• Votre Journal en ligne Contact
  • Les Plus lus

    L’ultimatum de « ANTE A BANA » : Ce qui est prévu après le 15 août 2017

    « Plateforme « ANTÈ A BANA - Touche pas ma Constitution ! », organisera une marche pacifique le mercredi 16 Août 2017 pour exiger la mise en accusation de Mr Ibrahim Boubacar Keïta pour haute trahison afin qu’il soit démis de ses fonctions de Président de la

    Crise malienne : Accusée la France réagit

    Accusée par de nombreux maliens, souvent dans la presse ou sur les réseaux sociaux, d’être la principale instigatrice de la crise malienne, la France réagit. Lisez le communiqué publié à cet effet par l’Ambassade de France au Mali ! Communiqué

    Nord du Mali : Les États-Unis Condamnent les Violations Récurrentes du Cessez-le-feu au Mali

    Les États-Unis condamnent les violations récurrentes du cessez-le-feu qui ont eu lieu au Mali entre les groupes armés signataires de l’accord de paix d’Alger de 2015. Nous exhortons les parties à cesser immédiatement les hostilités et à respecter strictement

    Version imprimable de cet article Version imprimable | |

    Sommet alternatif citoyen au 27ème sommet Afrique/France : Les peuples africains pour un nouveau partenariat entre la France et l’Afrique

    dimanche 8 janvier 2017 , par Assane Koné

    « Les peuples du Sud exigent des alternatives pour un nouveau partenariat économique, social et sécuritaire entre la France et les Etats africains », tel est le thème de la 12ème édition du Forum des Peuples qui se tient depuis le 7 janvier 2017, à Ouéléssébougou, qui se propose d’interpeller les dirigeants de France et d’Afrique afin qu’ils prennent des décisions qui répondent au mieux aux aspirations de nos peuples.

    « Cinquante-cinq ans après la fin de la colonisation, il est temps que les relations franco-africaines ne se limitent plus aux simples clauses de style, aux formules diplomatiques convenues, moins encore une subordination néocolonialiste ». La déclaration a été faite par Issa Kamissoko, Président de la Coalition des Alternatives Africaines Dette et Développement-Mali (CAD-Mali), lors de l’ouverture de la 12ème édition du Forum des Peuples, Sommet Alternatif Citoyen au 27ème Sommet Afrique/France de Janvier 2017, à Ouéléssébougou.

    Venus du Bénin, du Burkina Faso, du Cameroun, de la Côte d’Ivoire, de la Guinée, du Maroc, de la Mauritanie, du Niger, de la RDC, du Sénégal, du Togo…,de toutes les régions du Mali et des 45 villages de Ouéléssébougou, les Mouvements sociaux africains et internationaux, se sont réunis à Ouéléssébougou du 7 au 9 janvier 2017, dans le cadre de la 12ème édition du Forum des Peuples du Mali, organisée par la CAD-Mali, sous forme de Sommet Alternatif Citoyen au 27ème Sommet Afrique/France de Janvier 2017.

    Présidée par Modibo Diarra, Sous-Préfet de Ouéléssébougou, la cérémonie d’ouverture a enregistré la participation de Yaya Samaké, Maire de Ouéléssébougou, Bakary Coulibaly, Président du Forum des organisations de la société civile (FOSC), les honorables députés à l’Assemblée nationale, Dr Oumar Mariko et Brahima Traoré, respectivement député élu à Kolondiéba, sous les couleurs du parti SADI, et à Kati, sous les couleurs du RPM.

    Au nom du chef de village de Ouéléssébougou, Daba Samaké a salué la CAD-Mali pour son choix de leur localité pour abriter cette rencontre importante qui va donner l’occasion aux populations à la base du Mali et de plusieurs pays d’Afrique de donner leurs avis sur les relations entre l’Afrique et la France.

    Yaya Samaké, Maire nouvellement élu à Ouéléssébougou, a exprimé l’engagement de sa Commune aux côtés des Mouvements sociaux pour le développement à la base. Il a salué la CAD-Mali, pour toutes les actions déjà conduite dans sa commune pour l’accès des populations aux services sociaux de base.

    Pour sa part, Bakary Coulibaly, Président du FOSC, a indiqué que le Forum des Peuples, régulièrement organisé par la CAD-Mali depuis plus de 15 ans, offre l’opportunité au Mouvements sociaux, aux acteurs de la société civile de partager leurs préoccupations sur des thèmes d’intérêt pour les peuples du Mali et d’Afrique.

    « Le thème de ce Forum est un prolongement des luttes à travers le monde contre les pratiques de l’idéologie dominante, idéologie incarnée par la puissance de l’argent, que sont les puissances occidentales, les Instituts de Bretton woods qui imposent des voies de développement loin des intérêts de nos peuples », a-t-il déclaré. Avant d’ajouter que le Sommet Afrique/France du 13 au 14 janvier 2017, s’inscrit dans cette démarche. Pour cela, il a salué l’organisation du sommet alternatif citoyen par la CAD-Mali, à Ouéléssébougou.

    50 ans après la fin de la colonisation, les relations entre l’Afrique et la France doivent changer

    « L’évènement qui nous réunit se place dans le cadre des engagements de la CAD-Mali à organiser des espaces de mobilisation populaire, d’échanges, de partage d’expériences, de propositions d’alternatives et d’éducation citoyenne dénommé ‘’Forum des Peuples’’ », a déclaré Issa Kamissoko, Président de la CAD-Mali.

    Il a rappelé que de Siby à Gao, en passant par Kita, Fana, Sikasso, Bandiagara, Niono, Koulikoro, le Forum des Peuples a toujours mobilisé les masses populaires et fait remonter leurs propositions et recommandations aux Gouvernements et décideurs.

    « Le Forum des Peuples tire sa force et sa légitimité dans sa tenue en milieu rural sur des questions de préoccupation des masses paysannes et ouvrières », a-t-il indiqué.

    Après avoir rappelé que notre pays accueillera dans quelques jours le 27ème Sommet Afrique/France les 13 et 14 janvier 2017, Issa Kamissoko a indiqué que la CAD-Mali, fidèle à son engagement de tenir les éditions du Forum en contrepoint au G8 et au G20, s’est proposée de tenir cette 12ème édition comme une contribution au Sommet Afrique-France.

    Le développement durable du continent au centre des préoccupations

    « La présente édition, qui se veut comme un Sommet Alternatif Citoyen, vise à contribuer à la réflexion sur les problématiques qui impactent le développement durable du continent et à faire des propositions alternatives sur des questions telles la Dette, les Accords de Partenariats, la sécurité, l’immigration, les ressources naturelles, l’agriculture, le foncier, l’énergie, le climat, la jeunesse et l’emploi », a-t-il indiqué.

    Il a estimé que 50 ans après la fin de la colonisation, il est temps que les relations franco-africaines ne se limitent plus aux simples clauses de style, aux formules diplomatiques convenues, moins encore une subordination néocolonialiste.

    « Ce genre de sommet Afrique-France doit donner l’occasion de formuler des revendications concrètes sur les questions de droits humains, de dette, de coopération militaire, commerciale, de commerce mondial, de migrations, de développement durable », a-t-il précisé. Avant de dire que la 12 édition du Forum des Peuples est placé sous le slogan « Les peuples du Sud exigent des alternatives pour un nouveau partenariat économique, social et sécuritaire entre la France et les Etats africains ».

    Selon lui, il s’agit à travers ce thème d’interpeller les dirigeants de France et d’Afrique afin qu’ils prennent des décisions qui répondent au mieux aux aspirations de nos peuples.

    Avant d’annoncer le démarrage des travaux de la 12ème édition du Forum des Peuples, Modibo Diarra, Sous-préfet de Ouéléssébougou, a rappelé que la CAD-Mali fidèle à ses engagements vient à travers cet évènement apporter sa contribution au 27ème Sommet Afrique-France. Selon lui, il s’agit d’apporter des éclairages aux paysans, éleveurs, commerçants, artisans sur le partenariat entre la France et les Etats africains. « Cet espace sera aussi l’occasion pour nos populations rurales d’apporter leur proposition aux différents thèmes qui seront débattus », a-t-il souhaité. Avant d’espérer que les conclusions et recommandations contribuent à la réalisation des aspirations populaires.

    Cette cérémonie d’ouverture a marqué le point de départ d’une grande messe de deux jours, ponctuée de débats et échanges à travers des symposiums, des conférences populaires paysannes, des conférences plénières, des ateliers qui se proposent de prendre en compte les préoccupations fondamentales et légitimes des populations.

    Assane Koné

    Assane Koné

    Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

    Un message, un commentaire ?

    Qui êtes-vous ?

    Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

    Ajoutez votre commentaire ici
    • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

    • Mots-clés : menunav

    Annonce