• Votre Journal en ligne Contact
  • Les Plus lus

    Un nouvel élan dans la protection du patrimoine culturel malien

    Bamako, 31 octobre 2017 -Dans le cadre de la mise en œuvre de la deuxième phase du Programme de réhabilitation du patrimoine culturel et de sauvegarde des manuscrits anciens du Mali, une formation de 10 formateurs nationaux et de 14 formateurs des forces de

    Situation au Togo : Le Parti SADI condamne la répression des marches pacifiques et exprime son soutien aux forces démocratiques du Togo

    Le Parti Solidarité Africaine pour la Démocratie et l’Indépendance est fortement préoccupé par la détérioration de la situation politique et sociale au Togo à la suite des violentes répressions exercées par le pouvoir contre les marches pacifiques organisées par les

    Élections régionales du 15 octobre 2017 au Venezuela : Le Parti SADI salue la large victoire du Parti Socialiste Unifié

    Le Parti Solidarité Africaine pour la Démocratie et l’Indépendance salue la large victoire du Parti Socialiste Unifié (PSUV) aux élections régionales du 15 octobre en remportant 18 des 23 Etats que compte le pays contre seulement 5 Etats pour la coalition de

    Version imprimable de cet article Version imprimable | |

    Développement humain en Afrique en 2016 : Le PNUD veut accélérer les progrès sur les questions du genre et sur l’autonomisation des femmes

    vendredi 16 décembre 2016 , par Assane Koné

    Le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) a organisé la cérémonie officielle de lancement du rapport sur le développement humain en Afrique 2016, en collaboration avec le Gouvernement du Mali, le jeudi 15 décembre 2016, à l’hôtel Radisson de Bamako. La cérémonie était placée sous le thème : « Accélérer les progrès en faveur de l’égalité des genres et de l’autonomisation des femmes en Afrique ».

    La rencontre a été présidée par le ministre de la solidarité et de l’action humanitaire, Hamadoun Konaté, en présence de Mme Mbaranga Gasarabwe, coordinatrice résidente du système des Nations Unies au Mali.

    « Depuis 1990, le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) réalise et diffuse son rapport mondial sur le développement Humain qui a incontestablement joué un rôle majeur dans l’évolution du paradigme de développement humain » a fait savoir Mme Mbaranga Gasarabwe. Mais c’est à partir de 1997 que le PNUD a commencé l’élaboration des rapports à vocation régionale, comme le rapport sur le développement humain en Afrique, qui permettent de spécifier des diagnostics et des problématiques de développement à l’échelle continentale ou sous régionale.

    Le PNUD a par ailleurs encouragé selon elle, la réalisation de rapports nationaux consacrés aux défis du développement humain. Ainsi au Mali, grâce à l’engagement du ministre de la solidarité et de l’action humanitaire, dix rapports nationaux sur le développement humain ont été produits et diffusés.

    La coordinatrice résidente du système des Nations Unies au Mali a ajouté que cette année, au niveau africain, le rapport sur le développement humain analyse les facteurs politiques, économiques, et sociaux qui entravent la promotion de la femme et propose des politiques et des mesures concrètes pour combler l’écart entre les genres.

    « L’égalité du genre du point de vue du développement humain, suppose de renforcer les capacités des femmes et d’accroitre les opportunités qui s’offrent à elles pour contribuer à l’amélioration des résultats pour les générations actuelles et futures et favoriser le développement humain selon trois dimensions, économique, sociale et environnementale », a déclaré Mme Gasarabwe.

    Les femmes représentent la moitié de la population du continent dira la coordinatrice, les aspirations de l’Afrique en matière de développement telles que formulées dans l’agenda 2063 de l’Union africaine et dans le programme de développement durable à l’horizon 2030 seront impossibles à concrétiser si la moitié de l’humanité est laissée pour compte.

    En effet, dans son intervention elle a donné quelques chiffres édifiants selon le rapport sur le coût des inégalités fondées sur le genre dans le développement, les écarts qui freinent les efforts déployés par le continent pour accélérer la transformation économique et sociale : les disparités entre les genres coûtent 95 milliards de dollars US par an à l’Afrique subsaharienne et ont culminé à 105 milliards de dollars de pertes en 2014 (soit 6% du PIB du continent), les femmes en Afrique occupent 66% des emplois dans le secteur informel non agricole et ne gagnent que 70% pour chaque dollar gagné par un homme seulement 7 à 30% des entreprises privées sont dirigées par une femme, les femmes et filles africaines passent 40 milliards d’heures par an à collecter de l’eau, une femme africaine sur deux soit 45,6% a subi un type de violence sexuelle ou physique au cours de sa vie, les femmes affichent un niveau de développement humain équivalent à 87% seulement de celui des hommes.

    Le rapport souligne également, dira Mme Gasarabwe, que l’inégalité dans la répartition en matière de santé, d’éducation et de niveau de vie au sein de la population, fait baisser le niveau de développement humain.

    « Les rapports régionaux sur le développement humain, demeurent un outil fondamental de dialogue politique et de mobilisation de ressources », a souligné le ministre de la solidarité et l’action humanitaire, Hamadoun Konaté. Il ajoutera que ce rapport 2016 est produit par le bureau régional pour l’Afrique du PNUD, avec pour objectif de recentrer l’attention sur ce qui demeure un défi de développement fondamental, alors même que l’Afrique connait une période de transition économique, sociale et politique sans précédent.

    Ensuite M. Konaté a jugé que le thème de cette année est d’actualité, d’intérêt régional et concerne toute l’Afrique, car il met en exergue la cruciale et lancinante problématique de l’égalité des genres et de l’autonomisation des femmes.

    Bien que des avancées considérables aient été réalisées sur de nombreux fronts dans la plupart des pays africains dont le Mali, dira le ministre de la solidarité, l’inégalité des genres est encore loin d’être satisfaisante. Afin de réduire les écarts entre hommes et femmes. « Ce rapport prône une approche de l’égalité des genres et de l’autonomisation des femme en Afrique axée sur l’économie politique », a souligné M. Konaté.

    Le ministre a terminé ses propos en citant les quatre grands axes proposés pour accélérer la réalisation de l’égalité des genres et intégrer pleinement cette dimension dans les programmes de développement au sens large à savoir : soutenir l’adoption de reformes juridiques, de politique, et de programmes visant à promouvoir l’autonomisation des femmes, soutenir la capacité nationale, soutenir les capacités à mettre en œuvre des approches multisectorielles destinées à atténuer les impacts des politiques de santé et d’éducation discriminatoires à l’égard des femmes, soutenir les femmes dans leurs lutte pour l’acquisition des droits de propriété et de gestion des actifs économiques et environnementaux.

    Bintou COULIBALY (stagiaire)

    Assane Koné

    Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

    Un message, un commentaire ?

    Qui êtes-vous ?

    Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

    Ajoutez votre commentaire ici
    • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

    • Mots-clés : menunav

    Annonce