• Votre Journal en ligne Contact
  • Les Plus lus

    Attaque terroriste du Campement Kangaba : Le RPM condamne

    Le dimanche 18 juin 2017, au petit soir, des individus présentés comme des terroristes djihadistes, ont attaqué le Campement kangaba. Officiellement , cette attaque aurait fait 9 victimes : 5 innocentes victimes dont un élément des forces armées et de sécurité

    Mamadou Ismaila KONATE, ministre de la justice : « Le gouvernement est engagé pour accélérer la mise en œuvre des points d’accord conclus entre lui et les syndicats »

    Dans un communiqué diffusé par le ministère de la justice, Me Mamadou Ismaïla konaté, ministre de la Justice garde des Sceaux, a rencontré les partenaires sociaux de son département à leur demande. Lisez le communiqué qui a sanctionné ces différentes rencontres !

    Rapport conjoint AMDH/FIDH : Accusée, l’AMDH se défend

    Le Président de l’Association Malienne des Droits de l’Homme (AMDH) invite l’opinion nationale à faire attention à la désinformation et à la campagne d’intoxication de certains organes de presse suite à la publication de son rapport conjoint avec la FIDH, le 11 mai

    Version imprimable de cet article Version imprimable | |

    Festival de Cannes : Souleymane Cissé invité pour le 70ème anniversaire

    lundi 15 mai 2017 , par Assane Koné

    Le 70ème anniversaire du Festival de Cannes aura lieu du 17 au 28 mai 2017. Notre compatriote Souleymane Cissé, icône du cinéma, sera parmi les invités de ce rendez-vous du cinéma mondial. Bien que n’ayant pas de film dans la compétition, notre compatriotes n’ira pas à Cannes les mains vides. A la faveur d’un point de presse qu’il a organisé le 15 mai 2017, à sa résidence de Badalabougou, Souleymane Cissé a levé le voile sur son film « Nyè » ou l’œil du cyclone, qu’il compte amener à Cannes pour une projection privée, avec un certain nombre d’amis.

    « Nyè » ou l’œil du cyclone, est un film documentaire de 24 minutes que Souleymane Cissé a réalisé entre le 11 et le 22 mai 2005, à Cannes pendant le Festival de cinéma. « Le film Nyè est une lettre que j’envoies à mon fils depuis Cannes. Je lui raconte ce que c’est que le Festival de Cannes, ce que je vois à Cannes », a-t-indiqué.

    Mais, mieux que ce que capte l’objectif d’une camera fixe posée quelque part sur la croisette, « Nyé » est un film documentaire très engagé. En lieu et place de l’objectif de la caméra, Souleymane Cissé a décidé d’utiliser ses yeux et mieux la reflexion, d’où le titre « Nyè », qui veut dire l’œil en bambara.

    Loin du continent, où la liberté d’expression n’est pas totale, Souleymane Cissé a été impressionné par l’absence d’une quelconque censure à Cannes. « Comme vous l’avez vu dans mon film, Cannes est un grand espace de communication et d’expression artistique. Certes dédié au cinéma, ce festival fait beaucoup de place à toutes les autres expressions culturelles qui occupent la Croisette. Et, tous les films qui contribuent à la construction d’un humanisme y sont projetés. J’y ais jamais senti la censure », a-t-il déclaré.

    En effet, le film « Nyè », la lettre filmée de Souleymane Cissé, pose les vrais problèmes du continent africain, même s’il ne dégage pas des pistes spécifiques de solution. Mais quand on sait qu’un problème identifié est à moitié résolut, l’on ne peut que saluer cette démarche cinématographique.

    De la même manière que Souleymane Cissé va interroger tout ce qu’il voit dans la rue, il ne va pas hésiter à interroger le luxe de sa chambre d’hôtel. Il va vite se rendre compte, que la chambre douillée de l’hôtel de luxe à Cannes n’arrive pas à lui enlever ses réflexions. Il y perd même le sommeil, tant sa préoccupation à réfléchir sur l’avenir du continent est grande. Comme pour dire que les africains n’ont pas droit à un repos tant que le continent ne se mettre pas au même niveau, en terme de développement, de démocratie et de liberté d’expression et d’opinion, que les autres

    Souleymane Cissé, dans son film n’hexite pas à comparer l’Europe à l’Afrique en terme de protection des droits de l’homme. Parlant de l’Europe, il dira que même les droits des animaux y sont respectés, au moment où sur le continent la vie n’a aucune valeur. « En Europe les animaux sont chéris. Chez nous des êtres humains sont violentés, souvent même au prix de leur vie », a-t-il dénoncé.

    Mais, la réflexion sur l’avenir du peuple noir d’Afrique occupe une bonne partie du film. Cette réflexion a été suscitée par la camera qui choppe des images d’indiens d’Amérique latine, sur la croisette. Et, ces images amènent Souleymane Cissé à demander à son fils destinataire de la lettre, s’il a déjà réfléchi sur le sort qui sera réservé aux africains dans 200 ans. En terme très clair, il a voulu savoir, si les noirs d’Afrique ne vont pas disparaitre comme ce fut le cas des indiens dans plusieurs contrées d’Amérique.

    Pour conjurer ce sort, il a exhorté son fils et toutes les filles et fils du continent africain à chercher à maîtriser la science et la technologie pour assurer un futur au continent.

    Quand le cinéma devient une thérapie

    La résurgence de ce film de 24 minutes réalisé par Souleymane Cissé depuis 2005, n’est pas fortuite. L’icône du cinéma malien n’arrive pas à s’expliquer le fait que l’ORTM n’a pas diffusé son dernier film « OKA », malgré qu’il ait mis le film gracieusement à la disposition de toutes les chaînes de télévision. « Pour réaliser ce film, j’ai bénéficié d’une contribution du Président de la République que je salue. Pour cela, il était de mon devoir de le mettre gracieusement à la disposition des chaînes de télévision », a-t-il déclaré.

    Aujourd’hui, Souleymane Cissé pense et est convaincu qu’il a été censuré par des journalistes au niveau de l’ORTM. Et, comme, il est artiste dans l’âme, il s’est souvenu que quelque part dans le monde, sur une croisette, il y a un Festival qui ignore la censure et qui lui rend très souvent hommage : Le Festival de Cannes.

    Celui, qui a découvert pour la 1ère fois le Festival de Cannes en 1982, y était en 1983 avec son film « Finyè ». En 1987, il y arrivait avec le film « Yelen ». En 1995, le Malien y est allé avec son film « Wati ». En 2009, il a proposé « Myè » et en 2015, le monde y découvrait « OKA ».

    Mieux, lors de son 60ème anniversaire, ce grand rendez-vous du cinéma mondial a salué la contribution de Souleymane Cissé à l’œuvre cinématographique mondiale, en l’immortalisant aux côtés d’autres personnalités du cinéma mondiale, sur les affiches.

    « Nyè » ou l’œil du cyclone, réalisé en 2005, pour rendre hommage au Festival de Cannes, symbole de l’absence de censure, est aujourd’hui d’actualité au Mali. Sans le dire, Souleymane Cissé le pense. Et, dans sa démarche, il voudrait inviter ses censeurs à tourner les yeux vers Cannes, cet espace de communication à ciel ouvert où toutes les expressions culturelles ont leur place à côté du cinéma, pour dire que depuis la déclaration universelle des droit de l’Homme, la liberté d’expression et d’opinion est une réalité, même si sous les tropiques nous peinons, pour certains, à l’admettre.

    En attendant que l’ORTM décide de lever ce que Souleymane Cissé considère comme une censure de son film « OkA », le réalisateur malien de renommée internationale, a décidé de se souvenir du Festival de Cannes, où la censure est bannie.

    Assane Koné

    Assane Koné

    Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

    Un message, un commentaire ?

    Qui êtes-vous ?

    Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

    Ajoutez votre commentaire ici
    • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

    • Mots-clés : menunav

    Annonce