• Votre Journal en ligne Contact
  • Les Plus lus

    Plan International et l’organisation de développement danoise BØRNEfonden vont fusionner

    Plan International Danemark, ONG majeure pour les droits des filles, et BØRNEfonden, organisation de développement danoise en faveur des jeunes, vont fusionner dans le but de renforcer leur impact sur les enfants et les jeunes vulnérables en Afrique de

    Niger et Mali : Les Missions EUCAP Sahel au cœur des défis transfrontaliers

    Comment mieux assurer la sécurité transfrontalière entre le Mali et le Niger face à la situation sécuritaire qui se dégrade ? Le séminaire « Gestion de la criminalité transfrontalière entre le Niger et le Mali »du 4 au 5 décembre réunissait à Niamey des

    Meeting du Collectif des Associations AN TE, A BANNA : « IBK, a de toute évidence échoué… »

    « IBK, a de toute évidence échoué : Echouer de rassembler les maliens, échouer de lutter contre l’insécurité, échouer de régler la question du nord, échouer tout simplement de faire vivre le Mali ». Nous indique le déclaration du grand meeting populaire et

    | |

    Centre Kôrè de Sébougou : L’année culturelle 2017 lancée

    lundi 10 avril 2017 , par Assane Koné

    Le Samedi 8 avril 2017, le Centre culturel Kôrè de Sébougou (Ségou) a connu une animation particulière, à la faveur de sa rentrée culturelle 2017. Kôrè baro, expositions et concert live, sont les activités qui étaient au programme de cette manifestation qui a enregistré la participation de Gertrude Flentge, coordinatrice programme culture Afrique de l’Ouest et de l’est, et de ses plus proches collaborateurs. En plus du Kôrê Baro, le concert live animé par des artistes Hawa Maïga, Mohamed Dorintié, Ya Kouyaté et Cheickna, ont été les temps forts de cette rentrée culturelle.

    Ce fut une belle soirée qui a démarré avec la prestation d’un jeune rappeur très talentueux de Ségou. Lauréat du Kôrè Hip-Hop 2016, Faxi jah a du talent à revendre. Il lui suffit de se faire sa voie, sans se perdre dans des imitations pour exister dans le milieu des meilleurs artistes musiciens rap du Mali.

    Hawa Maïga gagne en maturité

    Le Duo Hawa Maïga et Mohamed Dorintié de l’Orchestre Kôrè, est en passe de s’affirmer. Si du côté des chanteurs, l’on peut se féliciter de l’effort fourni, nous ne pouvons pas en dire autant des instrumentistes qui ont besoin de travailler beaucoup plus ensemble pour une harmonie dans leur jeu. On souvent eu l’impression que certains instrumentistes n’arrivaient à suivre le rythme et se perdaient dans le jeu.

    Hormis cette remarque, il faut dire que dans l’ensemble ce fut une belle prestation. Hawa Maïga était très en verve ce soir-là. Elle avait une très belle présence scénique. Et à se rythme si son binôme ne sort pas un peu de sa timidité, il risque d’être bouffé sur scène par Hawa Maïga qui attire beaucoup plus les projecteurs, donc les regards sur elle.

    Hawa a aussi eu le mérite de survoler un pan de son répertoire qui puise dans l’aire culturelle songhoï. Mais, elle a pris la peine d’y ajouter des notes personnelles, tant dans les paroles que dans les rythmes.

    Yah Kouyaté et son « prince » font danser Ségou sous le son des tamanis

    Yah Kouyaté et son épouse Cheicknè Sissoko, sont des artistes exceptionnels. Ils font dans la percussion. Mais la percussion d’un autre genre, qui allie le rythme à la mélodie et à de belles chassons.

    A entendre l’orchestre jouer de loin, l’on pourrait s’imaginer qu’il y a sur scène mille instruments, notamment des instruments modernes. Mais, non. Cheicknè à force d’entrainement et de répétition est parvenu à une orchestration mélodieuse avec des instruments traditionnels maliens : Un balafon, un Ngoni, une calebasse, un yabara et 6 tamanis et un doumdoum. Mais le tout mis en valeur par la voix de Ya Kouyaté.

    Et, c’est ce groupe composé de 5 instrumentistes et une chanteuses qui a fait une de ses prestations les plus merveilleuses sur la scène du Centre Kôrè de Ségou, pour un public qui n’a pu se retenir lorsque l’orchestre a interprété un rythme balafon. La fête fut belle et cela augure d’une année merveilleuse 2017 pour le Centre Kôrè de Sébougou.

    Bourama Diarra, assistant administratif du Centre culturel Kôrè, a levé le voile sur la programmation 2017-2018. Selon lui, cette programmation se réalisera tout au long de l’année sous le thème « Culture et Citoyenneté ». Il a estimé que cette thématique décrit l’adhésion à un idéal commun, l’engagement à l’action, le volontariat et cela à travers le respect du bien et de l’ordre public, ainsi que l’engagement à servir la communauté.

    Il a rappelé que Mamou Daffé, Directeur du Centre Culturel Kôrè, a de tout temps indiqué que « l’engagement profond à travailler dans le domaine de la culture dans le cadre d’un territoire (Ségou) avec la jeunesse malienne et africaine, semble être une voie de l’émergence artistique africaine ». Selon lui, c’est conformément à cet engagement que le Centre culturel Kôrè est devenu une référence culturelle avec un ancrage au niveau local, national et international à travers sa collaboration avec les artistes, les acteurs culturels et les organisations culturelles de la région, du Mali, d’Afrique et d’ailleurs.

    « Conformément à cette vision, la programmation 2017 est orientée vers les jeunes et les femmes et comporte de nombreuses activités qui s’articulent autour des arts visuels, des arts vivants, de la formation professionnelle et de l’éducation artistique, du patrimoine, de l’encadrement, de la production et la promotion d’artistes, de la recherche et du développement », a-t-il déclaré.

    Il a indiqué qu’en termes d’innovation, il a été décidé de la consolidation du volet théâtral avec plusieurs pièces dans l’année de compagnie de théâtres et de comédiens célèbres. Il a aussi annoncé que l’Humour fera sa grande apparition dans cette programmation avec de jeunes humoristes de Ségou, du Mali et d’ailleurs.

    Par ailleurs, il a annoncé l’engagement du Centre Culturel Kôrè pour la mise en œuvre et la production d’activités autour de l’Art social pour sensibiliser les populations locales pour le changement de comportement, notamment dans les cercles de Bla et Kati, par les moyens des expressions artistiques comme les peintures murales, spectacles thématiques et/ou multidisciplinaires (théâtre, danse, musique…).

    Il a profité de l’occasion pour saluer les partenaires que sont la Direction régionale de la culture de Ségou, le Réseau Kya, la FEDAMA, le Motel Savane, la Fondation du Festival sur le Niger, le CPEL de Ségou, avec une mention spéciale à la Fondation Doen des Pays-Bas.

    Assane Koné

    Assane Koné

    Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

    Un message, un commentaire ?

    Qui êtes-vous ?

    Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

    Ajoutez votre commentaire ici
    • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

    • Mots-clés : menunav

    Annonce