• Votre Journal en ligne Contact
  • Les Plus lus

    L’ultimatum de « ANTE A BANA » : Ce qui est prévu après le 15 août 2017

    « Plateforme « ANTÈ A BANA - Touche pas ma Constitution ! », organisera une marche pacifique le mercredi 16 Août 2017 pour exiger la mise en accusation de Mr Ibrahim Boubacar Keïta pour haute trahison afin qu’il soit démis de ses fonctions de Président de la

    Crise malienne : Accusée la France réagit

    Accusée par de nombreux maliens, souvent dans la presse ou sur les réseaux sociaux, d’être la principale instigatrice de la crise malienne, la France réagit. Lisez le communiqué publié à cet effet par l’Ambassade de France au Mali ! Communiqué

    Nord du Mali : Les États-Unis Condamnent les Violations Récurrentes du Cessez-le-feu au Mali

    Les États-Unis condamnent les violations récurrentes du cessez-le-feu qui ont eu lieu au Mali entre les groupes armés signataires de l’accord de paix d’Alger de 2015. Nous exhortons les parties à cesser immédiatement les hostilités et à respecter strictement

    Version imprimable de cet article Version imprimable | |

    APRES SA DEFAITE AUX MUNICIPALES : L’ancien maire Issa Ballo s’attaque à la Cour Suprême

    mercredi 12 avril 2017 , par Assane Koné

    Le désormais ancien maire de la commune rurale de Kalabancoro, non moins conseiller Cnid refuse d’accepter l’Arrêt rendu par la Cour Suprême sur le contentieux électoral. Et du coup, il discrédite la plus haute juridiction du pays les accusant de satisfaire les desiderata du RPM, le parti au pouvoir.

    Depuis l’Arrêt de la Cour suprême sur le contentieux électoral dans la circonscription de Kalabancoro qui a classé le Cnid 3e des élections municipales du 27 novembre, Issa Ballo, le désormais ancien maire de Kalabancoro s’en prend à tort ou à raison à tous ceux qui bougent. La dernière en date est l’institution qui a rendue l’Arrêt : la Cour Suprême.

    Dans un entretien qu’il a accordé à notre confrère de l’Enquêteur, Issa Ballo dans un one man show accuse la Cour de voler sa victoire et de l’attribuer au parti au pouvoir, le RPM. Pour le conseiller Cnid, « la Cour Suprême annule nos voix sans preuve ».

    Il va loin en affirmant « Nous, nous avons perdu ces villages - là (Gouana et Sabalibougoucourani) par un jugement arbitraire…Mais le tribunal a calculé à sa façon. Que nous trouvions injuste. La décision du tribunal n’est pas objective. Il nous a arraché des sièges pour satisfaire les desiderata du RPM… ».

    Il ajoute « … comment comprendre l’invalidation de résultats par la Cour Suprême sur la base de preuves que le Tribunal administratif ne reconnaît ? Nous, nous pensons que les juges doivent se servir de preuves pour rendre un verdict ».

    B. T.

    Assane Koné

    Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

    Un message, un commentaire ?

    Qui êtes-vous ?

    Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

    Ajoutez votre commentaire ici
    • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

    • Mots-clés : menunav

    Annonce