• Votre Journal en ligne Contact
  • Les Plus lus

    L’ultimatum de « ANTE A BANA » : Ce qui est prévu après le 15 août 2017

    « Plateforme « ANTÈ A BANA - Touche pas ma Constitution ! », organisera une marche pacifique le mercredi 16 Août 2017 pour exiger la mise en accusation de Mr Ibrahim Boubacar Keïta pour haute trahison afin qu’il soit démis de ses fonctions de Président de la

    Crise malienne : Accusée la France réagit

    Accusée par de nombreux maliens, souvent dans la presse ou sur les réseaux sociaux, d’être la principale instigatrice de la crise malienne, la France réagit. Lisez le communiqué publié à cet effet par l’Ambassade de France au Mali ! Communiqué

    Nord du Mali : Les États-Unis Condamnent les Violations Récurrentes du Cessez-le-feu au Mali

    Les États-Unis condamnent les violations récurrentes du cessez-le-feu qui ont eu lieu au Mali entre les groupes armés signataires de l’accord de paix d’Alger de 2015. Nous exhortons les parties à cesser immédiatement les hostilités et à respecter strictement

    Version imprimable de cet article Version imprimable | |

    Amélioration de l’accès à des services d’éducation de qualité : Après 3 ans d’activités, le PASEQ présente un bilan éloquent

    vendredi 17 mars 2017 , par Assane Koné

    La 3ème session annuelle du comité de pilotage national du Projet d’amélioration de l’accès à des services d’éducation de qualité (PASEQ), s’est tenue le jeudi 16 mars 2017 au grand hôtel de Bamako. Cette 3ème session a été présidée par Moumoune Traoré, Secrétaire général du ministère de l’éducation nationale. Elle a enregistré la présence du représentant de l’ambassade du Canada au Mali, Richard Manirabona, François Xavier WONGUE, directeur pays Plan International Mali et de Podiougo Augustin, conseiller point focal du PASEQ au niveau du Ministère de l’éducation nationale.

    « C’est ici, dans les locaux de ce même Hôtel, que le lancement du Projet PASEQ a été effectué le 6 mai 2014 par le ministre de l’éducation nationale. Et c’est ici que le projet tient aujourd’hui son dernier comité de pilotage national », a déclaré Moumoune Traoré, représentant du ministre de l’éducation nationale.

    Selon lui, le projet PASEQ a bénéficié d’un financement de plus de 9 milliards et demi de FCFA. Il a indiqué un soutien financier de plus de 8 milliards de FCFA de Affaires mondiales Canada et plus d’un milliard et demi de francs CFA comme contribution financières des ONG partenaires que sont Plan International, Fondation Aga Khan, Save The Children et World Vision international.

    Le représentant du ministre a ajouté que ce financement a permis au projet de déployer son approche : « une scolarisation améliorée pour les garçons et filles, au Mali, dans les régions de Kayes, Koulikoro, Ségou, et Mopti ». Plus précis, il dira de façon succincte que l’action du PASEQ a couvert effectivement 311 villages, 222 écoles et 130 centres de développement de la petite enfance (CDPE).

    Pour cela, Moumoune Traoré a déclaré : « Le PASEQ a engrangé des résultats que nous apprécions à leur juste valeur ». En cela, il a cité les actions réalisées dans le cadre de la réalisation d’infrastructures, de l’alimentation scolaire et le renforcement des capacités. Selon lui, ces actions ont eu des impacts appréciables sur l’accès et la qualité de l’éducation dans les zones d’intervention du projet.

    A titre d’exemple, il a mentionné l’augmentation du taux de scolarisation qui passe de 57,6 % (Filles : 55,6% ; Garçons : 59 ,6%) à l’étude de base à 83 % (Filles : 82,5%, Garçons : 83,5%) à la fin du projet. Il a aussi indiqué la progression du Taux de préscolarisation de 23,9% (Filles : 23,8%, Garçons : 23,9%) à l’étude de base, à 34,1% (Filles : 35,2%, Garçons : 32,9%) à la fin du projet. Enfin, Moumoune Traoré a mis un accent sur l’amélioration du taux d’achèvement qui est passé de 68,4% (Filles : 64,8%, Garçons : 71,8%) à 84,3% (Filles : 82,9%, Garçons : 81,8%) pour une cible de 70% (Filles : 67%, Garçons 73%). Il a aussi salué l’implication accrue des femmes dans les instances de gouvernance des écoles et CDPE, et l’intervention des hommes et des garçons dans les travaux auparavant abandonnés aux femmes et aux filles. Mieux, il dira que l’écart entre l’effectif des garçons et celui des filles a été réduit, voire annulé ou renversé dans les salles de classe et les CDPE. Le secrétaire général du ministère de l’éducation nationale indiqué que grâce au projet les actions en faveur de l’hygiène-assainissement ont amélioré les comportements non seulement des enfants, mais aussi des populations.

    « Ces résultats sont le fruit de l’action conjuguée de l’ensemble des acteurs : Gouvernement du Mali, Gouvernement du Canada, Consortium PASEQ, ONG, Services techniques, Collectivités territoriales, Communautés », a indiqué Moumoune Traoré.

    Il est convaincu que malgré les considérables efforts déployés, de nombreux défis demeurent au niveau du système éducatif. Selon lui, la pérennisation des acquis du projet PASEQ est l’un des défis à relever.

    « Elle est partie intégrante des préoccupations des plus hautes autorités de notre pays », a-t-il indiqué. Avant de rappeler que le Président de la République dans son message à la nation à l’occasion du nouvel an 2017, a pris l’engagement de mettre en œuvre un programme d’urgence sociale 2017-2020. « Dans ce programme, la généralisation des cantines scolaires constitue un pan important », a-t-il déclaré. Il dira que la pérennisation des acquis du PASEQ implique la synergie d’action de l’ensemble des acteurs de l’école : administration scolaire, collectivités, enseignants, partenaires de l’école, organisations de la société civile, communautés.

    « Dans notre contexte de décentralisation, les collectivités territoriales ont un grand rôle à jouer. J’invite les Gouverneurs à veiller à une mobilisation accrues des collectivités territoriales afin qu’elles fassent de l’école leur affaire », a-t-il lancé.

    Podiougo Augustin, conseiller Point Focal PASEQ au niveau du ministère de l’éducation nationale, a rappelé que cette session de 2017 a la particularité d’être la dernière. En effet, après trois années de mise en œuvre, le PASEQ arrive à son terme le 31 mars 2017. « Cette session permettra de plancher sur le bilan annuel 2016 des activités, sur l’état de mise en œuvre des dernières recommandations, mais aussi sur le bilan des 3 années du projet, ainsi que sur les perspectives de capitalisation des acquis du PASEQ en termes de leçons apprises et de bonnes pratiques », a-t-il déclaré.

    Pour sa part le représentant de l’ambassade du Canada au Mali, Richard Manirabona, salué l’initiative du PASEQ qui est un partenariat entre le Canada, le ministère de l’Education nationale et un consortium de 4 organisations : Plan International, Fondation Aga Khan, Save The Children et World Vision international.

    « Après années de mise en œuvre, permettez-moi d’exprimer, au nom de Affaires Mondiales Canada, notre satisfaction au regard de la performance du projet PASEQ dans toutes ses composantes », a-t-il déclaré. Avant de souligner que le projet PASEQ a bénéficié de la bonne coordination des quatre membres du consortium qui ont su mobiliser l’ensemble des acteurs sur le terrain, notamment les services techniques de l’Etat, les collectivités territoriales et les communautés sans lesquelles le projet n’aurait pu atteindre les résultats attendus.

    Dans son intervention, il a souligné les efforts importants du ministère de l’éducation nationale afin de combler certains besoins en enseignants dans les écoles du projet PASEQ. « Nous sommes confiants que les mesures seront prises pour continuer le recrutement et le redéploiement des enseignants dans les classes qui ne sont pas encore pourvues », a-t-il conclu.

    Pour sa part, François Xavier WONGUE, directeur pays Plan International Mali, au nom des 4 organisations membres du consortium, a dit qu’il se réjouissait de ce que par le PASEQ, Affaires Mondiales Canada et le Gouvernement du Mali ont mis à la disposition du système éducatif. Il a rappelé l’équipement de 279 salles de classes, munies de rampes d’accès, l’équipement de 80 bureaux/magasins, avec rampes d’accès, 30 CDPE équipés, 118 réfectoires de cantines scolaires équipés, munis de rampes d’accès, 345 blocs de latrines, chacun à 3 cabines (séparés garçons/filles) avec dispositif de lave main et rampes d’accès, 98 nouveaux forages et 37 réhabilités…

    Il a conclu son intervention en rappelant, les progrès observés en matière de changement de comportement, d’accès, de fréquentation et d’achèvement scolaires et préscolaires. Tout comme le secrétaire général du ministère, il a mis l’accent sur la réduction des écarts entre filles et garçons, et l’influence des femmes dans les organes de gestion scolaires et préscolaires. « Le souci de la pérennité a été lui aussi intégré à l’élaboration du projet et traduit dans la pratique », a-t-il conclut.

    Bintou COULIBALY (stagiaire)

    Assane Koné

    Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

    Un message, un commentaire ?

    Qui êtes-vous ?

    Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

    Ajoutez votre commentaire ici
    • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

    • Mots-clés : menunav

    Annonce