• Votre Journal en ligne Contact
  • Les Plus lus

    L’ultimatum de « ANTE A BANA » : Ce qui est prévu après le 15 août 2017

    « Plateforme « ANTÈ A BANA - Touche pas ma Constitution ! », organisera une marche pacifique le mercredi 16 Août 2017 pour exiger la mise en accusation de Mr Ibrahim Boubacar Keïta pour haute trahison afin qu’il soit démis de ses fonctions de Président de la

    Crise malienne : Accusée la France réagit

    Accusée par de nombreux maliens, souvent dans la presse ou sur les réseaux sociaux, d’être la principale instigatrice de la crise malienne, la France réagit. Lisez le communiqué publié à cet effet par l’Ambassade de France au Mali ! Communiqué

    Nord du Mali : Les États-Unis Condamnent les Violations Récurrentes du Cessez-le-feu au Mali

    Les États-Unis condamnent les violations récurrentes du cessez-le-feu qui ont eu lieu au Mali entre les groupes armés signataires de l’accord de paix d’Alger de 2015. Nous exhortons les parties à cesser immédiatement les hostilités et à respecter strictement

    Version imprimable de cet article Version imprimable | |

    Mouvement Citoyen pour l’Alternance, le Travail et la Transparence : Un parti politique pour poursuivre la vision du président Amadou Toumani Touré

    mardi 18 avril 2017 , par Assane Koné

    La cérémonie de lancement officiel des activités du parti Mouvement Citoyen pour l’Alternance, le Travail et la Transparence (MC-ATT), a eu lieu le samedi 15 avril 2017 à la Maison des ainés. La cérémonie a été présidée par Jeamille Bittar, le premier responsable du parti, à la tête d’un bureau composé de 80 membres. La rencontre a réuni les représentants des partis, notamment : RPM, ADEMA-PASJ, Yéléma, PS-Yelen Koura, Fare Anka wili.

    Le président du parti Mouvement Citoyen, le Travail et la Transparence (MC-ATT), Jeamille Bittar a prononcé un discours lors de cette cérémonie de lancement. Il a appellé la famille du Mouvement citoyen à se regrouper dans la ferveur de l’unité retrouvée.

    « Cette une rentrée politique, annonce bien, au milieu des épreuves indicibles que notre pays, le Mali, continue de traverser, que le MC-ATT ne se confinera pas dans les coulisses. Il poursuivra la mise en œuvre de la vision du Président Amadou Toumani Touré. Le MC-ATT estime que l’exil politique dakarois du président Amadou Toumani Touré doit arriver le plus tôt possible à son terme », a-t-il indiqué.

    Sur la scène du Mali, le MC-ATT par la voix de son président Jeamille Bittar, appelle tous ceux et toutes celles que le rêve habite et qui se dédient à l’édification d’une paix durable, à se joindre à lui, pour hisser notre pays à la dimension qui est la sienne, à travers le programme de développement, économique et social entamé, qui doit être revigoré avec de nouvelles impulsions qui en constitueront le cœur.

    Le président Jeamille Bittar a déclaré que les difficultés aux quelles notre pays est confrontés, ont des causes internes et externes. Sur le plan interne, l’on peut s’interroger sur le niveau de recul de notre attachement à la citoyenneté et à la patrie, mais aussi sur les risques auxquels notre géographie nous expose.

    « Le Mali est située au cœur de l’Afrique de l’Ouest. Il partage en outre 7420 km de frontières, souvent poreuses avec sept pays limitrophes : Algérie, Niger, Burkina Faso, Cote d’Ivoire, guinée, Mauritanie, et Sénégal. La géographie doit toujours déterminer la politique et l’histoire de l’Etat. Elle fixe les enjeux géographique et géostratégique qui permettent d’agir préventivement, en localisant et en identifiant à l’avance les évènements susceptibles d’engendrer des périls. Vous comprenez dès lors qu’entretenir une bonne politique de voisinage n’est toujours pas facile, surtout quand on sait que généralement les Etats n’ont pas d’amis, mais des intérêts », nous a estimé Jeamille Bittar.

    Avant de rappeler que dès sa naissance, le Mali a mentionné dans ses constitutions successives, un abandon partiel ou total de sa souveraineté, en vue de réaliser l’unité africaine.

    Sur le plan externe, notre pays est influencé par de nombreux courants, dont les lointaines sources sont nées et entretenues parfois dans le tumulte de certains théâtres extérieurs, où sévissent le terrorisme, l’intolérance, la xénophobie et le chaos. Ce sont des vecteurs d’insécurité parfois dans nos Etats.

    Pour cela, il dira que les Etats du champ doivent développer des politiques de coopération dynamique pour éradiquer, voire réduire l’insécurité. Selon lui, « Aujourd’hui, l’on peut regretter pourquoi ces Etats n’ont pas agi ensemble à temps, comme l’avait suggéré le président ATT. L’adversaire est connu et chacun de nos Etats constitue sa cible privilégiée ».

    Le président de MC-ATT a salué la récente conférence d’entente nationale. Selon lui aura, elle parmi aux Maliens d’échanger et d’approfondir leurs réflexions sur les mesures d’accompagnement annoncées. Avant d’ajouter que cet exercice encourageant mérite d’être soutenu.

    Par ailleurs, le MC-ATT est préoccupé par l’embrassement du font social caractérisé par des cycles de grèves générales illimitées dans certains secteurs clefs comme la santé et l’éducation. « Nous appelons le gouvernement à poursuivre le dialogue avec les partenaires sociaux, et à ceux-ci de faire preuve de plus d’ouverture compte tenue de la situation parfaitement préoccupante que notre pays traverse », a-t-il lancé.

    Le président du MC-ATT a rappelé que notre pays a connu depuis des siècles la gestion consensuelle du pouvoir. Il dira ensuite que c’est une démarche qui vise à éviter les exclusions, la mise à l’écart des démunies et des groupes vulnérables.

    « Nous pensons que cette gestion consensuelle du pouvoir a permis de régler plusieurs problèmes dans notre pays. C’est pourquoi nous appelons de tous nos vœux, la classe politique, à s’orienter dans cette démarche, qui devrait nous permettre de demeurer nous-mêmes », a-t-il souligné en rappelant à tous ceux et celles qui partagent ces valeurs de les joindre dans ce parti dans l’effort et dans le sacrifice, pour reconstruire notre pays dans la paix, la sérénité et le dialogue.

    Aussi en s’adressant particulièrement aux amis, sympathisants et anciens compagnons des présidents Modibo Keita, Moussa Traoré, Alpha Oumar Konaré, Amadou Toumani Touré et Ibrahim Boubacar Keita, pour s’unir et à être solidaire, pour défendre et consolider la paix, la sécurité, et protéger et préserver les fondements et acquis de la démocratie et de la République.

    « Nous appelons toute la famille du mouvement citoyen à se regrouper dans la ferveur de l’unité retrouvée » a-t-il conclu.

    Bintou COULIBALY (stagiaire)

    Assane Koné

    Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

    Un message, un commentaire ?

    Qui êtes-vous ?

    Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

    Ajoutez votre commentaire ici
    • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

    • Mots-clés : menunav

    Annonce