• Votre Journal en ligne Contact
  • Les Plus lus

    Attaque terroriste du Campement Kangaba : Le RPM condamne

    Le dimanche 18 juin 2017, au petit soir, des individus présentés comme des terroristes djihadistes, ont attaqué le Campement kangaba. Officiellement , cette attaque aurait fait 9 victimes : 5 innocentes victimes dont un élément des forces armées et de sécurité

    Mamadou Ismaila KONATE, ministre de la justice : « Le gouvernement est engagé pour accélérer la mise en œuvre des points d’accord conclus entre lui et les syndicats »

    Dans un communiqué diffusé par le ministère de la justice, Me Mamadou Ismaïla konaté, ministre de la Justice garde des Sceaux, a rencontré les partenaires sociaux de son département à leur demande. Lisez le communiqué qui a sanctionné ces différentes rencontres !

    Rapport conjoint AMDH/FIDH : Accusée, l’AMDH se défend

    Le Président de l’Association Malienne des Droits de l’Homme (AMDH) invite l’opinion nationale à faire attention à la désinformation et à la campagne d’intoxication de certains organes de presse suite à la publication de son rapport conjoint avec la FIDH, le 11 mai

    Version imprimable de cet article Version imprimable | |

    Femmes opératrices économiques en Afrique de l’Ouest : Le Mali accueille les 10 ans du RESOPE/UEMOA

    mardi 13 décembre 2016 , par Assane Koné

    Le Palais de la culture de Bamako a abrité la commémoration des 10 ans d’existence du RESOPE (Réseau sous régionale des femmes opératrices dans l’espace UEMOA). C’était le samedi 10 décembre 2016. La manifestation a été marquée par la foire d’exposition des femmes opératrices venant de la sous région, notamment : Benin, Burkina Faso, Cote d’Ivoire, Guinée Bissau, Niger, Togo, Sénégal et le Mali.

    La rencontre a été présidée par le ministre des affaires étrangères et de la coopération internationale et de l’intégration africaine, Abdoulaye Diop, en tant que représentant du chef de l’Etat, en présence de la présidente du réseau sous régional des femmes opératrices économiques de l’UEMOA, Mme Coulibaly Astan Touré, le représentant de l’UEMOA, François Hyacinthe Akoko. Ainsi que d’autres personnalités.

    Le RESOPE/UEMOA est un cadre de concertation de renforcement de capacités. Il permet également de nouer des partenariats entre les antennes des pays membres de l’union.

    « La mise en place du réseau régional répond à une nécessité de fédérer les efforts des pays membres de l’UEMOA afin de renforcer les capacités organisationnelles techniques, matérielles et financières des organisations des femmes opératrices économiques », a fait savoir la présidente du réseau sous régional des femmes opératrices économiques de l’UEMOA, Mme Coulibaly Astan Touré.

    La représentante du réseau, a rappelé que, le RESOPE/UEMOA a été crée en juillet 2006 à Ouagadougou au Burkina Faso grâce à l’accompagnement soutenu de la Commission de l’UEMOA. Avant d’ajouter que lors de la deuxième conférence sous régionale, il a été recommandé d’organiser tous les deux ans une foire sous régionale dans un pays membre de l’union. Selon Mme Coulibaly l’objectif de cette recommandation est de donner plus de visibilité aux activités économiques des femmes. C’est ainsi que le Mali assurant la présidence sous régionale fut choisi pour abriter la 1ère édition en mars 2012 et grâce à l’implication sans faille des autorités du Mali cela a été un succès.

    « A la 6ème réunion de coordination du RESOPE/UEMOA en 2015, les présidentes sous régionales à l’unanimité ont donné mandant au Mali d’organiser cette seconde édition », a déclaré Mme Coulibaly. Elle a ensuite salué les efforts personnels de son excellence Ibrahim Boubacar Keita, Président de la République et chef de l’Etat, pour son engagement en faveur de l’autonomisation économique des femmes et leur visibilité politique et la Commission d’organisation de cette foire, qui n’a ménagé aucun effort malgré toutes les difficultés et les multiples reports. Avant d’ajouter que l’organisation d’une foire est un engagement de plusieurs acteurs, et de tous les membres.

    Le représentant de l’UEMOA, François Hyacinthe Akoko, a souligné que la contribution économique des femmes, a un rôle prépondérant dans le développement et cela n’est plus a démontré dans notre espace communautaire. Il dira qu’elles sont les actrices majeures qui faut impérativement prendre en compte pour l’édification d’une intégration régionale réussie et des marchés communs prospères. C’est dans cette optique que le représentant de l’UEMOA a ajouté qu’en application de la recommandation 03 99 CM UEMOA du 21 décembre 1999, la commission de UEMOA avec l’appui de la BID, a constitué en 2006 un réseau d’opératrices économiques. Selon lui l’objectif du RESOPE UEMOA est de contribuer à l’autonomisation économique des femmes à travers d’une part la valorisation de nos savoirs faire locaux et d’autre part par la promotion du partenariat et de la synergie entre les membres de sorte à favoriser l’accès aux marchés régional et international. Il dira que cette rencontre offre dans un cadre de réflexions et d’échanges sur les mesures idoines envisagées pour l’autonomisation et la pérennisation du réseau.

    Le représentant du chef de l’Etat, Abdoulaye Diop, ministre des affaires étrangères, de la coopération internationale, et de l’intégration africaine, a introduit ses propos en saluant le chef de l’Etat pour son engagement et tous les efforts qu’ils ne cessent de consentir pour l’autonomisation des femmes pour leur avancement pour les questions politiques, mais aussi pour une grande participation à la construction de la paix et de la société malienne.

    « La place qui doit être faite aux femmes n’est pas de la charité. Ce n’est qu’une question de justice sociale, et qu’on doit leur donner la place qui leur revient de plein droit », a déclaré le ministre Diop.

    Au-delà de la justice sociale, selon lui, c’est aussi d’aller aujourd’hui vers une question de rationalité même économique, par ce que dans un pays où nous avons plus de 50% de nos populations qui sont des femmes. « Aucun pays ne pourra se développer, s’il laisse la moitié de sa population sur le trottoir », a-t-il déclaré. Mais au-delà de cela, le plus important, dira M. Diop, si on met le pouvoir économique entre les mains des femmes, même les choix de développement à l’intérieur des pays ne seront pas les mêmes. Car, si les opératrices réussissent, elles contribueront dans beaucoup de domaines. Par ce que les femmes par définition sont les facteurs d’intégration au sein des familles, des communautés et entre les pays.

    Selon lui le processus d’intégration exige la participation de tous les acteurs notamment l’Etat, la société civile, les populations qui en sont les principaux bénéficiaires. Il a ensuite lancé un appel à toutes les forces vivent de notre pays, de notre sous régions pour qu’elles s’approprient les idéaux d’intégrations et s’impliquent beaucoup plus activement dans la mis en œuvre de l’idéal d’intégration, car le développement de nos pays, de nos communautés, est à ce prix.

    Il a conclu en disant que, les femmes peuvent avoir un impacte sur nos sociétés. En effet investir dans la femme africaine lui faire d’avantage confiance, c’est crée aussi un cercle vertueux avec un effet multiplicateur sur l’ensemble des composantes de la société.

    Bintou COULIBALY (stagiaire)

    Assane Koné

    Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

    Un message, un commentaire ?

    Qui êtes-vous ?

    Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

    Ajoutez votre commentaire ici
    • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

    • Mots-clés : menunav

    Annonce