• Votre Journal en ligne Contact
  • Les Plus lus

    L’ultimatum de « ANTE A BANA » : Ce qui est prévu après le 15 août 2017

    « Plateforme « ANTÈ A BANA - Touche pas ma Constitution ! », organisera une marche pacifique le mercredi 16 Août 2017 pour exiger la mise en accusation de Mr Ibrahim Boubacar Keïta pour haute trahison afin qu’il soit démis de ses fonctions de Président de la

    Crise malienne : Accusée la France réagit

    Accusée par de nombreux maliens, souvent dans la presse ou sur les réseaux sociaux, d’être la principale instigatrice de la crise malienne, la France réagit. Lisez le communiqué publié à cet effet par l’Ambassade de France au Mali ! Communiqué

    Nord du Mali : Les États-Unis Condamnent les Violations Récurrentes du Cessez-le-feu au Mali

    Les États-Unis condamnent les violations récurrentes du cessez-le-feu qui ont eu lieu au Mali entre les groupes armés signataires de l’accord de paix d’Alger de 2015. Nous exhortons les parties à cesser immédiatement les hostilités et à respecter strictement

    Version imprimable de cet article Version imprimable | |

    Grève illimitée des Magistrats : Le parti Sadi apporte son soutien au SAM

    jeudi 19 janvier 2017 , par Assane Koné

    Dans la foulée de l’échec des négociations avec le gouvernement, les syndicats des magistrats du Mali ont décidé d’une grève illimitée le mercredi 18 janvier 2017. Les revendications des magistrats portent sur 6 points. C’est donc dans l’objectif de s’enquérir des raisons de cette grève illimitée et d’apporter son soutien aux magistrats qu’une délégation du parti Sadi, conduite par son président, Dr Oumar Mariko, s’est rendue le Mercredi 18 janvier 2016 au siège du Syndicat Autonome de la Magistrature(SAM) sise à Banankabougou (Bamako).

    Après avoir rappelé les causes ayant prévalu à cette grève illimitée, le Président du Syndicat Autonome de la Magistrature(SAM), Cheick Mohamed Cherif Koné a estimé qu’il s’agissait d’un mépris ou une banalisation du mouvement syndical de la magistrature. « C’est à l’issue d’une assemblée générale que nous avons décidé d’aller en grève illimitée jusqu’à la satisfaction générale de nos doléances. Nous avons demandé des conditions acceptables de travail qui nous permettent d’être en harmonie avec notre peuple et répondre efficacement à ces attentes. Et notre mouvement est légitime », a-t-il expliqué.

    « Nous sommes tous des maliens à la recherche d’honneurs. Et chacun souhaite qu’on dise de lui qu’il fait bien, correctement son travail et personne ne souhaite qu’on lui dise qu’il ne travaille pas. Nous voulons mieux faire pour mieux satisfaire le malien, mais le gouvernement du Mali veut nous maintenir dans une telle position », a avancé le Président du SAM.

    Par ailleurs, le Président du SAM a déploré l’attitude de la chaine nationale, Ortm, qui a refusé de diffuser un simple communiqué. Selon lui, l’Ortm s’est transformé à un véritable chantre du gouvernement au mépris du mouvement syndical de la magistrature. « Nous avons sollicité l’antenne pour une simple lecture de nos communiqués, hélas ! Nous estimons que cela est inadmissible quand on sait que c’est la télévision nationale qui est nourrie de l’effort conjugué de tous les contribuables maliens », a-t-il confié.

    Pour ce qui est du désagrément causé, le vice-président du SAM, Baba Nanakassé pointe du doigt le gouvernement. « La responsabilité de ce désagrément incombe au gouvernement car c’est celui qui a voulu cette grève illimitée », a-t-il estimé. Avant de poursuivre que leurs doléances ne sont pas seulement pécuniaires, mais aussi institutionnelles et sécuritaires.

    « La démagogie n’est pas notre fort, votre grève est totalement légitime »

    A en croire Dr Oumar Mariko, son parti est dans son rôle d’accompagnement de tous ceux qui luttent pour leurs droits, et fera tout pour que les maliens sachent ce que valent réellement ces hommes du troisième pouvoir. « La démagogie n’est pas notre fort, votre grève est totalement légitime. Vous êtes dans votre droit. Nous sommes entièrement d’accord avec vos revendications. Les travailleurs doivent être dans des conditions de travail décent » a-t-il soutenu.

    Avant d’ajouter que ce n’est pas la situation matérielle et financière de notre pays qui nous impose cela, mais la mauvaise gouvernance. « Nous le disons pas parce que nous sommes dans l’opposition même dans le pouvoir de la majorité présidentielle nous l’aurions dit », a-t-il déclaré.

    Partant, il a exhorté les magistrats à sortir de leur obligation de réserves pour le bonheur du peuple. « Je vous invite à sortir de vos réserves, même lorsque vos revendications seront satisfaites que vous continuiez la lutte vis-à-vis du peuple. Je crois qu’il faudrait étudier cela à d’autres niveaux car on ne peut pas continuer à cacher la gestion au peuple dans une démocratie, vous êtes mieux placés pour apporter votre contribution à l’ensemble du peuple au-delà de votre corporation », a-t-il souhaité.

    Moussa Mallé SISSOKO

    Assane Koné

    Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

    Un message, un commentaire ?

    Qui êtes-vous ?

    Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

    Ajoutez votre commentaire ici
    • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

    • Mots-clés : menunav

    Annonce