    Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

    Ajoutez votre commentaire ici
    • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

    • Mots-clés : menunav

    Annonce