• Votre Journal en ligne Contact
  • Les Plus lus

    Un nouvel élan dans la protection du patrimoine culturel malien

    Bamako, 31 octobre 2017 -Dans le cadre de la mise en œuvre de la deuxième phase du Programme de réhabilitation du patrimoine culturel et de sauvegarde des manuscrits anciens du Mali, une formation de 10 formateurs nationaux et de 14 formateurs des forces de

    Situation au Togo : Le Parti SADI condamne la répression des marches pacifiques et exprime son soutien aux forces démocratiques du Togo

    Le Parti Solidarité Africaine pour la Démocratie et l’Indépendance est fortement préoccupé par la détérioration de la situation politique et sociale au Togo à la suite des violentes répressions exercées par le pouvoir contre les marches pacifiques organisées par les

    Élections régionales du 15 octobre 2017 au Venezuela : Le Parti SADI salue la large victoire du Parti Socialiste Unifié

    Le Parti Solidarité Africaine pour la Démocratie et l’Indépendance salue la large victoire du Parti Socialiste Unifié (PSUV) aux élections régionales du 15 octobre en remportant 18 des 23 Etats que compte le pays contre seulement 5 Etats pour la coalition de

    Version imprimable de cet article Version imprimable | |

    Kalabancoro : Les élucubrations du maire, Issa Bocar Ballo

    mardi 28 mars 2017 , par Assane Koné

    C’est dommage qu’il n’y ait pas eu d’enfant à la conférence de presse qu’a animé le maire déchu de Kalabancoro, Issa Bocar Ballo. Un enfant qui, à la différence de ces vieux et jeunes fantoches qui l’écoutaient malgré eux-mêmes, auraient eu l’esprit assez vif et alerte de lui demander de dire que « le poisson vit dans l’eau », s’il n’a rien d’autre à dire. Pour la raison simple et suffisante que ses propos tenaient beaucoup plus de l’autocélébration que d’un exercice d’éclaircissement.

    Faire croire qu’on est populaire partout à Kalabancoro, et se croire victime d’une sorte de « Ballo bashing », c’est-à-dire un dignement collectif orchestré par des adversaires politiques qui ont pourtant remporté les élections selon le verdict de la Cour suprême, reviendrait à se fourvoyer lamentablement. Remettre en mémoire, remuer le souvenir de tout ce qu’on a fait comme instituteur, alors que tout le monde sait très bien qu’on n’a rien fait concrètement, reviendrait à se croire un Job méconnu. Job qui, dans les religions abrahamiques, est considéré comme l’archétype du juste, qui souffre de la perte de ses biens, de la maladie…

    Et Emile Cioran, le grand pessimiste roumain, dans « De l’inconvénient d’être né » (p.22), dit tout : « Si on pouvait se voir avec les yeux des autres, on disparaîtrait sur-le-champ. » Il faut dire que c’est ce qui manque à Issa Bocar Ballo, le maire déchu de Kalabancoro qui donne l’impression de se prendre pour dieu le père et est en peine de se faire à l’idée qu’on ne puisse pas le supporter à Kalabancoro, la plus grande commune de Kati.

    Qu’a dit Issa Bocar Ballo, le maire déchu ? Que « le CNID-Faso Yiriwaton s’est sorti (sic)premier des élections », qu’il est « dans cette commune bien avant que les communes ne soient créées, bien avant l’arrivée de la démocratie, c’est-à-dire du temps de Moussa Traoré », qu’il a « aidé les paisibles populations de la commune pendant 35 ans », qu’il a « beaucoup travaillé pendant des décennies d’années (sic) », que c’est lui qui a « créé des écoles de toutes pièces » à Gouanan, Kalabancoro village, Sabalibougou-est, à Kabala, qu’il « parle parce que un éducateur ne doit pas mentir, un éducateur éduqué ne doit pas mentir », que « c’est en reconnaissant la valeur de l’autre qu’on peut réussir, c’est comme ça que le pays peut sortir dans le trou (sic) ». Mais relevons un point : le maire a dit qu’il a commencé à se battre pour les intérêts de la commune de Kalabancoro bien avant la décentralisation, qu’il a construit « de toutes pièces » (sic) l’école publique Ballo en 1997-1998 et qu’en ce moment il n’y avait pas la décentralisation. Peut-être qu’il n’était pas dans le même Mali que nous tous, sinon il allait arrêter de débiter des pauvretés sur des sujets qu’il ne maitrise pas. Il faut simplement lui rappeler, comme l’écrit Dr Abdoulaye Sall dans « Le Pari de la décentralisation au Mali » que la déconcentration et la décentralisation administratives ont commencé au Mali avant l’indépendance, et que les Titres XI et XII de la Constitution du 25 février 1992 parlent du Haut-conseil des collectivités territoriales, qui est l’une des huit institutions de la 3e République.

    Ce qu’il faut faire comprendre, à lui et à ses affidés, c’est que le vent a déjà tourné. Les populations à Kalabancoro ne se souviendront que d’un maire qui aura trahi l’espérance placée en lui à cause de sa gestion très controversée de la commune. Et la frustration ne pouvait qu’être au rendez-vous comme on l’a vu avec la pétition des 12 chefs de villages de la commune, la manifestation des femmes, et hommes à l’annonce du verdict de la Cour suprême qui le déchoit du fauteuil de maire dans le cadre du contentieux électoral l’ayant opposé au RPM, REDD, Adema-PASJ et Sigida Yeelen. C’est cela la situation à Kalabancoro. Prétendre le contraire reviendrait à faire preuve d’un égo qui appréhende le monde à partir de son nombril.

    B. Sangaré Ellyas
    (Blogueur)

    Assane Koné

    Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

    Un message, un commentaire ?

    Qui êtes-vous ?

    Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

    Ajoutez votre commentaire ici
    • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

    • Mots-clés : menunav

    Annonce