• Votre Journal en ligne Contact
  • Les Plus lus

    Le Parti SADI réaffirme son soutien et sa solidarité au peuple et au Gouvernement bolivariens

    Le Parti Solidarité Africaine pour la Démocratie et l’Indépendance (SADI) salue l’engagement et le courage du peuple Vénézuélien qui a participé de façon massive et éloquente à la mise en place, le 30 juillet 2017, d’une constituante pour surmonter de façon

    L’ultimatum de « ANTE A BANA » : Ce qui est prévu après le 15 août 2017

    « Plateforme « ANTÈ A BANA - Touche pas ma Constitution ! », organisera une marche pacifique le mercredi 16 Août 2017 pour exiger la mise en accusation de Mr Ibrahim Boubacar Keïta pour haute trahison afin qu’il soit démis de ses fonctions de Président de la

    Crise malienne : Accusée la France réagit

    Accusée par de nombreux maliens, souvent dans la presse ou sur les réseaux sociaux, d’être la principale instigatrice de la crise malienne, la France réagit. Lisez le communiqué publié à cet effet par l’Ambassade de France au Mali ! Communiqué

    Version imprimable de cet article Version imprimable | |

    La paix menacée au Mali : La CMA suspend sa participation au Comité de Suivi de l’Accord

    mercredi 21 décembre 2016 , par Assane Koné

    « La CMA suspend sa participation au Comité de suivi de l’Accord et à ses différents Sous comités ». Telle est la décision qu’a prise la Coordination des Mouvements de l’Azawad (CMA) le 19 décembre 2016 à Kidal. Que cache cette décision. La communauté internationale va-t-elle appliquer ses menaces de sanctions ciblées contre les leaders de la CMA ? En, tout cas la CMA vient encore une fois tirer en arrière le difficile processus de paix au Mali.

    Décidément la marche vers la paix au Mali ressemble à une marche à reculons. Un pas en avant pour deux ou trois pas en arrière. Tel est le rythme imposée à la reconquête de la paix au Mali.

    En effet, à l’issue d’une rencontre dénommée « Journées de concertations » qui a eu lieu du 14 au 16 décembre 2016 à Kidal, la Coordination des Mouvements de l’Azawad vient de décider de porter un coup dur au processus de paix au Mali.

    Dans la déclaration qui a sanctionné cette rencontre, la CMA, sous la plume de son Président en exercice, Alghabass Ag Intalla, a décidé de suspendre sa participation au Comité de Suivi de l’Accord et à ses différents Sous comités.

    Pour prendre cette décision grave de conséquence, la CMA a fait observer qu’ « après 18 mois de signature de l’accord pour la paix et la réconciliation au Mali, aucun des points inscrits au titre de » la période intérimaire, notamment les reformes institutionnelles prévues pour l’encrage de l’accord en vue de la refonte de l’Etat n’a été opéré de façon concertée entre les parties ».
    Elle dénonce, « les violations répétées du cessez-le-feu et des arrangements sécuritaires par les mouvements armés progouvernementaux se traduisant par : des attaques des positions officielles de la CMA, des atteintes graves aux droits humains (exécutions sommaires, spoliations de biens…), le déplacement forcé des populations de leur zone d’attache…

    La CMA a aussi dénoncé la recrudescence de la violence engendrée par les différentes collusions nées du trafic de drogue et du terrorisme. Elle a aussi rappelé « les conditions de vie de plus en plus difficiles des populations refugiées e déplacées et le manque de perspectives pour leur retour ».

    Elle s’est aussi focalisée sur la prolifération de groupes armés encouragés et entretenus par le gouvernement dans le but d’entraver la mise en œuvre de l’accord.

    La CMA accuse le gouvernement qui selon lui a une démarche tendant à vider l’accord de son contenu en ne prenant que des mesures à sa seule convenance.

    Mais, elle estime en outre que les recommandations issues des sessions du Comité de Suivi de l’Accord ne sont jamais suivies d’effet. Elle s’est même arrogée le droit de parler à la place de la médiation internationale en dénonçant « la difficulté pour la médiation internationale à encadrer et à faire respecter les engagements pris par les Parties à l’Accord ».

    Chose grave, la CMA est allé jusqu’à dénoncer l’accord, mais un peu sur le tard. « La confusion totale et le manque de lisibilité dans les perspectives que l’Accord est sensé apporté » estime la CMA.

    Face à tout ce qu’elle considère comme des griefs, la CMA a décidé de suspendre sa participation au Comité de Suivi de l’Accord et à ses différents Sous Comité, en attendant une rencontre de haut niveau de la médiation internationale élargie, qu’elle souhaite de tous ses vœux.

    Assane Koné

    Assane Koné

    Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

    Un message, un commentaire ?

    Qui êtes-vous ?

    Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

    Ajoutez votre commentaire ici
    • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

    • Mots-clés : menunav

    Annonce