• Votre Journal en ligne Contact
  • Les Plus lus

    L’ultimatum de « ANTE A BANA » : Ce qui est prévu après le 15 août 2017

    « Plateforme « ANTÈ A BANA - Touche pas ma Constitution ! », organisera une marche pacifique le mercredi 16 Août 2017 pour exiger la mise en accusation de Mr Ibrahim Boubacar Keïta pour haute trahison afin qu’il soit démis de ses fonctions de Président de la

    Crise malienne : Accusée la France réagit

    Accusée par de nombreux maliens, souvent dans la presse ou sur les réseaux sociaux, d’être la principale instigatrice de la crise malienne, la France réagit. Lisez le communiqué publié à cet effet par l’Ambassade de France au Mali ! Communiqué

    Nord du Mali : Les États-Unis Condamnent les Violations Récurrentes du Cessez-le-feu au Mali

    Les États-Unis condamnent les violations récurrentes du cessez-le-feu qui ont eu lieu au Mali entre les groupes armés signataires de l’accord de paix d’Alger de 2015. Nous exhortons les parties à cesser immédiatement les hostilités et à respecter strictement

    Version imprimable de cet article Version imprimable | |

    Bras de fer entre l’AMARCR et la société Orange-Mali : Hamedi Dramé menace de saisir les tribunaux

    vendredi 24 mars 2017 , par Assane Koné

    ‘’ Si jamais dans les jours à venir le problème ne se décante pas, nous allons maintenant vers les tribunaux », a indiqué Hamedi Dramé, Président d’honneur de l’AMARCR, lors d’une conférence de presse tenue, à la Maison de la Presse. Des milliers de revendeurs de cartes de recharge ont marché pacifiquement dans la matinée du mardi 21 mars 2017, sur la direction d’Orange-Mali à Bamako, sis à Hamdallaye à l’ACI 2000, juste pour remettre les doléances au directeur chargé de la communication d’Orange.

    Sur les banderoles brandies par les manifestants, on pouvait lire : « Ras-le-bol, non à la mauvaise gouvernance, non à la partition du pays », « Non à l’insécurité », « les Maliens ont faim », « IBK, tu n’as pas tenu tes promesses », IBK étant le surnom du président malien Ibrahim Boubacar Keïta, élu en août 2013.

    Des slogans hostiles, ‘’ Orange, An ka wari ‘’ (Orange notre argent) a également été entendu durant la marche, encadrée par des forces de l’ordre. Aucun incident n’a été signalé. La manifestation a pris fin avec un rassemblement marqué par l’intervention du Président d’honneur de l’AMARCR, Hamedi Dramé.

    Très en colère contre Orange-Mali qu’ils dénoncent de voler ses clients, les revendeurs de cartes de recharge sont sortis de leur mutisme. Devant le quartier général (QG) d’Orange-Mali pour lui réclamer 2 milliards FCFA injustement prélevés chez ces derniers des slogans de revendications ‘’ Orange, An ka wari’’, ont été tenus.

    Par conséquent, selon eux, du 27 janvier au 15 février 2017, des milliers de Maliens, notamment des revendeurs de cartes de recharges et des opérateurs d’Orange money ont vu leurs comptes bloqués sans explications. De plus, de l’argent injustement retiré sur leurs comptes principaux par la société Orange-Mali.

    Selon Hamedi Dramé, depuis le 27 janvier passé, Orange-Mali a procédé aux prélèvements d’argent sur les numéros de certaines personnes disant que ceux-ci ont contourné le système initial d’Orange Money. C’est-à-dire, Orange a créé un certains numéros flot, maintenant ce numéro flot permet de commercialiser, autrement dit de faire le transfert d’argent. Mais à côté, il y a ceux qu’on appelle le numéro principal. C’est ce qui fait que certains se sont retrouvés dans les situations où ils ont travaillé avec le numéro et Orange sans pourtant les avertis comme quoi qu’ils sont en train de faire un travail illégal a procédé aux prélèvements d’argent sur leur compte.

    Une question a été posée, il y a-t-il un bras de fer entre l’AMARCR et Orange-Mali ?

    Hamedi Dramé, Président d’honneur de l’AMARCR a laissé entendre que c’est plus qu’un bras de fer parce que là où on peut être amené à marcher, ça veut dire qu’il y a problème. « Nous nous pensons qu’il y a même plus un bras de fer. C’est même un conflit entre les revendeurs et Orange. Parce que l’argent prélevé frôle des centaines de millions de francs CFA, et ce n’est pas à un seul niveau c’est partout sur l’étendue du territoire nationale et avec toute les catégories de personnes que ce soit ceux qu’interviennent dans le domaine et ceux qui n’y interviennent pas » a-t-il soutenu. Face à cette situation, sans délai, si jamais dans les jours à venir le problème ne se décante pas, nous allons maintenant vers les tribunaux. « Nous demandons à Orange de restituer l’argent prélevé », a-t-il conclu.

    Lamine Kané

    Assane Koné

    Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

    Un message, un commentaire ?

    Qui êtes-vous ?

    Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

    Ajoutez votre commentaire ici
    • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

    • Mots-clés : menunav

    Annonce