• Votre Journal en ligne Contact
  • Les Plus lus

    L’ultimatum de « ANTE A BANA » : Ce qui est prévu après le 15 août 2017

    « Plateforme « ANTÈ A BANA - Touche pas ma Constitution ! », organisera une marche pacifique le mercredi 16 Août 2017 pour exiger la mise en accusation de Mr Ibrahim Boubacar Keïta pour haute trahison afin qu’il soit démis de ses fonctions de Président de la

    Crise malienne : Accusée la France réagit

    Accusée par de nombreux maliens, souvent dans la presse ou sur les réseaux sociaux, d’être la principale instigatrice de la crise malienne, la France réagit. Lisez le communiqué publié à cet effet par l’Ambassade de France au Mali ! Communiqué

    Nord du Mali : Les États-Unis Condamnent les Violations Récurrentes du Cessez-le-feu au Mali

    Les États-Unis condamnent les violations récurrentes du cessez-le-feu qui ont eu lieu au Mali entre les groupes armés signataires de l’accord de paix d’Alger de 2015. Nous exhortons les parties à cesser immédiatement les hostilités et à respecter strictement

    Version imprimable de cet article Version imprimable | |

    Report de la Biennale : Cacophonie au sommet de l’Etat

    mardi 21 mars 2017 , par Assane Koné

    Ce qu’on appelle incohérence dans les actions gouvernementales, pendant que tout est fin prêt pour l’ouverture de la Biennale artistique, un Conseil des ministres présidé par le chef de l’Etat décide de son report au profit de la conférence d’attente nationale qui débute le même jour que la Biennale.

    Annoncée en grande pompe pour se tenir du 25 au 1er avril 2017, la Biennale artistique et culturelle, la fête de la jeunesse malienne vient d’être reportée pour la seconde fois en Conseil des ministres du samedi 18 mars. Raison évoquée : la tenue de la conférence d’attente à la même date que la Biennale, c’est-à-dire du 25 au 2er avril.

    Oui, ils ont de nouveau poignardé dans le dos des organisateurs de la Biennale qui, depuis plusieurs mois sont à pied d’œuvres pour la bonne tenue la manifestation.

    La question qui taraude les esprits est de savoir les vraies motivations qui ont prévalu à fixer la date de la conférence à celle de la Biennale ? Qui plus que le Président de la république peut décider du report de la Biennale ? Etant attendu que c’est lui-même qui a présidé la cérémonie de lancement de la manifestation au Palais de la Culture le 21 septembre 2016 en présence du Premier ministre, Modibo Keita, ce à la grande satisfaction de la famille de la culture. Ces hommes et femmes ont cru aux propos rassurants d’IBK qui disait ce jour « que la Biennale est un pas de plus vers la paix ». IBK est allé plus loin « …j’ai instruit à Madame le ministre de tenir ce grand rendez-vous de la Nation malienne au mois de mars 2017 … la Biennale édition spéciale est un pas de plus du Mali vers la paix ».

    Pour les hommes et femmes de cultures, rien de pouvait donc décider du report de la Biennale. Une semaine avant la tenue, le président de la république, ont-ils martelé les a déçu pour la seconde fois. Pour eux, c’est de deux choses l’une soit le chef de l’Etat n’a d’égard pour la Biennale donc pour la culture soit il ne veut pas la tenue de la Biennale édition spéciale ces temps-ci et a lui-même un calendrier caché.

    Pour les observateurs, si la tenue de la conférence d’entente nationale est une préoccupation majeure pour les autorités, un créneau pour le retour de la paix, la Biennale culturelle en est un. Elle est facteur de cohésion sociale avec son brassage culturel de tout le Mali. Sa tenue est écrite dans les textes de l’accord de paix. L’annexe 3 de l’accord de paix nous engage à une reprise de ces activités au nom de la réconciliation mais aussi et surtout à une consolidation de la cohésion sociale.

    Des dépenses colossales

    Au lendemain du lancement de la Biennale, la commission d’organisation composée de plusieurs ministères a travaillé d’arrache-pied pour une bonne organisation de la manifestation. A une semaine de l’ouverture, tout était fin prêt pour que la fête commence. Le moindre détail n’a été négligé. Toutes les régions et le district avaient confirmé leur participation. Et c’est des centaines de millions F CFA qui ont été injectés dans l’organisation notamment dans l’achat de billets pour les participants de la diaspora malienne, la confection des pagnes, des affiches, des annonces avaient commencé a passé sur les antennes de l’ORTM sans oublier le coté logistique… Des troupes dans les Internant, d’autres en pleine répétition au Palais de la Culture.

    Le moins que l’on puisse dire est que les dates annoncées de la conférence d’entente nationale en conseil des ministres extraordinaire du 18 mars, et qui a reporté la tenue de la Biennale ont été accueillies avec surprise par les organisateurs de la Biennale. Un coup dur pour la renaissance culturelle du Mali.

    Une chose de fixer la date de la tenue d’une manifestation, une chose en est de la tenir surtout que c’est des dépenses colossales ont été déjà faites.

    A.S.

    Assane Koné

    Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

    Un message, un commentaire ?

    Qui êtes-vous ?

    Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

    Ajoutez votre commentaire ici
    • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

    • Mots-clés : menunav

    Annonce